Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
La NASA compare les jumeaux Kelly, l'un des deux ayant passé un an dans l'espace

Scott Kelly a passé un an dans la Station spatiale internationale dans le cadre du projet One year Mission. Pendant ce temps, son frère jumeau Mark Kelly est resté sur le plancher des vaches pour servir de « référent génétique terrestre ».

Une occasion unique de comparer l'évolution des deux frères et d'analyser en profondeur les changements après un an dans l'espace et le vide. Pour la NASA, cette étude publiée dans Science va « guider la recherche biomédicale spatiale et permettre des voyages plus sûrs vers Mars ».

« Des milliers de changements moléculaires et génétiques surviennent lorsque quelqu'un va dans l'espace », mais « pratiquement tout cela revient à la normale dans les six mois », indique un scientifique repris par l'AFP.

L'étude s'est notamment attardée sur l'épaisseur de la paroi de l'artère carotide. « Notre découverte principale est que la paroi de l'artère carotide de Scott s'est épaissie lors du vol, et est restée ainsi pendant toute la durée de la mission ». La « vaste majorité, plus de 90%" des changements observés, ont disparu une fois de retour sur Terre ».

Scott a perdu 7 % de sa masse corporelle (Mark a gagné 4 %), tandis que les performances cognitives de Scott avaient légèrement diminué après son retour sur Terre, notamment en termes de vitesse et précision.

Un des résultats les plus intéressants concerne les télomères que l'on trouve à l'extrémité des chromosomes : ils se sont allongés durant le séjour dans l'ISS alors qu'ils raccourcissent normalement avec l'âge. De retour sur Terre, leur longueur a « très rapidement » décru.

20 commentaires
Avatar de Kevsler INpactien
Avatar de KevslerKevsler- 12/04/19 à 08:22:01

En bref, les effets permanents sont : dégradation de l'ADN, dégradation des capacités mentales.

La Terre, c'est bien.

Avatar de Vekin Abonné
Avatar de VekinVekin- 12/04/19 à 08:33:15

Seul effet positif (pas permanent hélas) : l'allongement des télomères, pouvant potentiellement allonger l'espérance de vie/freiner le vieillissement.

Avatar de Faith INpactien
Avatar de FaithFaith- 12/04/19 à 08:34:27

Kevsler a écrit :

En bref, les effets permanents sont : dégradation de l'ADN, dégradation des capacités mentales.

La Terre, c'est bien.

Un peu trop bref, quand même.
La news n'indique pas une dégradation de l'ADN: l'allongement des télomères parfois considéré comme positif (sauf erreur) et en ce qui concerne les capacités mentales, je dirais que ça a plus à voir avec le fait de reste enfermé 1 an dans un espace confiné avec des interractions sociales très limitées et des activités routinières qu'avec l'espace en lui même...
 

Avatar de Kevsler INpactien
Avatar de KevslerKevsler- 12/04/19 à 08:51:39

Tout à fait, la perte de cognitivité peut être dû aux conditions de stimulation mentale. M'enfin vu la façon dont est présentée la chose en conclusion de l'étude de la NASA, ça semble être dû en partie à l'environnement spatial. Ils disent qu'il n'a pas récupéré ses facultés mentales, même 6 mois après son retour.

Concernant l'ADN : voir cet article plus exhaustif de The Verge qui fait sans doute référence à la publication de la NASA dans Science.

En bref, très bref : dommage permanents causés à l'ADN du spationaute.

Avatar de tazvld Abonné
Avatar de tazvldtazvld- 12/04/19 à 08:53:20

Les télomère, ce sont les extrémité des chromosomes, c'est le début ou la fin de brin d'ADN.

La machinerie de réplication de l'ADN est incapable de copier les quelques dernier nucléotide d'un brin. Du coup à chaque fois qu'une cellule se divise, les cellules filles ont perdu quelque nucléotide dans les extrémités.

Pour contrer ceci, tout d'abord, ces bouts ne codent pour rien, c'est de la marge : c'est les télomère.

Ensuite, à des occasions bien spécifiques (lors de la fabrication des spermatozoïde et des ovules) une enzyme, la télomérase recréée ces télomères. Mais sinon, en temps normal, nos télomères se réduisent avec la multiplication cellulaires.
Une cellule cancéreuse cependant a réussi à réactivé ses télomérases (ce qui du coup permet de se répliquer autant qu'elle veut).

Avatar de Faith INpactien
Avatar de FaithFaith- 12/04/19 à 09:20:09

Kevsler a écrit :

 Concernant l'ADN : voir cet article plus exhaustif de The Verge qui fait sans doute référence à la publication de la NASA dans Science
 

Exposé à 146mSv.
 En dessous de 100, on n'observe pas d'impact net. Ici, on est quand même sensiblement au dessus.
Intéressant. Espérons juste que ça n'affecte pas trop sa santé à court/moyen terme. 
 

Avatar de spidermoon Abonné
Avatar de spidermoonspidermoon- 12/04/19 à 09:21:35

La moustache de l'un a poussé et pas l'autre :transpi:

Avatar de Vekin Abonné
Avatar de VekinVekin- 12/04/19 à 09:21:45

De mémoire, ils avaient artificiellement "allongé" (recréé ?) les télomères chez la mouche du vinaigre, et celles-ci voyaient leur espérance de vie doubler ! Ça laisse songeur...

Avatar de Vekin Abonné
Avatar de VekinVekin- 12/04/19 à 09:28:12

Donc l'équivalent de ce qu'ont reçu certains travailleurs à la centrale de Fukushima (ou la consommation de 1'460'000 bananes) ? Inquiétant.

Avatar de sir.thorfin INpactien
Avatar de sir.thorfinsir.thorfin- 12/04/19 à 09:28:30

spidermoon a écrit :

La moustache de l'un a poussé et pas l'autre :transpi:

C'est la faute à la gravité terrestre qui à forcé la moustache du spationaute à sortir :D 

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2