Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
Google s'inquiète (encore) du droit à l'oubli européen

Dans un billet de blog, le groupe américain détaille deux affaires qui menaceraient « l'équilibre » actuel du droit à l'oubli. Pour mémoire, il permet de déréférencer des pages concernant un citoyen, notamment celles obsolètes.

En mai, la Cour de justice de l'Union européenne a repris le dossier en main, pour trouver des réponses sur l'automatisation des suppressions, ainsi que leur périmètre géographique. Google affirme avoir traité deux millions de demandes, pour 800 000 déréférencements effectifs.

La première affaire que craint Google concerne une personne condamnée, que l'entreprise soupçonne d'utiliser le droit à l'oubli pour cacher ses antécédents judiciaires. Or, le droit fait une exception pour les informations d'intérêt public. Accepter cette demande la remettrait donc en cause.

Le second cas concerne la territorialité, l'affaire en question pouvant mener à un déréférencement en dehors des frontières européennes. « Aucun pays ne devrait être en mesure d'imposer ses règles aux citoyens d'un autre pays » argue le groupe, qui a pourtant cédé face à la justice américaine, dans l'accès à des données hébergées à l'étranger.

1 commentaire
Avatar de Mimoza Abonné
Avatar de MimozaMimoza- 16/11/17 à 11:59:40

Même si on «profite» de ce droit a l'oublie, comment être certain que l'on est bien effacé le leur système et pas seulement masqué ?

Pour le reste leur combat est justifié, ce sont bien les lois et le décisions de justice qui ont un temps et une réflexion de retard je trouve.

Il n'est plus possible de commenter cette actualité.