Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Élections européennes : la plateforme FactCheckEU veut lutter contre la désinformation

13 pays et 19 médias – dont l'AFP, le Monde, Libération et 20 Minutes – se sont regroupés « pour répondre à vos questions sur les élections européennes », et uniquement ce genre de sujets.

La plateforme propose des « articles de vérifications sur les élections publiés par les partenaires, des analyses et réponses sur les idées reçues sur l'Europe, et toutes les réponses à vos interrogations sur ces élections ».

Tous les participants ont signé le code de conduite de l'International Fact-Checking Network (IFCN). Le financement provient de divers organismes, comme le détaille les Echos : 10 000 euros de l'IFCN, 40 000 euros de l'Open Society for Initiative for Europe et 44 000 euros de Google.

Jules Darmanin, coordinateur éditorial du projet, le site devrait « à priori » fermer quelques semaines après les élections de mai… « mais cela dépendra de son succès ».

76 commentaires
Avatar de skan INpactien
Avatar de skanskan- 19/03/19 à 09:23:47

Difficile quand tout est question de point de vue et de jeux sur les mots.
A quand la même chose sur les sujets économiques? (pour ceux saoulé par la politique balisée)

Avatar de 127.0.0.1 INpactien
Avatar de 127.0.0.1127.0.0.1- 19/03/19 à 09:47:12

Que ce soit un un site de "fact checking" ou un site de "fake news", tout réside dans la confiance accordée au site par le visiteur.

Les détracteurs auront beau jeu de dire que ce site est financé par des entreprises privées de presse française (classée 33ème en terme d'indépendance par RSF), des GAFA et divers organismes américains... chacun ayant "surement" un agenda secret concernant les élections européennes.

Voyez comme en une phrase il est facile de jeter le discrédit sur une initiative louable.

Avatar de skankhunt42 Abonné
Avatar de skankhunt42 skankhunt42 - 19/03/19 à 09:52:17

Le plus dangereux c'est surtout les sujet dont personne ne veut réellement parler...

Avatar de Obidoub Abonné
Avatar de ObidoubObidoub- 19/03/19 à 10:12:52

Tout ce que tu cites n'est pas du domaine des fake news mais des opinions.
Ici on s'attaque aux faits (j'espère).
Après chacun est libre de consulter cette plateforme ou non.

Édité par Obidoub le 19/03/2019 à 10:16
Avatar de Obidoub Abonné
Avatar de ObidoubObidoub- 19/03/19 à 10:15:57

127.0.0.1 a écrit :

Que ce soit un un site de "fact checking" ou un site de "fake news", tout réside dans la confiance accordée au site par le visiteur.

Les détracteurs auront beau jeu de dire que ce site est financé par des entreprises privées de presse française (classée 33ème en terme d'indépendance par RSF), des GAFA et divers organismes américains... chacun ayant "surement" un agenda secret concernant les élections européennes.

Voyez comme en une phrase il est facile de jeter le discrédit sur une initiative louable.

Il est évident que cette plateforme sera une cible facile pour les complotistes.

Après le mieux n'est pas de faire confiance à la plateforme, mais aux preuves qu'elle avance.

Moi je regarde cela d'un autre point de vue: ce sont des journalistes pro, c'est leur métier, ça ne me parait pas déconnant qu'ils soient volontaires pour décortiquer des info douteuses ou pas. C'est peut-être un argument d'autorité mais je trouve que ça a plus de poids que les articles facebook sans sources.

Avatar de tmtisfree Abonné
Avatar de tmtisfreetmtisfree- 19/03/19 à 10:30:28

AFP, le Monde, Libération et 20 Minutes

Avec de tels poids lourds de la propagande et désinformation industrielles et subventionnées, éviter ce site s'impose d'emblée.

Tout du moins pour ceux qui votent.

Parmi les financeurs, on note Open Society for Initiative for Europe qui obtient ses fonds d'un influenceur (dans le mauvais sens du terme), repris de justice et en cavale. Ça dénote.

Avatar de Ler van keeg INpactien
Avatar de Ler van keegLer van keeg- 19/03/19 à 10:38:34

Ce genre d'initiative n'a pas grand intérêt au fond.
Les personnes susceptibles de s'y rendre sont déjà ceux qui ont déjà le réflexe de s'informer et de se poser des questions.

Ceux qui sont sensibles aux fake news resteront informés par Sputnik, le twitter de JeanMicheldu75 et le YT d'Alain Soral en gros. FactCheckEU ne sera qu'une preuve du complot islamo-médiatico-illuminati-gaucho-macroniste.

Chacun reste dans sa bulle, c'est bien confortable, et surtout les outils actuels ne favorisent pas la diversité. Ils donnent l'impression que le monde entier est du même avis...

Édité par Ler van keeg le 19/03/2019 à 10:39
Avatar de Pierre_ INpactien
Avatar de Pierre_Pierre_- 19/03/19 à 10:39:06

Quel média aurait sa place dans un projet de factcheking d'après toi du coup ?

Avatar de Plastivore Abonné
Avatar de PlastivorePlastivore- 19/03/19 à 10:40:23

Il existe déjà une page recensant toutes les conneries qui ont été racontées à propos de l'UE dans les médias britanniques. Malheureusement elle n'est disponible qu'en anglais, vu qu'elle est ciblée à la population britannique, mais pour qui comprend, ça vaut vraiment le détour :
https://blogs.ec.europa.eu/ECintheUK/euromyths-a-z-index/

Certains billets sont même écrits avec une touche d'humour (et des jeux de mots pour reprendre la forme des articles de journaux qui ont motivé la rédaction du billet), dont mon préféré :
https://blogs.ec.europa.eu/ECintheUK/udder-nonsense-that-eu-is-forcing-cows-to-w...

Avatar de v1nce INpactien
Avatar de v1ncev1nce- 19/03/19 à 10:42:38

Obidoub a écrit :

Il est évident que cette plateforme sera une cible facile pour les complotistes.

Après le mieux n'est pas de faire confiance à la plateforme, mais aux preuves qu'elle avance.

Moi je regarde cela d'un autre point de vue: ce sont des journalistes pro, c'est leur métier, ça ne me parait pas déconnant qu'ils soient volontaires pour décortiquer des info douteuses ou pas. C'est peut-être un argument d'autorité mais je trouve que ça a plus de poids que les articles facebook sans sources.

Journalistes pros, journalistes pros ...Quand tu vois les membres de International Fact-Checking Network  pour certains ça ressemble plus à des blogueurs qui ont la folie des grandeurs. Pour certains autres "medias" leur page d'accueil ressemble plus à une profession de foi d'un parti politique qu'à celle d'un journal. Mais au moins ils annoncent la couleur. Pour d'autres, il faut aller dans la liste des parrains journalistiques ou des généreux donateurs pour comprendre que le fact-checking se fera plus probablement dans un sens que dans l'autre.
 

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 8