Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Enceintes connectées, assistants vocaux, l’étude Hadopi-CSA

Comme déjà annoncé dans nos colonnes en octobre 2018, les deux autorités se sont penchées sur les assistants vocaux et les enceintes connectées. Dans leur étude quantitative et qualitative, il ressort que les utilisateurs de ces appareils seraient de gros consommateurs d’offres audiovisuelles, par ailleurs « fortement abonnées à des offres légales ».

Seulement, les personnes interrogées « ont aussi tendance à consommer plus souvent des biens culturels en ligne de manière illicite, quel qu’en soit le moyen : 42 % des utilisateurs réguliers d’enceinte connectée déclarent des pratiques illicites sur Internet, 39 % des utilisateurs d’assistant vocal sur smartphone et 28 % pour les internautes en général en février 2019 (sans qu’un lien de causalité ne s’établisse toutefois) ».

Les deux autorités estiment que les pouvoirs publics doivent « accompagner le développement des usages des enceintes connectées et des assistants vocaux en garantissant un niveau élevé d’information des utilisateurs sur l’utilisation de leurs données personnelles, sur les fonctionnalités offertes par ces nouvelles technologies et sur les services disponibles sur ces terminaux ». Une crainte bien connue : celle du risque d’enfermement des consommateurs dans leur consommation de contenus.

1 commentaire
Avatar de Exagone313 Abonné
Avatar de Exagone313Exagone313- 29/05/19 à 09:59:14

fortement abonnées à des offres légales

consommer plus souvent des biens culturels en ligne de manière illicite

Je vois pas pourquoi ils iraient se poser cette question vis-à-vis des enceintes connectées. En tout cas on sait déjà (via une étude de l'Europe) que l'offre illégale renforce l'offre légale. Tu testes puis tu achètes si tu en as les moyens, mais plus tu consommes plus tu veux plus, et plus tu as de chances d'être intéressé par des catalogues différents, jusqu'à une certaine limite de prix. Sans offre de partage, tu ne testes rien et tu achètes moins.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.