Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
ePrivacy : la position du Parlement européen passe sur le grill

Entre 12h et 14h, les eurodéputés doivent voter sur le rapport de la commission des Libertés civiles (LIBE), adopté il y a quelques jours. Celle-ci renforce la protection des métadonnées et des communications, malgré certaines faiblesses, entre autres sur le pistage par les réseaux Wi-Fi publics.

Le texte actuel ne convient pas au groupe PPE, à l’écoute de l’industrie, qui a rapidement réclamé une révision du mandat en séance plénière. « La position, telle que votée en commission, mènerait non seulement à une restriction de l'innovation européenne, mais détériorerait grandement la condition des journalistes » pense le groupe, reprenant le discours de grands éditeurs de presse. Ils estiment que réclamer le consentement explicite de l'internaute pour aspirer leurs données en ligne serait un danger pour ces entreprises... qui peinent encore à envisager d'autres modèles économiques.

Ces déclarations ont amené Andrus Ansip, le commissaire européen chargé du marché unique numérique, à rappeler que « ePrivacy ne va pas à l'encontre de la liberté des médias. Laisser le choix aux gens sur le profilage et les publicités ciblées apporte de la confiance et de la loyauté pour les médias de qualité ».

Une fois une position arrêtée par les eurodéputés, le règlement doit encore être débattu avec le Conseil européen, pour une application espérée en mai 2018. Soit au même moment que le Règlement général de protection des données (RGPD).

0 commentaire
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.