LeBriefdu 11 janvier 2023
Fin ultime pour Windows 7 et du support étendu pour Windows 8.1

Hier marquait une date importante pour deux versions de Windows.

Pour la version 8.1 d’abord, c’était la fin du support étendu, période de cinq ans suivant le support classique, lui aussi de cinq ans. Durant ces dernières années, seuls des correctifs de sécurité étaient publiés. Il n’y a désormais plus rien, sauf pour les entreprises payant un support spécial et onéreux.

Ce n’est plus le cas pour Windows 7, qui vient justement de finir cette période de grâce. Le système d’exploitation n’a définitivement plus de support, ce qui était déjà le cas pour le grand public et nombre d’entreprises.

On ne rappellera jamais assez le danger d’utiliser un tel système. Sans support, les vulnérabilités restent ouvertes aux quatre vents. La version minimale supportée est à présent Windows 10, dont la mise à jour depuis les deux anciens systèmes reste gratuite, même aujourd'hui. Windows 11 exige un matériel trop récent pour des configurations sous Windows 7 ou 8.1.

Le matériel peut aussi être réutilisé avec n’importe quelle distribution Linux.

Coinbase licencie 20 % de ses équipes, 12 milliards de dépôts retirés de chez Binance

Sept mois après s’être séparé de 1 100 personnes, Coinbase licencie 950 nouveaux employés. Dans un message aux équipes, le PDG et co-fondateur Brian Armstrong explique être contraint par la crise des crypto-actifs et le contexte économique général à réduire les dépenses opérationnelles de 25 % d’un trimestre à l’autre.

Il se déclare déterminé à « réduire les dépenses pour augmenter nos chances de nous en sortir quel que soit le scénario » courant 2023, et estime qu’il aurait peut-être dû licencier plus largement dès le mois de juin. L’entreprise affirme compter 4 700 employés, ce qui signifie qu’elle se sépare d'un cinquième de ses salariés.

Entre une enquête de la Securities and Exchange Commission, en juin dernier, et un accord à 100 000 dollars avec un régulateur financier new-yorkais en décembre, Coinbase a dû faire face à d’autres difficultés les mois passés, souligne Engadget. Pour ne rien arranger, Forbes rapporte que les clients de Binance, grand concurrent de Coinbase, ont retiré plus de 12 milliards de dollars de dépôts en moins de deux mois, ce qui ne présage pas d’un retour rapide de la confiance dans les marchés crypto. 

Microsoft prête à investir 10 milliards de dollars dans OpenAICrédits : choness/iStock

Microsoft serait en discussion pour investir 10 milliards de dollars de plus dans OpenAI, l'éditeur de la maintenant célèbre application de chat utilisant le grand modèle de langage GPT3.5, selon le nouveau média américain Semafor.

L'entreprise de Seattle avait déjà investi 1 milliard de dollars dans le projet en 2019. D'autres entreprises de capital-risque seraient aussi autour de la table, faisant grimper la valeur d'OpenAI à 29 milliards de dollars.

Le média précise ne pas savoir si l'accord a été finalisé, mais que les documents envoyés ces dernières semaines aux investisseurs potentiels prévoyaient une conclusion à la fin de l'année 2022.

L'accord prévoirait que Microsoft reçoive 75 % des bénéfices d'OpenAI jusqu'à récupération de son investissement, puis un retour à 49 % pour Microsoft, 2 % pour la société non-profit et maison mère de l'entreprise OpenAI Inc et 49 % pour les autres actionnaires.

En comparaison, Google avait acheté DeepMind pour 628 millions de dollars en 2014.

Ces derniers jours, Microsoft avait fait comprendre qu'elle envisageait utiliser ChatGPT pour booster ses outils maison comme Bing et sa suite Office.

Plusieurs nouveautés pour Google Docs, dont des améliorations pour la reconnaissance vocale

Dans un billet de blog, Google a indiqué que plusieurs améliorations étaient en cours de déploiement dans son service Docs.

D’abord sur la reconnaissance vocale, qui sera étendue « à d’autres navigateurs majeurs », comprendre que Chrome n’en aura plus l’exclusivité. Ces améliorations comprennent également une réduction des erreurs de transcription et la minimisation de la perte audio pendant la transcription. Il y a donc hausse de la qualité, que l’on retrouvera aussi dans Slides.

Docs répare aussi une carence importante, en proposant une nouvelle entrée dans le menu Affichage : la possibilité de montrer les caractères de mise en forme. Une fonction classique des traitements de texte et qui inclut des repères visuels pour les paragraphes, sauts de ligne ou de page, tabulations ou encore espaces dans un document.

Ces ajouts viennent tout juste d’entamer leur déploiement et peuvent donc prendre un certain temps avant d’apparaître chez tout le monde.

VALL-E, la nouvelle IA de Microsoft, peut simuler la voix de n'importe qui avec 3 secondes d'audioCrédits : milos-kreckovic/iStock

« La nouvelle IA de Microsoft peut simuler la voix de n'importe qui avec 3 secondes d'audio », titre Ars Technica. Le modèle de synthèse vocale peut en outre « préserver le ton émotionnel et l'environnement acoustique du locuteur » :

« Selon ses créateurs, VALL-E pourrait être utilisé pour des applications de synthèse vocale de haute qualité, pour l'édition de la parole, où l'enregistrement d'une personne pourrait être édité et modifié à partir d'une transcription textuelle (en lui faisant dire quelque chose qu'elle ne disait pas à l'origine), et pour la création de contenu audio lorsqu'il est combiné à d'autres modèles d'IA générative comme GPT-3. »

Contrairement à d'autres méthodes de synthèse vocale, qui synthétisent généralement la parole en manipulant des formes d'onde, VALL-E analyse la façon dont une personne parle, décompose cette information en composants discrets (appelés « tokens ») grâce à EnCodec, une technologie que Meta a annoncée en octobre 2022, et utilise des données d'entraînement pour faire correspondre ce qu'il « sait » de la façon dont cette voix sonnerait si elle prononçait d'autres phrases en dehors de l'échantillon de trois secondes, explique Ars Technica : 

« En plus de préserver le timbre vocal et le ton émotionnel d'un locuteur, VALL-E peut également imiter l'"environnement acoustique" de l'échantillon audio. Par exemple, si l'échantillon provient d'un appel téléphonique, l’audio simulera les propriétés acoustiques et fréquentielles d'un appel téléphonique dans sa synthèse (une façon élégante de dire que cela ressemblera aussi à un appel téléphonique). »

Les chercheurs de Microsoft « semblent conscients du préjudice social potentiel que cette technologie pourrait entraîner », relève Ars Technica qui souligne qu'ils précisent que :

« Puisque VALL-E pourrait synthétiser une parole qui maintient l'identité du locuteur, il peut comporter des risques de mauvaise utilisation du modèle, comme l'usurpation de l'identification vocale ou l'usurpation de l'identité d'un locuteur spécifique. Pour atténuer ces risques, il est possible de construire un modèle de détection permettant de déterminer si un clip audio a été synthétisé par VALL-E. Nous mettrons également en pratique les principes de l'IA de Microsoft lors du développement ultérieur des modèles. »

Le Fairphone 2 aura sa dernière mise à jour de sécurité en mars

Dans un billet publié lundi, Fairphone avertit que son deuxième téléphone ne serait plus supporté après mars, quand il aura reçu sa dernière mise à jour.

Le constructeur déconseille de l’utiliser après cette date, le risque augmentant avec le temps. Il recommande de ne plus utiliser d’applications accédant à des données sensibles à partir de mai. D’autres applications critiques, notamment bancaires, finiront par considérer le mobile comme trop âgé et refuseront d’y fonctionner.

Le constructeur indique qu’il n’était pas prévu que le Fairphone 2 soit supporté aussi longtemps. Il devait recevoir initialement 3 à 5 ans de mises à jour, et en a reçu finalement 7,5. Dans le monde des smartphones Android, c’est un record, et seuls quelques iPhone ont fait aussi bien.

Concernant les réparations matérielles, le billet précise qu’il reste des stocks pour certaines pièces. Ces dernières pourront continuer d’être achetées tant qu’il en restera.

Le vieux smartphone peut être renvoyé à Fairphone via le Reuse and Recycling Program. Le client recevra un bon d’achat de 50 euros à valoir sur la boutique. L’actuel Fairphone 4 en coûte 579 euros dans sa version de base avec 128 Go de stockage et 6 Go de mémoire, contre 649 euros pour la version 256 Go/8 Go.

Le projet de traité des Nations unies sur la cybercriminalité minerait la liberté d'expressionCrédits : CraigNeilMcCausland/iStock

Plus de 80 organisations (dont l'EFF, Access Now, Human Rights Watch, Privacy International, French Data Network Federation, etc.) viennent d'adresser une lettre au Comité ad hoc des Nations Unies chargé de faciliter les négociations au sujet du projet (.pdf) de traité des Nations unies sur la cybercriminalité, explique l’EFF. 

Ils y expriment leurs graves préoccupations quant au fait que le projet de texte appelle les États membres à « traiter divers types de discours – dont la plupart seraient pleinement protégés par le droit international des droits de l'homme – comme une infraction pénale ». 

Il comporterait en effet « une longue liste de crimes liés au contenu qui menacent gravement la liberté d'expression, la vie privée et les activités légitimes des journalistes, lanceurs d'alerte, activistes et autres » : 

« Nous sommes particulièrement préoccupés par le fait que le projet inclut des crimes liés au contenu tels que les "infractions liées à l'extrémisme" (article 27), "la négation, l'approbation, la justification ou la réhabilitation d'un génocide" (article 28), et les "infractions liées au terrorisme" (article 29). La distribution en ligne de matériel "motivé par la haine politique, idéologique, sociale, raciale, ethnique ou religieuse" devrait être supprimée du texte proposé. En outre, il convient d'exclure la "propagation de la discorde, de la sédition, de la haine ou du racisme" par le biais des technologies de l'information et des communications. »

Il n'existe en effet pas de définitions uniformes des concepts d' « extrémisme » ni de « terrorisme » dans le droit international, « et de nombreux États profitent de cette ambiguïté pour justifier les violations des droits de l'homme, comme les arrestations et les poursuites à motivation politique de membres de la société civile, de médias indépendants et de partis d'opposition, entre autres », déplorent les signataires de la lettre.

Ils appellent les négociateurs à exclure les crimes basés sur le contenu considéré comme « cyber » simplement parce qu'une technologie a été utilisée pour les commettre : 

« Nous nous battrons également contre l'inclusion de concepts trop larges ou mal définis qui pourraient potentiellement autoriser des mesures de surveillance telles que le piratage gouvernemental, ainsi que contre toute disposition qui pourrait porter atteinte au chiffrement. »

Le Royaume-Uni doit dédommager Atos de 27 millions d'euros

Le gouvernement britannique va devoir payer 24 millions de livres (27 millions d'euros) dans le cadre d'un accord à l'amiable, pour avoir favorisé Microsoft dans l'appel d'offres du nouveau supercalculateur du Met Office, le service de météorologie britannique, explique le Financial Times.

Les deux entreprises étaient les seules présélectionnées sur le projet et Microsoft a finalement remporté ce contrat de 850 millions de livres (965 millions d'euros). Mais Atos a attaqué en justice la décision en mai 2022, accusant le gouvernement d'avoir violé les lois sur la réglementation des marchés publics britanniques. Finalement, l’entreprise de services du numérique a passé un accord sans aller jusqu’aux tribunaux.

Le projet concerne la mise en place du nouveau supercalculateur du Met qui devrait être l'un des plus puissants pour les prévisions météorologiques et l'analyse du changement climatique.

Galaxy Unpacked 2023 : Samsung donne rendez-vous le 1er février

Comme toujours, la teneur des annonces n’est pas précisée, mais il devrait s’agir de l’annonce des Galaxy S23. On a évidemment droit aux promesses habituelles : « La nouvelle série Galaxy S sera la quintessence de la façon dont nous définissons l’expérience premium ultime ».

Le fabricant précise que c’est la première fois en trois ans que son événement Unpacked se tiendra en présentiel, à San Francisco. Il sera également diffusé en ligne, notamment sur sa chaine YouTube.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !