Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Le Geste serait rassuré par la CNIL sur la question des cookies

Le Geste (Groupement des Éditeurs de Contenus et Services en Ligne, où on retrouve TF1, Microsoft, Le Parisien, NextRadio, RTL, Laguardère, le Figaro…) relate son échange avec la présidente de la CNIL.

Accompagné d’autres organisations (le SRI, l’IAB, l’UDM, l’UDECAM, la FEVAD, la SNCD, la MMA, l’ARPP et l’AACC), il diffuse le programme de travail de la CNIL en matière de publicités en ligne et de prospection électronique.

  • Mai - juin 2019 : actualisation des normes de la CNIL avec le RGPD (mise à jour de la recommandation de 2013)
  • Juin - sept 2019 : groupe de travail avec les acteurs concernés afin de tester la cohérence opérationnelle des lignes directrices
  • Novembre 2019 : bilan des travaux
  • Fin 2019 - début 2020 : publication des nouvelles lignes directrices relatives aux Cookies
  • Juin - juillet 2020 : fin de la période de tolérance, les acteurs doivent se mettre en conformité avec les règles issues des nouvelles lignes directrices.

Le Geste assure qu’avant juin 2020, et l’édiction de « nouvelles règles relatives à l’usage des cookies et au consentement, la recommandation de décembre 2013 relative aux cookies et autres traceurs reste toujours valide » (la recommandation) . Ainsi, d’après lui, « le scroll et/ou le clic sur un élément de la page visitée, reste un mode valable d’expression du consentement, et ce jusqu’à juin 2020 ».

Comme rappelé sur Twitter, le Groupe de l’Article 29, dans une autre recommandation relative au consentement dans le cadre du RGPD, avait estimé que « faire défiler ou naviguer sur un site Web ne répond pas à l'exigence d'une action claire et positive », notamment parce qu’une personne peut rater ces alertes en faisant « défiler rapidement de grandes quantités de textes ».

7 commentaires
Avatar de fred42 INpactien
Avatar de fred42fred42- 29/05/19 à 08:56:34

Si ce qu'ils disent est vrai, c'est triste pour le RGPD.
Mais qu'ont-il fait avant mai 2018 alors que le contenu du RGPPD était connu depuis plus de 2 ans ?

La CNIL doit sévir sans attendre contre les plus gros contrevenants français. Il en va de sa crédibilité.

Avatar de crocodudule INpactien
Avatar de crocodudulecrocodudule- 29/05/19 à 09:11:04

Aahhahaha la CNIL :mdr:
 
Y a plus qu'à disrupter La Fontaine:
"Selon que vous serez un lobbyiste puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir"

Avatar de crocodudule INpactien
Avatar de crocodudulecrocodudule- 29/05/19 à 09:30:26

Et j'ai déjà la phase 2 du bullshit: '"ah mais attention le domaine publicitaire c'est la Directive e-privacy pas le RGPD" :mdr2:

Finalement, on a pas besoin de l'autorité irlandaise pour sabrer le RGPD, on est parfaitement autonome au niveau national !

Édité par crocodudule le 29/05/2019 à 09:31
Avatar de crocodudule INpactien
Avatar de crocodudulecrocodudule- 29/05/19 à 09:54:29

fred42 a écrit :

Si ce qu'ils disent est vrai, c'est triste pour le RGPD.
Mais qu'ont-il fait avant mai 2018 alors que le contenu du RGPPD était connu depuis plus de 2 ans ?

La CNIL doit sévir sans attendre contre les plus gros contrevenants français. Il en va de sa crédibilité.

Il est à craindre que cela soit exact, la CNIL a une position qui a toujours fait prédominer le paquet télécom (bientôt la Directive ePrivacy) sur le RGPD (et avant la Directive de 95), alors que les champs d'application sont destinés à se combiner et non exclure l'une ou l'autre des réglementations.

La première concerne la confidentialité des communications et les données relatives au trafic, l'autre les données à caractère personnel, par conséquent il n'y a aucune raison de faire prévaloir la première lorsque dans des communications ou données de trafic il y a des données à caractère personnel.

C'est pourtant le sens des explications de la CNIL qui pour de la mesure d'audience permet encore la dispense de consentement préalable:
. L'explication ancienne
https://www.cnil.fr/fr/publicite-en-ligne-la-cnil-precise-les-regles-respecter-lissue-de-ses-controles
. La plus récente
https://www.cnil.fr/fr/cookies-traceurs-que-dit-la-loi 

Avatar de tpeg5stan Abonné
Avatar de tpeg5stantpeg5stan- 29/05/19 à 10:02:31

Totalement d'accord avec toi.

Avatar de Jarodd Abonné
Avatar de JaroddJarodd- 29/05/19 à 12:27:19

"La loi, c'est moi" :8
 (Geste Dredd)

Avatar de Norde Abonné
Avatar de NordeNorde- 31/05/19 à 11:00:11

Ah, est-ce le début de la fin pour la CNIL (et le RGPD) ?

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.