Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
 Pistage des drones : des députés veulent un assouplissementCrédits : cnrn/iStock/ThinkStock

Au 1er juillet prochain, les drones de 800 grammes ou plus devront théoriquement être équipés d’un dispositif de « signalement électronique ou numérique ». L’idée : permettre aux forces de l’ordre de mieux suivre leurs évolutions, à distance, par exemple pour détecter automatiquement un appareil qui s’approcherait trop d’un site sensible (tel qu’une centrale nucléaire).

Du décollage à l'atterrissage, chaque drone devra transmettre aux pouvoirs publics, éventuellement par le biais d’une application, des informations telles que sa position géographique et son altitude, sa vitesse, etc.

Dans le cadre de l’examen du projet de loi Mobilités, le député Rémy Rebeyrotte demande toutefois à ce que cette obligation ne s’applique pas aux drones « dépourvus à la fois de caméra et de pilote automatique ».

« L’intégration d’un dispositif de signalement dans des aéromodèles non conçus pour recevoir un tel dispositif est très difficile, parfois impossible, sur les modèles de faibles dimensions » se justifie l’élu LREM. Selon lui, cela s’avère même « potentiellement dangereux car la compatibilité du dispositif avec les systèmes de télécommande utilisés sur les aéromodèles ne peut être garantie d’où un risque d’interférence pouvant conduire à une perte de contrôle du modèle ».

Le parlementaire soutient également que cette « contrainte » (quand bien même elle n’est pas encore en vigueur) « décourage les nombreux aéromodélistes étrangers qui ont l’habitude de pratiquer leur loisir en France, durant les vacances et par conséquent nuit à l’attrait touristique de notre pays et aux retombées économiques qui y sont liées ».

15 commentaires
Avatar de Trit’ Abonné
Avatar de Trit’Trit’- 21/05/19 à 08:30:10

Non, mais la vérité, c’est qu’il a en offert à ses enfants ou petits-enfants à Noël, et qu’il faudrait quand même pas que les élus et leurs familles soient eux-mêmes soumis aux lois qu’ils votent et font appliquer pour le reste de la populace, hein… :fumer:

Avatar de Norde Abonné
Avatar de NordeNorde- 21/05/19 à 08:53:06

Ah oui, la fameuse horde d'aéromodélistes étrangers faisant tourner l'économie touristique Française... :troll:

Édité par Norde le 21/05/2019 à 08:53
Avatar de gg40 INpactien
Avatar de gg40gg40- 21/05/19 à 09:02:42

:mdr2:

Avatar de anagrys Abonné
Avatar de anagrysanagrys- 21/05/19 à 09:08:51

"sur les modèles de faibles dimensions"
on parle quand-même des drônes de plus de 800g, pas sûr qu'ils soient de faible dimension, si...?
(j'y connais rien, si je me plante complètement, merci de patapé :transpi:)

Avatar de Biour Abonné
Avatar de BiourBiour- 21/05/19 à 09:35:25

800g ce n'est pas gros. un 6 ou 7" peut dépasser (rien qu'une batterie c'est vite 200g) voir un 5" pour débutant (20/25cm de diagonale)

Dans les model commerciaux, un mavic 2 dépasse...

Avatar de skankhunt42 Abonné
Avatar de skankhunt42 skankhunt42 - 21/05/19 à 09:53:46

J'ai du mal à comprendre l'argument mais je l'accepte si il est également appliqué au cannabis et à la hollande. Pourquoi un hollandais pourrais s'en fumer un gros dans un cofee shop au pays mais qu'une fois arrivé dans notre pays il va ce faire retirer son permis et finir en prison ? Pareil pour la prostitution avec Allemagne et la Belgique.

Avatar de Loewyn INpactien
Avatar de LoewynLoewyn- 21/05/19 à 09:54:11

faire un drone soi même est extrêmement simple donc au final cette lois ne s'appliquera pas au contrevenant...

Avatar de Jossy Abonné
Avatar de JossyJossy- 21/05/19 à 10:37:01

Tous les drones ne sont pas forcément équipés de puces GPS non ? Du coup ça devient plus ardu de déclarer la position en temps réel !

Avatar de Scarfy INpactien
Avatar de ScarfyScarfy- 21/05/19 à 14:12:56

Donc, on résume, un truc qui devait entrer en service au 1er juillet 2018 (!) est repoussé au 1er juillet 2019, et on a aucune solution technique de proposée. A part mettre un smartphone dans l'UAV, y'a rien d'autre à ma connaissance. Mettre un module qui enverrait sa position à un smartphone resté sur le pilote, faudrait utiliser le WIFI du téléphone et la portée sera ridicule.
Après, ça pourrait être purement déclaratif, on lance une appli avant le vol en cliquant "Je vole ici et maintenant" et ça update l'API du gouvernement.
Ca permettrait la génération automatique de NOTAM pour les appareils de la sécurité civile qui volent bas. 
Y'a aussi un système en cours de développement pour un autre but mais qui pourrait facilement être adapté : INAV Radar. C'est un petit composant (ESP32 avec module LoRa) qui émet en 433/866/915 MHz la position de l'UAV. Les Forces de l'ordre équipées du même module reçoivent alors l'information du truc qui vole au-dessus d'eux. Tant pis pour le relais.
Et bien sûr, les méchants devront veiller à bien allumer le-dit dispositif.
Et le coup du "ne doit pas être modifiable par l'user final", dans un milieu amateur où tout se construit avec du soft open-source, ça va être rigolo.
 
 
 

Avatar de Z-os INpactien
Avatar de Z-osZ-os- 21/05/19 à 17:03:08

Pour qu'on les verbalise parce qu'ils font voler leurs drones dans des lieux interdits. :francais:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2