Facebook épinglé en Allemagne pour sa collecte massive de donnéesCrédits : solidcolours/iStock

L'Office allemand anticartel (Bundeskartellamt) a tranché : Facebook n’a plus le droit de plonger dans les données des utilisateurs quand elles ont été collectées via des sites tiers ou appartenant aux filiales de l’entreprise, Instagram en tête.

Selon l’Office, Facebook oblige « ses utilisateurs à accepter la collecte et la cession presque illimitées de données », obtenues notamment au travers du fameux petit « J’aime ». Finalité pour le réseau social : disposer d’un profil numérique complet des internautes et de leurs habitudes.

Une réaction vive de l’Allemagne pour épingler Facebook sur la base du Règlement général sur la protection des données, qui approche de son premier anniversaire. C’est le cœur de la décision : le consentement de l’utilisateur à une telle collecte n’est jamais explicitement donné.

Pourquoi le Bundeskartellamt ? Parce que ces pratiques auraient fortement contribué au puissant statut actuel de Facebook, devenu incontournable pour les annonceurs, notamment grâce à ses capacités de ciblage.

La situation pourrait d’ailleurs empirer pour Facebook. L’Office a en effet réagi aussi à la rumeur d’un éventuel rapprochement entre les plateformes Messenger, Instagram et WhatsApp, qui deviendraient alors capables de communiquer entre elles.

L’idée hérisse le Bundeskartellamt, qui prévient : « Si un tel projet était mis en œuvre, il ferait l'objet d'un examen anticartel en Allemagne ». Une promesse d’escalade donc.

L’Office allemand s’en doutait néanmoins, Facebook a fait appel de cette décision. Dans une réponse publiée le 7 février, la responsable de la protection des données, Yvonne Cunnane, rappelle le respect du RGPD par l’entreprise en Europe.

Elle exhorte le Bundeskartellamt à ne pas confondre « popularité et domination », rappelant les propres chiffres de l’Office : 40 % des utilisateurs allemands de réseaux sociaux n’utilisent pas Facebook.

La société rencontrerait une compétition féroce en Allemagne. Elle estime que ses applications subissent une concurrence directe de YouTube, Snapchat ou encore Twitter, ce que nie l’Office.

Facebook se place dans une position d’incompréhension raisonnable : le réseau social respecte le RGPD et personnalise l’expérience des utilisateurs en fonction de leurs actions, y compris tout ce qui est aimé et partagé. En clair, il n’y aurait rien de neuf sous le soleil.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !