Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Fréquences 5G : le cadre des enchères, Huawei est un « acteur comme les autres »Crédits : cokada/iStock

Dans une interview au Monde, la secrétaire d’État chargée des télécoms Agnès Pannier-Runacher donne quelques indications sur la procédure d'attribution des fréquences de la 5G en France.

Elle prépare une lettre pour l'Arcep afin que le régulateur puisse préparer son cahier des charges sur cette base. Sans grande surprise, elle confirme d'abord qu'il s'agira d'enchères, avec « plusieurs objectifs [...] notamment de couverture du territoire, qui combine 4G et 5G ».

Sur la question du prix de réserve, elle reste assez vague : « Il y a aussi, sans surprise, l’objectif d’équilibre des recettes pour l’État. Sur ce point, l’enjeu est de trouver le juste milieu avec l’ampleur des investissements à réaliser par les opérateurs ». Il faudra trouver le juste milieu.

« Nous n'avons pas retenu à ce stade le modèle allemand » avec des blocs de fréquences réservées aux industriels « car il n'y a pas encore de demande très claire », ajoute-t-elle. Le gouvernement veillera par contre à ce que les opérateurs proposent des accès à la 5G dans de bonnes conditions, là encore sans détails supplémentaires.

On semble donc assez loin de la position affichée par Sébastien Soriano dans une interview à Next INpact sur la dernière procédure d'attribution des fréquences : « On peut imaginer un acteur neutre qui ne soit aucun des quatre grands opérateurs qui exploitent le réseau et les fréquences et qui ensuite revend de la capacité à tout le monde. Ce n'est pas impossible. On ouvre totalement cette possibilité ».

Concernant le cas de Huawei, la secrétaire d'État explique que le chinois est « un des grands acteurs du marché que nous considérons comme les autres ». Pour rappel, l'Europe a décidé de ne pas bannir l'équipementier, mais de laisser le choix à chaque pays.

6 commentaires
Avatar de OB Abonné
Avatar de OBOB- 11/04/19 à 09:10:28

« Nous n'avons pas retenu à ce stade le modèle allemand » avec des blocs de fréquences réservées aux industriels « car il n'y a pas encore de demande très claire
», ajoute-t-elle. Le gouvernement veillera par contre à ce que les
opérateurs proposent des accès à la 5G dans de bonnes conditions, là
encore sans détails supplémentaires.

=> Donc en France on veux maintenir un juteux oligopole, même si ça implique des coûts d'accès plus important pour les autres sociétés , et une moindre diversité des usages du spectre.

On reconnais bien la "patte" de bercy dans cette logique, tout en reconnaissant qu'il est plus facile d'accepter de s’asseoir sur des (grosses) recettes à venir lorsqu'on est en situation d'excédent budgétaire que lorsqu'on est déjà en déficit. 

Je reste convaincu que dans 20 ans il ne faudra pas s'étonner de voir que les équipementiers et les fournisseurs de service allemands taillent des croupières aux entreprises française : Les racines de cela sont posé dès maintenant.

Avatar de mouton_enragé INpactien
Avatar de mouton_enragémouton_enragé- 11/04/19 à 10:35:51

A mon avis, soit elle a une mémoire de poisson rouge, soit elle a une langue de bois bien chargée, soit elle ne comprend rien au sujet.

https://www.challenges.fr/high-tech/5g-l-assemblee-vote-pour-un-dispositif-anti-...

Avatar de fred42 INpactien
Avatar de fred42fred42- 11/04/19 à 10:56:02

Soit c'est toi qui ne comprends rien.
L'article que tu mets en lien dit bien que le texte ne vise pas un équipementier particulier. Huawei serait donc soumis aux mêmes contraintes que les autres équipementiers : une demande d'autorisation au premier ministre par les opérateurs.

Avatar de refuznik Abonné
Avatar de refuznikrefuznik- 11/04/19 à 11:37:32

Dans l'article du Monde elle dit aussi "La 5G, avec sa faible latence, ses débits bien plus élevés et sa faible portée, est bien adaptée pour les entreprises et les zones de forte densité humaine".

Sous entendu seuls les emplacements des entreprises et
les grandes villes seront concernés par la 5G, le reste des Français
étant assuré de bénéficier à terme de la 4G grâce au New Deal mobile.

 

Édité par refuznik le 11/04/2019 à 11:37
Avatar de OlivierJ Abonné
Avatar de OlivierJOlivierJ- 11/04/19 à 11:50:54

OB a écrit :

=> Donc en France on veux maintenir un juteux oligopole, même si ça implique des coûts d'accès plus important pour les autres sociétés , et une moindre diversité des usages du spectre.

D'où sort ce "donc" ?
Le coût de construction d'un réseau est très élevé, même pour Free vu le temps qu'il a mis (et met encore) à avoir le sien.
Et le côté "juteux", depuis Free je ne suis pas sûr que ce soit encore le cas (les autres opérateurs l'ont senti passer).

OB a écrit :

On reconnais bien la "patte" de bercy dans cette logique, tout en reconnaissant qu'il est plus facile d'accepter de s’asseoir sur des (grosses) recettes à venir lorsqu'on est en situation d'excédent budgétaire que lorsqu'on est déjà en déficit.

Pas compris ta remarque, vu qu'on est déjà en déficit.

OB a écrit :

Je reste convaincu que dans 20 ans il ne faudra pas s'étonner de voir que les équipementiers et les fournisseurs de service allemands taillent des croupières aux entreprises française : Les racines de cela sont posé dès maintenant.

Quels équipementiers et fournisseurs de service allemands ?
Je ne pige pas bien le rapport, là il est question des enchères pour les opérateurs, comme pour la 4G.
S'il n'y a pas d'industriel qui a l'air de vraiment vouloir se lancer, on ne va pas en forcer.

refuznik a écrit :

Dans l'article du Monde elle dit aussi "La 5G, avec sa faible latence, ses débits bien plus élevés et sa faible portée, est bien adaptée pour les entreprises et les zones de forte densité humaine".

Sous entendu seuls les emplacements des entreprises et les grandes villes seront concernés par la 5G, le reste des Français

D'où sors-tu ce sous-entendu ?
La logique veut de toutes façons que ce soient les zones denses qui soient équipées en premier, on ne va pas faire l'inverse. On ne met pas des métros et RER dans la Creuse.

Avatar de OB Abonné
Avatar de OBOB- 11/04/19 à 17:25:27

OlivierJ a écrit :

D'où sort ce "donc" ?
Le coût de construction d'un réseau est très élevé, même pour Free vu le temps qu'il a mis (et met encore) à avoir le sien.
Et le côté "juteux", depuis Free je ne suis pas sûr que ce soit encore le cas (les autres opérateurs l'ont senti passer).
   

Juteux pour l'état en terme de licence , pas pour les opérateurs télécom.
La difficulté de creer un réseau c'est les points haut (et leur raccordement). Une fois que tu les a, les équipements dessus c'est peanuts (même si ça coute ponctuellement de swapper)
 

OlivierJ a écrit :

Pas compris ta remarque, vu qu'on est déjà en déficit.

 
Voilà : Nous on est déjà en déficit donc Bercy va chercher à faire de l'argent à court terme, même si ça implique qu'a long terme on aura moins d'opportunité. Ces licences étant chères, seuls quelques opérateurs nationaux pourront les financer, devront limiter leurs investissement et leurs r&d, et facturer le maximum pour les rentabiliser.
 
A l'inverse les allemands peuvent se permettre de moins demander en licence, et surtout d'ouvrir le marché à plus d'acteurs diversifié , avec l'espoir de créer un écosystème de solutions diverses & variés qu'ils pourront exporter ensuite.

Et pourvu que le marché 5G soit ouvert (ie qu'on puisse, à terme, prendre en france un abonnement chez un opérateur télco étranger - et je pense ici davantage à des abo "flotte" ou m2m qu'aux particuliers) , ben dans quelques années on se sera fait blouser.

 

OlivierJ a écrit :

Quels équipementiers et fournisseurs de service allemands ?
Je ne pige pas bien le rapport, là il est question des enchères pour les opérateurs, comme pour la 4G.
S'il n'y a pas d'industriel qui a l'air de vraiment vouloir se lancer, on ne va pas en forcer.

 
Euhhh oeuf et poule, là, c'est assez évident.
En France on a sigfox qui se seraitbien lancé, mais qui n'ont pas les reins pour payer des M€ en licence, et des tas de petites sociétés aussi d'expertise.
Mais en France on aime les grands groupes, et uniquement eux.

 

OlivierJ a écrit :

D'où sors-tu ce sous-entendu ?
La logique veut de toutes façons que ce soient les zones denses qui soient équipées en premier, on ne va pas faire l'inverse. On ne met pas des métros et RER dans la Creuse.

Ta logique, hein...
Heureusement que c'est pas celle de tout le monde, et surtout pas celle de l'arcep.

 
 Fact: Il y a des gens en dehors de paris ! Incroyable, hein ? Et il y a même l'électricité....

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.