Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Le James Webb Space Telescope passe avec succès les tests cryogéniques à -253°C

Ce télescope est le fruit d'une collaboration entre trois grosses agences spatiales : la NASA, l'ESA et l'ASC (agence canadienne). Aujourd'hui, c'est le CNRS (partenaire de l'ESA) qui nous donne quelques informations sur le JWST : il a passé avec succès l'ensemble des tests cryogéniques.

Le télescope et ses instruments étaient installés dans la cuve cryogénique du centre spatial de la NASA à Houston, la seule suffisamment grande pour l'accueillir avec son miroir de 6,5 mètres de diamètre (2,4 pour Hubble). La température a été abaissée jusqu'à -253°C et des mesures ont été effectués avec ses instruments.

« Les tests ont montré le bon alignement optique entre le télescope et les instruments, point clef pour atteindre les performances attendues » explique le CNRS, ajoutant que c'était la première fois que l'ensemble du JWST était testé.

Prochaine étape : la Californie, pour l'installation des boucliers thermiques. Le télescope prendra ensuite la mer pour se rendre jusqu'à Kourou en Guyane pour son lancement au printemps 2019 à bord d'une fusée Ariane 5. Enfin, il s'installera au point de Lagrange L2 à 1,5 million de kilomètres de la Terre.

« En cas de problème, il ne sera donc évidemment pas question d’envoyer une équipe le réparer, comme cela a pu être le cas pour Hubble » souligne Daniel Verwaerde, administrateur général du CEA.

1 commentaire
Avatar de WereWindle INpactien
Avatar de WereWindleWereWindle- 21/11/17 à 15:00:16

lebrief a écrit :

« En cas de problème, il ne sera donc évidemment pas question d’envoyer une équipe le réparer, comme cela a pu être le cas pour Hubble » souligne Daniel Verwaerde, administrateur général du CEA.

feignasse :fumer:

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.