Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Loi Fake News : Twitter autorise finalement les publicités encourageant la participation électoraleCrédits : Martinns/iStock

Twitter avait refusé une campagne que le gouvernement souhaitait lancer pour inciter les internautes à s’inscrire aux listes électorales. L’entreprise s’estimait incapable de respecter les nombreuses obligations nées de la loi contre la manipulation de l’information (nos explications détaillées).

L’épisode avait généré un beau psychodrame, plusieurs ministres fustigeant ce choix.

Dans une série de tweets, Twitter vient finalement de changer de braquet : « suite à la loi "Manipulation de l'information", nous avons décidé d'interdire toute publicité ciblée en France dont les campagnes appelant à aller voter » prévient le site, qui craint toujours une réplique du scandale Cambridge Analytica ayant frappé Facebook.

Cependant, « après de nombreux échanges, nous avons décidé d'autoriser désormais les publicités encourageant la participation électorale ». Le site insiste : « Promouvoir et protéger l'intégrité des #EUelections2019 est au cœur de notre mission pour les prochains mois. Il s'agit notamment d'encourager la participation des électeurs », ajoute-t-il.

Cependant, la campagne initiale est désormais caduque : l’inscription sur les listes n’était possible que jusqu’au 31 mars. Le gouvernement devra donc se contenter du minimum : promouvoir des messages incitant les citoyens déjà inscrits à aller voter.

Dans un communiqué, le ministre de la Culture et le secrétaire d’État au numérique « salue ce premier pas de Twitter, qui témoigne de la volonté d’amorcer une démarche constructive sur ce sujet ».

Toutefois, les deux représentants du gouvernement assurent que la priorité reste « la mise en œuvre par Twitter et par l’ensemble des plateformes concernées des obligations de transparence prévues par la loi sur la manipulation de l’information ».

Selon leur grille de lecture, « l’objet de la loi n’est en aucun cas d’empêcher les plateformes de diffuser certains contenus mais simplement de permettre aux internautes d’être informés sur le fait que ces contenus font l’objet d’une mise en avant contre rémunération ».

Ils insistent également pour souligner que la stratégie française est, de manière générale « de ne pas s’en remettre à la simple bonne volonté des plateformes ».

Ainsi, « le gouvernement français est déterminé à poursuivre son action pour une plus grande responsabilisation des plateformes dans la lutte contre les contenus illicites ». Et le communiqué de citer l’obligation de retrait rapide de contenus terroristes en ligne « dont on mesure l’importance après l’attentat de Christchurch ».

Selon le même communiqué, « la proposition de loi de Laetitia Avia, visant à lutter contre les discours de haine, et la transposition de la directive SMA, permettant de mieux réguler les plateformes de partage de vidéo, en seront l’occasion ».

33 commentaires
Avatar de Kevsler INpactien
Avatar de KevslerKevsler- 04/04/19 à 08:38:05

Han les pleutres. La honte... M'enfin bon ça ne m'étonne pas, honte et pognon ne sont pas compatibles.

Avatar de skan INpactien
Avatar de skanskan- 04/04/19 à 08:42:10

Reste plus qu'à cibler les pubs sur le public qui vote bien.

Avatar de wanou2 Abonné
Avatar de wanou2wanou2- 04/04/19 à 08:42:37

La campagne en question est quand même très semblable au discours du parti au gouvernement alors ça m'embête un peu....

Avatar de Naneday INpactien
Avatar de NanedayNaneday- 04/04/19 à 08:54:26

Ce n'est pas une PUB, c'est une campagne d'utilité publique, ce n'est pas la même chose du tout

Encore une fois nextinpact coupable de partialité

Avatar de Norde Abonné
Avatar de NordeNorde- 04/04/19 à 09:08:19

Ah, pas un mot sur l'évidente orientation politique du spot gouvernemental ?
Twitter aurait tellement pu les emmerder jusqu'au bout :troll:

Avatar de Haken Trigger Abonné
Avatar de Haken TriggerHaken Trigger- 04/04/19 à 09:09:14

Ils promouvoient quelque chose, c'est donc de la publicité, cf le Larousse.

Encore une fois une personne coupable de ne pas faire de recherches

Avatar de PtiDidi Abonné
Avatar de PtiDidiPtiDidi- 04/04/19 à 09:09:57

Naneday a écrit :

Ce n'est pas une PUB, c'est une campagne d'utilité publique, ce n'est pas la même chose du tout

Et si l'auteur de la campagne décide de ne cibler que ceux qui pourrait lui être favorable?

Avatar de RévolutioN INpactien
Avatar de RévolutioNRévolutioN- 04/04/19 à 09:09:59
Édité par Vincent_H le 08/11/2019 à 12:44
Avatar de Kazer2.0 Abonné
Avatar de Kazer2.0Kazer2.0- 04/04/19 à 09:29:10

La bonne chose, c'est que ça donne un avant goût des dérives donc ne se priveront pas les "géants" avec l'ancien article 11 & 13.

Quelqu'un a du pop-corn en rab ? :D

Avatar de loser Abonné
Avatar de loserloser- 04/04/19 à 10:13:07

Et pourquoi ne pas carrément interdire la politique sur les réseaux sociaux?  Suis-je vraiment le seul à penser qu'elle n'a rien à y faire?

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 4