Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Les tests sur Starship de SpaceX avancent : après le bouclier thermique, des « hops » arrivent

Starship est le nom de la prochaine fusée entièrement réutilisable de SpaceX. Elle est prévue pour emmener un équipage dans l'espace, puis revenir se poser sur Terre. Elle doit donc disposer d'un bouclier thermique pour assurer son entrée dans l'atmosphère.

Elon Musk a publié une petite vidéo montrant quelques tuiles hexagonales en train de subir un test de résistance à la chaleur. Selon le dirigeant, tout s'est bien passé.

Prochainement, le prototype à l'échelle réduite de Starship devrait tenter son premier allumage, mais en ne décollant que très peu du sol, on parle aussi d'un petit bond ou d'un « hop ».

Les premiers « hops » feront décoller le prototype Starship, « mais à peine » prévient Elon Musk. Le but est simplement de tester la poussée et le fonctionnement du moteur Raptor. Un seul moteur sera utilisé, alors qu'il en faudra trois pour des vols suborbitaux.

16 commentaires
Avatar de tazvld Abonné
Avatar de tazvldtazvld- 19/03/19 à 10:26:30

Pour les tuiles, je ne sais pas comment c'est réellement testé, mais la vidéo me semble plutôt être un faux test pour le public. C'est un truc à base de chalumeaux qui tiennent à peine, voir bougent alors qu'ils se tenaient sur une zone qui semblait affaiblie (celui en bas à droite : on voit comme un trou ou un décollement en face de lui, puis il sort du bouclier et revient enfin pour aller titiller une région plus haute).

De même, je ne vois pas bien l'utilité d'un "hops" à part amuser la galerie. Je ne vois pas trop ce que ça apporte de plus qu'un test fait sur un banc de test (où l'on peut coller tous les outils de mesure que l'on veut).

SpaceX font de truc sympa, ils avancent très vite, mais c'est beaucoup de poudre au yeux aussi.

Avatar de Faith INpactien
Avatar de FaithFaith- 19/03/19 à 10:36:38

tazvld a écrit :

 
De même, je ne vois pas bien l'utilité d'un "hops" à part amuser la galerie. Je ne vois pas trop ce que ça apporte de plus qu'un test fait sur un banc de test (où l'on peut coller tous les outils de mesure que l'on veut). .

A un moment ou un autre, il faut se confronter à la réalité.
Les tests sur banc d'essai ont évidemment été fait, maintenant ils ont besoin de se confronter à un environnement un peu moins contrôlé.
N'importe quel ingénieur a déjà rencontré des cas où la réalité ne colle pas exactement avec le banc d'essai...

Ceci dit: "à part amuser la galerie", ce qui est une composante essentielle de la conquête spatiale. Sans engouement populaire, on n'aurait pas grand chose d'autre que des sattellites de télécom au dessu de nos têtes. 

Avatar de takowtak Abonné
Avatar de takowtaktakowtak- 19/03/19 à 11:22:23

Je vois pas bien le problème avec les tests de chalumeau, il faut bien que tu puisse conserver une chaleur relativement uniforme, si tu ne permet pas le recul des flux d'air (ce qui fait visiblement bouger les chalumeaux) tu va forcement faire augmenter massivement la chaleur et sortir des données prévu par ton test (~1300°c a première vu dans le cas présent).
Pour les Hops il me semble qu'ils font ces tests pour valider le fonctionnement a bas régime des moteurs (c'est nécessaire lors du retour de ce dernier sur terre, la masse étant bien inférieur a celle du décollage).
Il avait fait la même chose avec la Falcon 1. Je suppose que ça doit être plus simple a valider et confirmer que ça ne fait pas basculer le véhicule en le fessant en "condition réel)", en plus ils auront de toute façon besoin du même matériel pour faire des teste a plus haute altitude alors pourquoi se priver.

Avatar de Dedrak Abonné
Avatar de DedrakDedrak- 19/03/19 à 12:25:04

Faire des essais autrement demande également des installations bien particulières. Il existe à Kourou une installation permettant de tester les moteurs sur des fusées en position verticale, mais qui est peu utilisée vu qu'on ne teste pas régulièrement des nouveaux moteurs.
Se passer de ce genre de structure est aussi un moyen de faire des économies.

Avatar de tazvld Abonné
Avatar de tazvldtazvld- 19/03/19 à 13:07:06

Faith a écrit :

A un moment ou un autre, il faut se confronter à la réalité.
Les tests sur banc d'essai ont évidemment été fait, maintenant ils ont besoin de se confronter à un environnement un peu moins contrôlé.
N'importe quel ingénieur a déjà rencontré des cas où la réalité ne colle pas exactement avec le banc d'essai...

Ceci dit: "à part amuser la galerie", ce qui est une composante essentielle de la conquête spatiale. Sans engouement populaire, on n'aurait pas grand chose d'autre que des sattellites de télécom au dessu de nos têtes.

takowtak a écrit :

Je vois pas bien le problème avec les tests de chalumeau, il faut bien que tu puisse conserver une chaleur relativement uniforme, si tu ne permet pas le recul des flux d'air (ce qui fait visiblement bouger les chalumeaux) tu va forcement faire augmenter massivement la chaleur et sortir des données prévu par ton test (~1300°c a première vu dans le cas présent).
Pour les Hops il me semble qu'ils font ces tests pour valider le fonctionnement a bas régime des moteurs (c'est nécessaire lors du retour de ce dernier sur terre, la masse étant bien inférieur a celle du décollage).
Il avait fait la même chose avec la Falcon 1. Je suppose que ça doit être plus simple a valider et confirmer que ça ne fait pas basculer le véhicule en le fessant en "condition réel(ho oui grand fou :bocul:))", en plus ils auront de toute façon besoin du même matériel pour faire des teste a plus haute altitude alors pourquoi se priver.

Pour leur tests, ils vont coller un moteur à une maquette de lanceur qui n'est pas à l'échelle 1:1 (avec un gnon sur le nez) accroché au sol. Je me permet de douter de l'intérêt technique d'un tel test. Le test à bas régime, ça marche aussi sur un banc de test.

Pour le test des tuiles, tu vois bien qu'il y a des zones qui sont bien plus chaudes que d'autre. C'est ce point là qui m'a titillé. Dans la façon dont ça semble être monté, j'ai plus l'impression que c'est quelque chose de temporaire. mon hypothèse est que le vrai dispositif de test est beaucoup moins impressionnant visuellement, ça peut être un truc totalement cloisonné où l'on voit presque rien (on peut imaginer un four fermé couvert avec des briques réfractaires résistantes à des très hautes températures dont une parois est tout ou partiellement remplacé par les tuiles+reste de la parois). A la limite, j'ai plus été surpris de ne pas voir des lance flamme "The Boring Company".

Le but derrière le spectacle, c'est bien sûr les actionnaires. Même si les projets d'Elon Musk sont couronné de succès technologique, économiquement parlant, on est pas sûr d'être à l'équilibre. Vu que contrairement au agences spatiales Nationales, SpaceX dépend beaucoup d'une contribution volontaire, il faut bien donner envie d'investir dans sa boîte. C'est pour ça que je reste septique dans ce genre de "test" que j'aurai plutôt tendance à considéré que ce sont des démonstrations pour les (potentiels futurs) investisseurs.

Avatar de Tirnon Abonné
Avatar de TirnonTirnon- 19/03/19 à 13:50:54

Sauf peut être que c'est un test en mouvement, rien à voir avec un test statique. Bien vérifier que les pompes et les réservoirs ce comportent normalement en descente/monté et que le flux de propulsion ne fait pas n'importe quoi, genre tout cramer autour de lui. Vérifier aussi le comportement des pieds au moment de l'impact. Quelques test qui ne peuvent pas être facilement fait en statique.

Mais il faut bien sur aussi montrer que ça marche, pour les actionnaires, pour le publique et aussi pour les employés actuel et futur. Contrairement à Ariane et aux autres, spaceX sait faire rêver, Ariane 6 c'est tout le contraire de ça.

Édité par Tirnon le 19/03/2019 à 13:51
Avatar de tazvld Abonné
Avatar de tazvldtazvld- 19/03/19 à 14:51:32

Pour spaceX, le show, c'est leur marketing. Le patron excentrique, ça fait partie du spectacle.

Après, tu compares ça avec les agences nationales, ils ont des comptes à rendre aux contribuables. Je doute que ça passerait bien si Ariane décide de balancer une 2-CV dans l'espace. Ils n'ont pas la possibilité d'être aussi excentrique.

Après, oui, on peut reproché surtout au groupe européen d'être très terre à terre et d'avoir en général une communication qui n'est pas destiné au grand public. Sauf que les patrons de ces boites, eux doivent plus convaincre des gouvernement de leur filer du fric avec des comptes rendu que des investisseurs privé et une fiscalité opaque. Du coup, la com' n'est pas du tout la même.

Pourtant il y a des truc assez cool ces dernières années :

  • Galileo : concurrent du GPS

  • Rosetta

  • ExoMars
    ...

    Sans compter tous les autres satellites d'observation aussi bien de la Terre que de l'univers.

Avatar de Faith INpactien
Avatar de FaithFaith- 19/03/19 à 19:07:30

tazvld a écrit :

Pour leur tests, ils vont coller un moteur à une maquette de lanceur qui n'est pas à l'échelle 1:1 (avec un gnon sur le nez) accroché au sol. Je me permet de douter de l'intérêt technique d'un tel test.

Et pourtant, c'est comme ça que les capsules sont testées, non ?
https://www.youtube.com/watch?v=07Pm8ZY0XJI Ainsi que les premier étages

 https://www.youtube.com/watch?v=tU1b1H2EWU4

Édité par Faith le 19/03/2019 à 19:09
Avatar de SebGF Abonné
Avatar de SebGFSebGF- 19/03/19 à 21:14:40

Il ne faut pas négliger l'aspect "marketing" de la recherche spatiale, et l'ESA ne l'a pas oublié dernièrement.
C'est la raison pour laquelle la mission de Thomas Pesquet a été fortement médiatisée et a exploité les médias sociaux (tout comme la NASA le fait avec ses missions, et les autres agences) afin de redonner un certain engouement à un secteur qui a une perception de plus en plus floue par le public. (et créer des vocations, accessoirement)

Beaucoup ont une image de dépense inutile et futile de la recherche spatiale en prônant le fait qu'on devrait se focaliser sur des sujets plus terre à terre, mais ils oublient que cette même recherche a des retombées très avantageuses pour le plancher des vaches.

ArianeGroup communique d'une façon assez similaire à SpaceX sur ses missions avec des lives mais aussi les tests à côté. Même si la mise en scène est plus solennelle que l'entreprise américaine qui a plus d'excentricité dans sa culture.

Avatar de tazvld Abonné
Avatar de tazvldtazvld- 20/03/19 à 09:27:18

Même si les agences nationale ou les autres groupes font des truc bien, la communication est moins grandiloquente. En France on n'est pas habitué à ce genre de communication théâtrale, là où au USA on vraiment développé cette aspect (la NASA n'est pas en reste). C'est quelque chose que j'avais remarqué en effet, par rapport au USA, on a une certaine retenu dans nos façon d'être.

Comme tu le fait remarquer Thomas Pesquet a été énormément utilisé comme un outil de com. Tout a été mise en œuvre pour en faire héro national.

Après, même si on fait des trucs biens, on n'a pas les même budget non plus.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.
Page 1 / 2