Facebook condamnée à verser 27 millions d'euros au Brésil

Selon un juge brésilien, la société n'a pas coopéré à une enquête anti-corruption. Plus précisément, il n'a pas fourni aux autorités des messages WhatsApp de personnes soupçonnées de fraude au système médical.

Rappelons que l'application de messagerie chiffre les messages de bout en bout, grâce au moteur de l'outil libre Signal. Le service n'a donc pas accès au contenu des échanges, seulement aux métadonnées nécessaires pour les transmettre.

À Reuters, Facebook déclare avoir fourni toutes les données requises et explorer les recours à sa disposition. Ce cas renforce encore la pression des autorités sur le chiffrement, attaqué partout dans le monde, dernièrement aux États-Unis, où le FBI réclame la conservation d'une version en clair de ces communications.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !