Selon le Haut Conseil à l'égalité, les plateformes réagissent peu aux menaces contre les femmesCrédits : Manuel Faba Ortega/iStock

Dans un rapport remis hier à Mounir Mahjoubi, secrétaire d'État au Numérique. il pointe le taux très bas de réponse aux signalements envoyés à Facebook, Twitter et YouTube.

Selon l'essai, mené avec Féministes contre le cyberharcèlement , la Fondation des femmes et En avant toutes en juin et juillet, seuls 8 % des 545 contenus remontés ont été supprimés. Twitter en a supprimé 13 %, Facebook 11 % et YouTube n'en a supprimé aucun, selon leur constat. Les menaces de violences crédibles seraient systématiquement retirées par Facebook, contrairement au reste.

Selon un rapport de l'ONU Femmes de 2015, cité sans grands détails par l'institution française, 73 % des femmes interrogées déclaraient subir des violences en ligne, dont 18 % sous une forme grave. Selon une étude OpinionWay de 2017, citée dans le rapport du HCE, « 8 % des personnes interrogées, âgées de 18 ans ou plus, ou l’un.e de leurs proches, ont déjà subi du cybersexisme, dont 10 % des femmes et 6 % des hommes ».

Le HCE pointe surtout un corpus juridique fourni mais peu utilisé, ainsi qu'une modération des plateformes aux critères trop flous pour être compréhensibles.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !