Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Un satellite russe perdu à cause d'un bug, le gouvernement demande des comptesCrédits : 3DSculptor/iStock

Fin novembre, la Russie perdait son satellite Meteor-M 2-1 juste après son lancement (réalisé sans encombre, lui). Il n'est jamais arrivé sur son orbite cible et, au contraire, s'est désintégré dans l'atmosphère avec les 18 autres charges utiles embarquées.

Par l'intermédiaire de son vice-président Alexandre Ivanov, l'agence spatiale Roscosmos donne de nouveaux éléments : « L'algorithme du système de navigation a conclu à une orientation incorrecte pour le décollage de l'étage supérieur du satellite après s'être détaché de la fusée », rapporte l'AFP. L'étage supérieur a alors effectué une rotation dans le mauvais sens, avec les conséquences que l'on connait.

Il s'agirait donc d'un « problème d'algorithme » pour le haut responsable. Insuffisant pour le vice-premier ministre russe en charge de l'espace : « Les résultats de la commission de Roskosmos ne répondent pas à la question principale : comment une telle erreur peut avoir lieu et qui est responsable ? » précise encore l'AFP.

Quelle que soit la raison, c'est un nouveau coup dur pour la Russie, qui enchaine les mauvaises nouvelles. Derniers exemples en date : l'explosion en vol de la mission Progress MS-04 chargée de ravitailler la Station Spatiale Internationale en décembre 2016. En mars de la même année, le lanceur Proton explosait juste après avoir largué la mission ExoMars (sans faire de dégât au satellite TGO et à l'atterrisseur Schiaparelli). En 2014, la défaillance du quatrième étage d'une fusée Soyouz avait conduit des satellites Galileo sur une mauvaise orbite.

10 commentaires
Avatar de secouss Abonné
Avatar de secousssecouss- 14/12/17 à 10:28:07

juste après avoir largué la mission ExoMars (sans faire de dégât au satellite TGO et à l'atterrisseur Schiaparelli)

Et heureusement, sans ça on aurait pas pu tester la résistance au choc du sol martien :D

Avatar de Jango51 INpactien
Avatar de Jango51Jango51- 14/12/17 à 10:32:55

git blame => goulag

Avatar de jo2jo Abonné
Avatar de jo2jojo2jo- 14/12/17 à 10:44:33

J'ai rien dit...

Édité par jo2jo le 14/12/2017 à 10:45
Avatar de Obidoub Abonné
Avatar de ObidoubObidoub- 14/12/17 à 13:45:55

"Dans KSP ça m..." ah zut blague déjà faite un million de fois

Avatar de alex.d. Abonné
Avatar de alex.d.alex.d.- 14/12/17 à 13:51:10

Jango51 a écrit :

git blame => goulag

C'est plus compliqué que ça : les bugs, ça arrive à tout le monde. Mais normalement, il y a une procédure de tests et de validation. Le problème n'est pas qu'il y ait eu un bug, mais qu'un bug échappe à toute le procédure de contrôle.
 

Avatar de Krogoth Abonné
Avatar de KrogothKrogoth- 14/12/17 à 14:22:52

En même temps difficile d'avoir une preprod iso avec la prod :D

Avatar de Henri_MTL INpactien
Avatar de Henri_MTLHenri_MTL- 14/12/17 à 17:50:08

Et Poutine, quand il a appris la nouvelle, Hillary ? :transpi:

Avatar de fred42 INpactien
Avatar de fred42fred42- 14/12/17 à 20:30:48

Non, il n'a pas apprécié qu'ils se soient trumpés !

Avatar de PercevalIO Abonné
Avatar de PercevalIOPercevalIO- 14/12/17 à 20:48:18

Ah, même en Russie, les stagiaires Kevinovitch sont doués 😅
Là on en rigole, mais c'était pas le cas quand les bleus ont fait sauter Chernobyl sur ordre de quelques abrutis qui voulaient parfaire leurs tests pour être médaillés à Moscou, pas sûr que ça ait tellement changé depuis... 🤔

Avatar de Henri_MTL INpactien
Avatar de Henri_MTLHenri_MTL- 14/12/17 à 21:03:23

:mdr:    :yes:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.