Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
 La directive droit d’auteur aboutira bien à un filtrage, applaudit le gouvernement français

Pendant des mois, les sociétés de gestion collective ont assuré que la directive sur le droit d’auteur n’engendrera aucune obligation de filtrage. C’est encore ce qu’affirme ce site, financé par Europe For Creators, groupe de lobbying de l’industrie culturelle qui compte dans ses rangs une ribambelle de sociétés de gestion collectives, groupes d’intérêts de la musique, ou d’éditeurs (ADAGP, l’ADAMI, CISAC, le GESAC, la SACEM, la SDRM, l’IFPI, la  SCAM, la SABAM, l’UPFI, etc.).

Avec l’article 13, devenu article 17 au fil des débats, « il n’y a aucune obligation de mettre en place des filtres ». Simplement, « les services doivent être capables d’identifier spécifiquement les contenus protégés sur lesquels les ayants droit ont fourni les informations pertinentes. Ils ne peuvent utiliser de filtres aléatoires pour empêcher les contenus d’être postés ».

Évidemment, notre schéma de cette disposition phare, parce qu’il évoque la notion de « filtrage », fut critiqué par les responsables des affaires publiques de ces sociétés…  

Le 26 mars, le texte a donc été voté par les eurodéputés sous ces propos rassurants. Un mois plus tard, le gouvernement estime que cet article 13/17 aboutira à des « avancées majeures ». Parmi ces belles avancées, « les plateformes de diffusion en ligne devront filtrer les publications mises en ligne pour s’assurer qu’elles ne contiennent pas des œuvres protégées ».

120 commentaires
Avatar de rson INpactien
Avatar de rsonrson- 13/05/19 à 08:58:25

On pourrait vomir sur des lobbyistes malhonnêtes ou sur un gouvernement en mal de vision, mais je préfère vous dire bravo d'être toujours sur le qui-vive et de nous fournir des analyses pertinentes :yes: ! Puissiez-vous continuer sans vous épuiser, moi ces gens-là me fatiguent juste de vous lire...

Avatar de Obidoub INpactien
Avatar de ObidoubObidoub- 13/05/19 à 09:03:11

Donc au final aucun changement ? Youtube (le principal visé) fait déjà ça
Éventuellement la différence est que les ayant droits pourront fournir eux-mêmes les filtres ?

Avatar de monpci INpactien
Avatar de monpcimonpci- 13/05/19 à 09:05:21

:fumer:

 :duel1:

Avatar de oscarlito Abonné
Avatar de oscarlitooscarlito- 13/05/19 à 09:05:43

Ah, ils auront resisté autant qu'ils le pouvaient... 

Ou pas.

Avatar de MarcRees Équipe
Avatar de MarcReesMarcRees- 13/05/19 à 09:07:35

Obidoub a écrit :

Donc au final aucun changement ? Youtube (le principal visé) fait déjà ça
Éventuellement la différence est que les ayant droits pourront fournir eux-mêmes les filtres ?

Tu passes d'un système volontaire (si ContentID te déplaît, tu peux aller voir ailleurs), à un système imposé par le haut, une directive transposée bientôt par une loi, avec sanction à la clef.
Dire qu'il n'y a aucun changement est peut être un peu rapide ;)
 

Avatar de M'enfin ! INpactien
Avatar de M'enfin !M'enfin !- 13/05/19 à 09:15:34

Ca fait plusieurs années que la guerre sémantique a commencée. Tous les termes à connotation négative sont combattus pour les remplacer par des termes plus positifs. Ainsi un licenciement collectif devient un plan de sauvegarde pour l’emploi. Là ce n’est pas du filtrage, c’est de la préservation culturelle. Nuance. 

Entre dictature sémantique et rhétorique de la censure (si tu n’es pas d’accord avec moi c’est que t’es *phobe, sexiste, anti-*, etc) : la France a peur des mots.

Avatar de lanoux Abonné
Avatar de lanouxlanoux- 13/05/19 à 09:17:23

vaut mieux qu'ils applaudissent, dans 15 jours ils vont chialer

Avatar de ForceRouge INpactien
Avatar de ForceRougeForceRouge- 13/05/19 à 09:26:16

A propos de la news,

Tant que ca reste du filtrage à l'intérieur d'un site, on reste, meme si c'est youtube, sur du détail.

Rien n'empeche de créer son site a coté pour diffuser ses idées ou oeuvres. Ca permeterrais même de rediversifier le web (j'ai pas dit Internet hein).

M'enfin ! a écrit :

Ca fait plusieurs années que la guerre sémantique a commencée. Tous les termes à connotation négative sont combattus pour les remplacer par des termes plus positifs. Ainsi un licenciement collectif devient un plan de sauvegarde pour l’emploi. Là ce n’est pas du filtrage, c’est de la préservation culturelle. Nuance. 

Entre dictature sémantique et rhétorique de la censure (si tu n’es pas d’accord avec moi c’est que t’es *phobe, sexiste, anti-*, etc) : la France a peur des mots.

Tout à fait d'accord, ca à le don de m'énerver aussi. Comme les caméra de vidéo protection... J'ai jamais vu une caméra empécher un vol de sac a main. Dans le fond, les caméras de vidéo surveillance dans les lieu publique ne me dérange pas plus que ca. Mais appelons un chat, un chat, bordel...

Avatar de Vorphalax Abonné
Avatar de VorphalaxVorphalax- 13/05/19 à 09:36:34

C'est a dire ? Parce que je ne crois pas un instant à ce que LREM se fasse ramasser aux Européennes.

Avatar de Vorphalax Abonné
Avatar de VorphalaxVorphalax- 13/05/19 à 09:42:22

Rien n'empeche effectivement mais d’auto héberger ou se faire héberger ça demande un minimum de compétences et l'envie de le faire. Et en ce qui concerne l'audio ou la vidéo si des services comme youtube ou dailymotion sont nés c'est ben parce que c'est consommateur de bande passante dans le cas d'un auto-hebergement un adsl  ou vdsl c'est utopique, dans le cas d'un hébergement tiers il y a des restrictions de BP.

Édité par Vorphalax le 13/05/2019 à 09:43
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 12