Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
LDLC : perte nette de 4,3 millions d'euros, l'endettement grimpe à 61,5 millions d'euros

Le groupe avait déjà dévoilé une partie de son bilan pour l'année 2018-2019 (du 1er avril au 30 mars). Il était question d'un chiffre d'affaires en hausse de 7,4 %, mais d'une baisse des revenus sur l'activité B2C hors boutique (lire notre analyse)

Le chiffre d'affaires est pour rappel de 507,5 millions d'euros, avec une marge brute de 86,1 millions (+5,8 millions en un an), mais une perte nette de 4,3 millions. L'année dernière, le groupe enregistrait un bénéfice de 5,4 millions.

Le premier semestre de son année fiscale était particulièrement mauvais avec une perte de 3,5 millions, alors qu'elle n'est plus que de 800 000 euros sur le second semestre. LDLC explique que cette situation est « liée au développement de nombreux projets (évolution des systèmes d’information et des plateformes informatiques, lancement de l’implantation en Espagne, mise en place d’une équipe BtoB en région parisienne, etc.) ».

Désormais, « les capitaux propres s’établissent à 53,2 millions d'euros (contre 60,7 au 31 mars 2018) pour un endettement financier net de 61,5 millions d'euros (52,4 au 31 mars 2018) dont environ 33 millions liés à la valeur des actifs immobiliers ». Le coût de l'endettement est de 1,9 million d'euros, contre 1,1 million un an auparavant.

Pour l'année 2019-2020, LDLC espère « des économies de l’ordre de 150 000 euros par mois liées à des synergies Groupe (sites web, fusion des plateformes logistiques depuis le 1er octobre 2018, etc.) ».

Elle vise également une réduction de 3,5 millions d'euros des charges du personnel « issue des actions engagées lors du 2nd semestre de l’exercice 2018-2019 » et, enfin, une « rationalisation des coûts avec une revue des éléments contractuels (communication, publicité, etc.) avec l’objectif de réaliser des économies de l’ordre de 1,2 million d'euros par an ».

LDLC prévoit un « désendettement important » avec la vente de deux biens immobiliers. Le premier a déjà eu lieu le 12 juin : « la cession des murs de l’entrepôt de Nantes a été finalisée pour un montant de 11,3 millions d'euros (générant 6,1 millions de cash net de frais divers et une réduction de l’endettement de 4,4 millions) ».

Enfin, la vente du « siège social, actuellement en crédit-bail, est également en cours et devrait être finalisé au cours du 1er semestre 2019-2020 ». Le groupe rappelle qu'il avait été acheté en 2017 et enregistré au bilan pour une valeur de 22 millions d'euros.

LDLC donne maintenant rendez-vous le 25 juillet 2019 après la clôture de la bourse pour son bilan du premier trimestre de son exercice 2019-2020.

14 commentaires
Avatar de Vorphalax Abonné
Avatar de VorphalaxVorphalax- 21/06/19 à 09:52:18

Le rachat de materiel.net m'avait moyennent plu. Mais la mise en place de market place chez LDLC a  fini de me convaincre de ne plus aller chez eux. Je sais bien que madame michu s'en fiche mais je me dis que LDLC est en train de perdre sa clientèle fidèle de "connaisseurs" et de geek.

Avatar de tifounon Abonné
Avatar de tifounontifounon- 21/06/19 à 09:59:37

LDLC devient juste une boutique lambda comme une autre, elle perd de son intérêt.

Avatar de Trog Abonné
Avatar de TrogTrog- 21/06/19 à 10:30:25

Tout à fait ! À vouloir imiter ses concurrents, on ne voit plus trop la différence. Donc on va aux meilleurx prix.

Avatar de Furanku Abonné
Avatar de FurankuFuranku- 21/06/19 à 11:25:05

J'ai quand même du mal à suivre, du peu que je lis à leur sujet, où LDLC veut aller...
Les objectifs ne semblent jamais clairement définis, les synergies ils en parlent à chaque fois mais on ne les voit pas vraiment... du coup leur situation financière ne me semble être que le reflet de leurs choix indécis et leur manque de stratégie claire à moyen/long terme :/

Édité par Furanku le 21/06/2019 à 11:25
Avatar de ElRom16 INpactien
Avatar de ElRom16ElRom16- 21/06/19 à 11:31:50

Trog a écrit :

Tout à fait ! À vouloir imiter ses concurrents, on ne voit plus trop la différence. Donc on va aux meilleurx prix.

Leur prix sont les plus élevés de tous les sites e-commerce. Ce qui est un énorme problème en soit, car ce n'était pas le cas y'a 10 ans. Leur SAV/service client/délai d'expédition des colis/offre du catalogue étant devenu moins bon que par le passé, cela ne compense pas du tout cette inexplicable hausse de prix.

Avec le rachat de Materiel.net ils ont voulus tuer un concurrent, car le site n'a pratiquement plus aucune différence avec LDLC. Meme les prix sont devenus exactement les même ...

Je peux aussi parler du fait qu'LDLC France à attendu mars 2019 pour avoir une version responsive, alors que la version Belge l'a depuis plus de 2 ans, et quand on sait que les internautes mobiles font parti entre 50 et 70% du total, c'est une énorme erreur de stratégie.

Avatar de sirchamallow Abonné
Avatar de sirchamallowsirchamallow- 21/06/19 à 11:34:15

LDLC devient un groupe comme un autre. Le puristes iront sur le shop Hardware.fr ou Materiel.net pour ne pas subir les vendeurs plus ou moins louches de la marketplace. Cependant je suis d'accord sur le fait qu'on à du mal (du point de vue extérieur du groupe) à identifier ce que cherche à faire le groupe LDLC et son positionnement. Perdre sa base de client historique est une chose, mais s'il n'y a pas en face une roadmap publique clair; leurs premiers clients ne risque plus de revenir....

Avatar de coco74 Abonné
Avatar de coco74coco74- 21/06/19 à 12:13:14

C'est triste d'avoir "coulé" materiel.net. Les prix sont devenus les mêmes, et en général, les articles sont les mêmes sur les deux sites. Donc en fait, là ou materiel.net était plus performant, moins cher, et bien maintenant c'est la même chose... Un concurrent en moins.

Avatar de wackyseb Abonné
Avatar de wackysebwackyseb- 21/06/19 à 14:05:26

Vraiment dommage pour matériel.net, c'était mon site de référence.
J'ai déjà commandé sur LDLC mais çà c'est terminé depuis longtemps.
Je n'aime pas du tout ce site.
Pour matériel.net, c'est différent, j'y vais encore mais vu les prix pratiqués, çà va pas durer longtemps.
Dommage car c'était rapide, fiable et supers retours e tous les gens qui ont déjà commander chez eux.

Avatar de Burn2 Abonné
Avatar de Burn2Burn2- 21/06/19 à 14:18:49

C'est vrais que perso je ne comprends pas ou ils veulent aller.

Je n'ai jamais compris la différence au final entre materiel.net/ldlc/hfr shop depuis le rachat.
Les prix sont les mêmes et les composants dispos aussi. :/

Perso j'ai acheté aussi bien sur LDLC que matériel.net sans jamais avoir de soucis.
Selon ce que je prends je prends chez l'un ou l'autre.
Exemple un écran de PC, même si c'est plus cher chez LDLC, je prends chez LDLC avec une garantie 0 pixels mort. Et ça m'a bien servi....

Pour offrir un cadeau, j'avais pris un pc tout en un Materiel.net, au final quand j'avais fait le calcul à côté, je pouvais certes gagner un peu en prenant un peu partout les composants, mais une fois la licence Windows rajoutée ben en fait non, c'était pas si loin que ça (sans doute ont-il des accords pour avoir un prix bas...)
Le montage est parfait, c'est propre et encore mieux rangé que ce que je n'avais fait.
Franchement rien à dire non plus.

Donc je ne sais pas trop, personnellement je n'ai jamais été déçu des deux sites, donc je ne serais dire si c'est bien ou pas cette fusion.

Avatar de hurricanecie INpactien
Avatar de hurricaneciehurricanecie- 21/06/19 à 14:56:24

Bonjour,

LDLC a perdu en quelque année tout ce qui faisait son succès...
Ses prix sont devenu les plus élevés du net, voir même parfois plus chère que le prix sur le site du constructeur..
Ses réductions ne sont même pas intéressant...
Le service après vente perd en qualité...
C'est le syndrome de vouloir grossir à tout prix...
Les clients des premières heures s'en vont inexorablement...

A eux de se recentrer sur l'essentiel...si ce n'est pas trop tard.... 
 
 
 
 

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2