Google+ ferme suite à une faille de sécurité, Google multiplie les mesures

Le réseau social et ses outils pour développeurs (API) fermeront pour les internautes en août 2019, pour deux raisons : une utilisation basse et un « bug » qui aurait affecté environ 500 000 internautes, pouvant révéler leurs données à 438 applications.

« Le service n'a pas été adopté en masse par les consommateurs et développeurs, et a obtenu une interaction limitée avec les applications » écrit Google. Plus de 90 % des sessions dureraient moins de cinq secondes. En septembre, Le Monde explorait pourtant des communautés de niche, toujours actives sur le réseau de Google.

Le bug, lui, est gênant. Via l'API People, un utilisateur peut fournir à une application l'accès à ses informations et aux données publiques d'amis. Dans les faits, elle révélait aussi des données privées « statiques » du profil d'amis, dont les nom, prénom, adresse email, métier, genre et âge.

Le problème a été découvert et corrigé en mars dernier, assure le groupe. Il n'aurait trouvé aucune trace d'exploitation. Selon le Wall Street Journal, le groupe a décidé de maintenir le secret à l'époque, par peur des répercussions, notamment sur son image.

Depuis le 25 mai, avec le Règlement général sur la protection des données, les fuites importantes touchant les résidents européens doivent être signalées aux autorités de protection des données, idéalement dans les 72 heures. Un cadre auquel s'est récemment plié Facebook.

Selon Google, ce « bug » ne remplissait aucun de ses critères justifiant une révélation au public.

Pour tourner ce double échec en progrès, Google l'intègre dans le « projet Strobe », qui inclut d'autres mesures de sécurité. Le groupe affine le contrôle des accès des applications au compte Google, pour accepter ou refuser individuellement les permissions.

Concernant Gmail, la société réserve désormais l'accès aux données utilisateurs aux applications améliorant directement le traitement des emails. En juillet, le Wall Street Journal rappelait que des employés d'applications tierces pouvaient accéder à certains emails.

Les développeurs devront demander un examen de leur application entre le 9 janvier et 15 février 2019. Toute application ne s'y étant pas pliée sera désactivée à compter du 22 février.

Google limite aussi l'accès des applications Android aux données d'appel, de contacts et de SMS. Dans les prochains mois, l'API Contacts ne révélera plus les interactions avec chaque contact. Le champ des applications pouvant demander ces permissions sera aussi limité par Google Play.

Enfin, la société lance son centre de sécurité dans sept pays européens, dont la France. ll détaille les réglages de sécurité et de confidentialité déjà présents dans les paramètres du compte Google.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !