Au CNRS, une « étiquette moléculaire » pour la traçabilité des implants médicaux

L'annonce peut paraître surprenante, mais il s'agit d'un sujet très important pour le centre national de la recherche scientifique : « Des scandales sanitaires sur des dispositifs médicaux ont montré la nécessité pour des patients de pouvoir remonter l'origine d'implants frelatés responsables de complications cliniques ».

Problème, il n'est pas toujours facile de remonter à l'origine d'un implant, surtout lorsqu'il est resté plusieurs années dans un organisme vivant. La solution des chercheurs permet donc « "d'étiqueter" chimiquement un implant à l'échelle moléculaire ».

Voici le principe de fonctionnement : « les chercheurs ont utilisé des polymères, de grandes molécules composées de deux types de sous-unités de base dont l'enchaînement constitue un code, à l'image des suites de 0 et de 1 en informatique ».

Pour le CNRS, il s'agit d'une avancée significative dans la lutte anti-contrefaçon et la traçabilité de matériaux pour la santé. Les travaux ont fait l'objet d'une publication dans Angewandte Chemie International Edition le 5 juillet.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !