Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Accusée de monopole, Apple expose sa vision d'un Store sûr et ouvertCrédits : LUke1138/iStock

Devant une plainte que la Cour Suprême américaine a décidé de laisser poursuivre contre la situation de monopole de son App Store, Apple a réagi.

Dans une nouvelle page de son site officiel, l’entreprise explique sa situation et ses objectifs, en attaquant par une affirmation forte : « C’est notre boutique. Et nous en prenons la responsabilité ».

Et d’expliquer que la boutique a été créée avec deux objectifs. D’une part fournir une zone de confiance et protégée aux utilisateurs pour découvrir et télécharger des applications. D’autre part, que tous les développeurs puissent avoir la même opportunité.

Apple se décrit en gendarme, refusant systématiquement tout ce qui a trait à la pornographie, aux discriminations, à la torture, aux abus de toutes sortes, etc. Sont également rejetées les applications et mises à jour contenant des bugs évidents ou des risques pour la sécurité, tout du moins quand ils sont rejetés.

100 000 applications sont ainsi analysées chaque semaine, la plupart en moins de 24 heures. Seuls 60 % d’entre elles sont acceptées, les développeurs étant – normalement – avertis des raisons du refus. Surtout, puisque la société est accusée d’abus de position dominante, elle rappelle que 84 % des applications sont gratuites. Elles ne génèrent donc aucune rente.

Au contraire des applications payantes, avec des achats in-app et avec abonnements. Apple prélève alors sa fameuse commission de 30 %. Petite exception pour les abonnements, les 30 % laissant place à 15 % au-delà de la première année d’abonnement.

Enfin, Apple rappelle que de nombreuses applications concurrencent les siennes : Calendrier, Appareil photo, iCloud, Mail, Maps, Messages, Apple Music, Notes, Podcasts, Apple TV, FaceTime et Safari. Spotify n'est pas franchement du même avis et a attaqué Apple en justice.

On pourrait cependant rétorquer que ces applications ne peuvent pas être déclarées par défaut dans iOS, et que les navigateurs n’ont pas le droit de proposer leur propre moteur de rendu.

Et quoi qu’en dise Apple, le fond de la plainte demeure : l’App Store est obligatoire pour installer des applications. Pas sûr que la vision exposée par l’entreprise suffise à calmer les plaignants.

38 commentaires
Avatar de gjdass Abonné
Avatar de gjdassgjdass- 31/05/19 à 09:09:42

Je comprends tout à fait la position de Spotify quant-à la concurrence déloyale que produisent les frais de commission d'Apple. La règle devrait être : si Apple lance une application maison concurrente d'autres déjà distribuées (type Apple Music/Spotify/Deezer, Apple News+/News Republic, Apple TV+/Netflix/Prime et compagnie), elle n'a plus le droit de prélever des frais sur les applications du même secteur.

En revanche, mon avis sur le débat (plus large) d'un Store "fermé" et contrôlé par Apple n'a pas lieu d'être. Apple a créé un produit de bout en bout et s'engage envers ses utilisateurs au niveau de la qualité des applications proposées. Moi ça me plait de savoir qu'Apple invalide toute application qui ne respecte pas des standards. J'ai un iPhone depuis  des années et j'en suis heureux.
À l'inverse, si un jour des applications malveillantes/whatever étaient diffusées via l'AppStore, on le reprocherait à Apple ... Donc faut savoir ce qu'on veut.
 
De plus, Apple permet à des entreprises ou développeurs de faire du pognon via cette platforme. En partant de là, ce n'est pas illogique qu'une commission soit prise au passage (exception faite de l'abus de position dominante dans les secteurs ou Apple distribue aussi ses propres applications).

Avatar de Toorist INpactien
Avatar de TooristToorist- 31/05/19 à 09:25:51

elle rappelle que 84 % des applications sont gratuites. Elles ne génèrent donc aucune rente.

Ce n'est pas tout à fait vrai, les dev payent leur accès tout les ans chez Apple si je ne m'abuse.
Donc certes ca ne casse pas trois pattes à un canard, mais malgré tout :p

Avatar de anonyme_7c080d0b57a30a99451672cfc228f71f INpactien

Ça me fait penser que F-droid (magasin d'appli) et Firefox (navigateur) sont les gros avantages d'Android pour moi.

Cela-dit, il est amusant de constater que "l'abus de position dominante" en Union européenne soit du fait d'Android et Google, contrairement aux US et au Japon.
Édité par Radithor le 31/05/2019 à 09:34
Avatar de CryoGen Abonné
Avatar de CryoGenCryoGen- 31/05/19 à 09:40:10

L'argument "c'est pour votre bien" est toujours très limite pour défendre un monopole...

gjdass a écrit :

En revanche, mon avis sur le débat (plus large) d'un Store "fermé" et contrôlé par Apple n'a pas lieu d'être. Apple a créé un produit de bout en bout et s'engage envers ses utilisateurs au niveau de la qualité des applications proposées. Moi ça me plait de savoir qu'Apple invalide toute application qui ne respecte pas des standards. J'ai un iPhone depuis  des années et j'en suis heureux.
À l'inverse, si un jour des applications malveillantes/whatever étaient diffusées via l'AppStore, on le reprocherait à Apple ... Donc faut savoir ce qu'on veut.

Le problème c'est de ne pas autoriser de store alternatif : que les utilisateurs préfèrent utiliser un app store sous contrôle, comme moi je préfère aller à Carrefour plutôt que Casino par exemple, reste un choix. Mais ici le choix est imposé -> problème.  

gjdass a écrit :

De plus, Apple permet à des entreprises ou développeurs de faire du pognon via cette platforme. En partant de là, ce n'est pas illogique qu'une commission soit prise au passage (exception faite de l'abus de position dominante dans les secteurs ou Apple distribue aussi ses propres applications).

Si par plateforme tu parles d'IOS je te rétorquerai que s'il n'y avait pas d'appli, alors l'iphone se vendrait bien moins : Apple se fait du pognon aussi parce que les éditeurs proposent leurs services et app sur la plateforme. C'est un peu un win-win. Gagner de l'argent via le Store ok, mais imposer le Store pour gagner encore plus, c'est vraiment moyen.

Avatar de quegorosoit INpactien
Avatar de quegorosoitquegorosoit- 31/05/19 à 09:48:10

Les gens feraient des bêtises si ils avaient le choix d'un store non contrôlé, outre le fait que ça donnerait lieu au piratage et donc à l'arrêt progressif du store apple.
Personnellement je ne veux pas être impacté par les bêtises des autres, je ne veux pas non plus qu'un ami puisse me spamer de sms de pub après avoir installé une appli non contrôlée.
Le choix c'est d'acheter apple ou non, en achetant on accepte le fonctionnement qui va derrière.

Avatar de durthu Abonné
Avatar de durthudurthu- 31/05/19 à 10:00:19

CryoGen a écrit :

L'argument "c'est pour votre bien" est toujours très limite pour défendre un monopole....

C'est malheureusement un argument qu'on a déjà entendu lors du rejet d'une plainte de vente liée à propos de Windows par le tribunal.

quegorosoit a écrit :

Les gens feraient des bêtises si ils avaient le choix d'un store non contrôlé, outre le fait que ça donnerait lieu au piratage et donc à l'arrêt progressif du store apple.
Personnellement je ne veux pas être impacté par les bêtises des autres, je ne veux pas non plus qu'un ami puisse me spamer de sms de pub après avoir installé une appli non contrôlée.
Le choix c'est d'acheter apple ou non, en achetant on accepte le fonctionnement qui va derrière.

Argument à côté de la plaque...
Ce fonctionnement existe chez Google avec des stores alternatifs et le playstore est loin d'être prêt à fermer.
Le problème dans cette histoire, c'est la position de monopole dans l'appstore. On peut considérer qu'Apple abuse de sa position lorsqu'il demande 30% sur l'abonnement Spotify alors qu'il propose une application similaire sans cette commission de 30%.
Apple essaye de déplacer le débat sur la sécurité pour brouiller les pistes.

Édité par durthu le 31/05/2019 à 10:03
Avatar de jpaul Abonné
Avatar de jpauljpaul- 31/05/19 à 10:00:35

quegorosoit a écrit :

Le choix c'est d'acheter apple ou non, en achetant on accepte le fonctionnement qui va derrière.

Le problème c'est que ta dernière phrase n'est pas complète :
Le choix c'est d'acheter apple ou non, en achetant on accepte le fonctionnement qui va derrière, OU BIEN d'aller chez Google et de refiler l'intégrité de ta vie privée.

Perso je suis sur iPhone principalement pour la question du respect de ma vie privée (sinon techniquement, iOS ou Android c'est kif kif). iOS dans l'ensemble est un OS vraiment agréable mais les limitations d'Apple me gonflent : impossible d'installer ce que je veux si Apple ne le veut pas (je ne suis pas un enfant et l'appareil m'appartient). Impossible de changer les apps par défaut : t'as des supers browsers, calendriers, clients mails alternatifs mais impossible de les utiliser par défaut. C'est complètement ridicule. J'accepte ce sacrifice parce que les apps Apple sont plutôt bonnes mais ça n'en n'est pas moins anormal.

Plus globalement, que ce soit Apple ou Google, nos appareils technologiques sont de plus en plus aux centre de nos vies, pour le meilleur comme le pire et on est très largement en train de perdre le contrôle de ces appareils : Apple ferme tout et mène une guerre sans merci contre le jailbreak, certains constructeurs Android ferment, contrôlent (xiaomi) ou dégradent (Samsung, Sony) leurs appareils définitivement une fois le bootloader débloqué. Je ne serai pas étonné que d'ici une dizaine d'années (voire beaucoup moins), il soit impossible d'acheter un appareil que tu puisses contrôler totalement, même en tant que "power user".

Il me semble donc essentiel pour le futur de nos sociétés que cette question de fermeture ne soit pas prise à la légère.

quegorosoit a écrit :

Les gens feraient des bêtises si ils avaient le choix d'un store non contrôlé, outre le fait que ça donnerait lieu au piratage et donc à l'arrêt progressif du store apple.
Personnellement je ne veux pas être impacté par les bêtises des autres, je ne veux pas non plus qu'un ami puisse me spamer de sms de pub après avoir installé une appli non contrôlée.

Tes amis ont encore la liberté installer un APK vérolé sur leur Android, et tu te feras spammer quand même.

Dans la réalité ça reste assez rare puisque tes amis non technophiles se content du Play Store, que la manip pour installer des APK tiers n'est pas triviale mais pas (encore?) bloquée et tes amis technophiles font généralement gaffe à ce qu'ils font. Il te reste tes très rares amis technophiles et inconscients mais tu ne peux rien y faire.

Édité par jpaul le 31/05/2019 à 10:04
Avatar de jackjack2 Abonné
Avatar de jackjack2jackjack2- 31/05/19 à 10:32:19

Toorist a écrit :

Ce n'est pas tout à fait vrai, les dev payent leur accès tout les ans chez Apple si je ne m'abuse.
Donc certes ca ne casse pas trois pattes à un canard, mais malgré tout :p

Je venais pour écrire ça oui
100$/an
Ça commence à faire

Avatar de sir.thorfin INpactien
Avatar de sir.thorfinsir.thorfin- 31/05/19 à 12:56:44

durthu a écrit :

C'est malheureusement un argument qu'on a déjà entendu lors du rejet d'une plainte de vente liée à propos de Windows par le tribunal.

Argument à côté de la plaque...
Ce fonctionnement existe chez Google avec des stores alternatifs et le playstore est loin d'être prêt à fermer.
Le problème dans cette histoire, c'est la position de monopole dans l'appstore. On peut considérer qu'Apple abuse de sa position lorsqu'il demande 30% sur l'abonnement Spotify alors qu'il propose une application similaire sans cette commission de 30%.
Apple essaye de déplacer le débat sur la sécurité pour brouiller les pistes.

Oui enfin Apple va pas s'auto-taxer de 30% 😂peut importe que ce ne soit pas la même branche ^^ et puis si tu prend l'abo spotify sur le site pc, il est logique qu'il soit lié au compte et que tu en profite sur le tel ... sans filer les 30% a apple. 
Le problème c'est qu'ils veulent pouvoir déclencher les abonnements depuis l'iphone / ipad et c'est la que le système rentre en marche étant donnée que l'abo est contrôlé par apple et que l'ensemble des abonnements du compte sont regroupé en un seul endroit où il est aisé de supprimer / mettre en pause tel ou tel abo. (il me semble que spotify ne fait pas exception et que l'abo apparait aussi). 

Avatar de durthu Abonné
Avatar de durthudurthu- 31/05/19 à 13:16:46

Oui je sais tout ça.
D'ailleurs, je ne sais pas comment faire pour mettre sur un pied d'égalité Spotify et Apple pour cette histoire de 30%.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4