L'Office anti-cartels allemand scrute la collecte de données de Facebook

Au journal Tagesspiegel, son président Andreas Mundt a déclaré que l'office enquête sur les éventuels abus liés au traitement de données tierces, dont les sites où le bouton « J'aime » est intégré.

La ministre allemande de la Justice, Katarina Barley, a prévenu que la mauvaise utilisation de données des internautes par Facebook implique une régulation plus stricte de son activité.

Le réseau social a promis que la collecte massive de données menée par la société de ciblage politique Cambridge Analytica n'est plus possible. « Mais les promesses ne suffisent pas. Dans le futur, nous devrons réguler les entreprises comme Facebook beaucoup plus strictement » pointe la ministre.

Au cours d'une réunion, l'entreprise lui aurait déclaré que 1 % des 270 000 personnes ayant répondu au quizz voleur de données en 2014 étaient européennes. Aucune statistique n'aurait été donnée sur les 50 millions d'internautes finalement concernés.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !