Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
L'OMS reconnaît l'addiction au jeux vidéo comme une maladieCrédits : p_ponomareva/iSTock

L'Organisation mondiale de la santé avait fait part de son intention d'ajouter le trouble du jeu vidéo dans sa nouvelle Classification internationale des maladies (CIM-11) dès janvier 2018.

Elle devait encore être présentée et validée par l’Assemblée mondiale de la Santé pour être adoptée par les États membres. C'est désormais officiellement le cas (sous la référence 6C51 pour les jeux vidéo) avec une entrée en vigueur au 1er janvier 2022.

Elle décrivait l'année dernière le trouble « comme un comportement lié à la pratique des jeux vidéo ou des jeux numériques, qui se caractérise par une perte de contrôle sur le jeu, une priorité accrue accordée au jeu, au point que celui-ci prenne le pas sur d’autres centres d’intérêt et activités quotidiennes, et par la poursuite ou la pratique croissante du jeu en dépit de répercussions dommageables ».

« Des études montrent que le trouble du jeu vidéo ne touche qu’une petite partie des personnes qui utilisent des jeux numériques ou des jeux vidéo. Néanmoins, tout joueur doit être attentif au temps passé sur les jeux, en particulier si ses activités quotidiennes en pâtissent », ajoute l'OMS.

De son côté, l'Entertainment Software Association (ESA) fait part de son mécontentement et demande à l'OMS de revenir sur sa décision. « Le "trouble du jeu" n'est pas basé sur des preuves suffisamment solides pour justifier son inclusion dans l'un des plus importants outils d'établissement de normes de l'OMS », affirme-t-elle.

26 commentaires
Avatar de dylem29 INpactien
Avatar de dylem29dylem29- 27/05/19 à 08:48:03

Très bonne décision.

Même si je préfère le terme "dépendance" à "addiction" car on peut être addict de tout en fait. :D

Avatar de monpci INpactien
Avatar de monpcimonpci- 27/05/19 à 08:59:09

génial maintenant on pourra vendre  plein de médicamentent pour soigné cette maladie (sans bien sur se remettre en question 2 minutes )

Avatar de skankhunt42 Abonné
Avatar de skankhunt42 skankhunt42 - 27/05/19 à 08:59:51

En effet quand j'avais 16 ans je préférais largement me taper une partie de jeux vidéos en rentrant a 18h30 du lycée plutôt qu'avaler un gouté puis reprendre les transport pour 30 / 40 mn de sport, surtout l'hiver !

Avatar de tazvld Abonné
Avatar de tazvldtazvld- 27/05/19 à 09:11:53

Le jeu vidéo n'est pas une drogue. C'est une activité comme une autre. Cependant le jeu vidéo fait parti des jeux en général, et il va énormément travailler avec notre système de récompense.
Là où une drogue va directement tapé dessus par voies chimiques, les activités doivent passer par la "voie normale". Cependant, les concepteurs de jeux vidéo essaient d'exploiter à font ce système de récompense il sont conçus vraiment pour. Pour exemple les jeux vidéo dit "Juicy", du fait qu'à la moindre "bonne action", font péter des étoiles dans tous les sens, avec des couleur flashy, donnent énormément de récompenses visuels et sonores.

Donc oui, on peut être addict de tout. Tu peux kiffer la collection de timbres. Le jeu vidéo est juste taillé pour être le plus addictif possible, mais contrairement à une drogue chimique, elle nécessite de passer par une action, un effort.

Avatar de dylem29 INpactien
Avatar de dylem29dylem29- 27/05/19 à 09:15:10

Je parlais plutôt d'une dépendance psychologique.

Avatar de skankhunt42 Abonné
Avatar de skankhunt42 skankhunt42 - 27/05/19 à 09:43:23

tazvld a écrit :

Le jeu vidéo n'est pas une drogue. C'est une activité comme une autre. Cependant le jeu vidéo fait parti des jeux en général, et il va énormément travailler avec notre système de récompense.
Là où une drogue va directement tapé dessus par voies chimiques, les activités doivent passer par la "voie normale".

Donc oui, on peut être addict de tout. Tu peux kiffer la collection de timbres. Le jeu vidéo est juste taillé pour être le plus addictif possible, mais contrairement à une drogue chimique, elle nécessite de passer par une action, un effort.

Les jeux vidéos ne sont pas vraiment une activité comme une autre... Il est moins fatiguant de jouer 2 heures à un jeu qui te procurera de l’adrénaline / dopamine que faire 2h de vélo, 1h de marche ou 20 minutes de jogging. Le jeux vidéos est aussi moins fatiguant que les échecs ou la pétanque. Quand tu joue à un jeu, tu bouge un peu ton poignet pour la souris et les doigts de l'autre main sur le clavier tout en fixant un écran. Sur une console c'est encore pire car tu reste dans la même position des heures dans le canapé face à la télévision.

Concernant la drogue et son illégalité tu devra te bouger les fesses pour en trouver, la consommation demande un effort physique, ça coute de l'argent et tu peut en consommer dehors. Rien de plus jouissif par exemple que de fumer un joint de cannabis puis de faire une partie de golf !

Et pour celui "qui ne tiens pas la drogue", il sera difficile de pratiquer une activité physique même si très douce alors que faire une partie de jeux vidéos est possible et y redonne même de l’intérêt. Pour finir avec la "drogue", certaines drogues peuvent aussi donner la pèche ou supprimer la douleurs ce qu permettra un regain envers l'activité physique.

Pour conclure, je pense que la classification des drogues devrait être prise au sens large et y inclure de nouveau critère comme le mélange, la facilité et la motivation à une activité physique ou non.

Fumer de la high te donnera de l'énergie et te motivera à faire une petite heure de marche en t'ouvrant au monde, alors que te goinfrer de cochonnerie sucrée fera de toi une boule de suif amorphe, ce qui aura tendance à t'orienter vers une les jeux vidéos puis vers la drogue pour supporter ton état.

ps : Je rapelle qu'il est interdit par la loi française de dire du bien de tout produit stupéfiant, même si ont est les plus gros consommateur d'europe alors que les plus répressif. En europe le pays le plus libéral est la hollande, avec des prisons vides et des rues pleines de vélo, sans casque avec très peut d'accident et beaucoup de portion piétonnes en ville.

Avatar de Winderly Abonné
Avatar de WinderlyWinderly- 27/05/19 à 09:52:07

"au jeux vidéo"
singulier, pluriel, singulier

Il faudrait choisir. :transpi:

Avatar de Ailothaen Abonné
Avatar de AilothaenAilothaen- 27/05/19 à 09:53:09

Du coup, si je suis accro aux jeux vidéo, je peux demander un arrêt maladie ? :D

Avatar de latlanh INpactien
Avatar de latlanhlatlanh- 27/05/19 à 09:54:53

skankhunt42 a écrit :

Les jeux vidéos ne sont pas vraiment une activité comme une autre... Il est moins fatiguant de jouer 2 heures à un jeu qui te procurera de l’adrénaline / dopamine que faire 2h de vélo, 1h de marche ou 20 minutes de jogging. Le jeux vidéos est aussi moins fatiguant que les échecs ou la pétanque. Quand tu joue à un jeu, tu bouge un peu ton poignet pour la souris et les doigts de l'autre main sur le clavier tout en fixant un écran.

Eu... ca dépend du jeu pour le coup, je suis plus crevé après 20 min de Sc2 que 20 min d’échec :D

Avatar de Vekin Abonné
Avatar de VekinVekin- 27/05/19 à 09:58:39

Je ne vois pas où est le débat. À partir du moment où une activité devient trop intrusive dans ta vie et que tes relations, ton travail et/ou ta santé en pâtisse, c'est une dépendance. De fait, je ne vois pas trop pourquoi le JV y ferait exception.

On peut bien être accro aux jeux d'argent après tout, avec les conséquences désastreuses que ça peut avoir.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 3