LeBriefdu 25 octobre 2022
L’état ne peut plus utiliser le terme « Health data hub »Crédits : utah778/iStock

Le tribunal administratif de Paris a enjoint au ministre de la santé de procéder au retrait de l'expression « Health Data Hub » et du sigle « HDH ». Fin avril, l'association Francophonie Avenir avait déposé une requête auprès de ce tribunal demandant à ce que les services de l’État n’utilisent plus le terme anglophone « Health data hub ».

Elle s’appuyait sur l’article 14 de la loi du 4 août 1994 sur la langue française qui interdit l’emploi de termes étrangers « aux personnes morales de droit public dès lors qu'il existe une expression ou un terme français de même sens approuvés dans les conditions prévues par les dispositions réglementaires relatives à l'enrichissement de la langue française ».

Or, les trois termes « Health », « Data » et « Hub » ont fait l'objet d'une traduction au Journal Officiel respectivement en « santé », « données » et… « concentrateur ». Le ministère avait implicitement rejeté la demande de l’association en avril 2020 en ne répondant pas à cette demande mais le tribunal administratif a considéré que ce rejet n’avait pas lieu d’être.

Le ministère devra donc trouver un nouveau nom à son projet de plateforme des données de santé. « Concentrateur de données de santé » ?

Un service de renseignement ukrainien crowd-source l'identification des drones et missiles russes

Eppo Observer, une application Android, d'ores et déjà téléchargée par plus de 100 000 personnes, propose aux Ukrainiens d'aider leurs chasseurs anti-aériens à « compléter les informations radar sur une cible aérienne en vue de sa destruction ultérieure » : 

« Si vous avez remarqué quelque chose de suspect dans notre beau ciel bleu - une fusée, un hélicoptère, un avion, un drone, ou entendu des sons similaires du vol de ces appareils, ou des bruits d'explosions – informez IMMÉDIATEMENT nos forces de défense aérienne en utilisant eAir Defence Observer ! Ne filmez pas – signalez-le !!!! »

Ses développeurs travailleraient par ailleurs de sorte de pouvoir proposer une version IOS « dans quelques semaines ».

Google poursuit son offensive sur Messages, avec « dix nouvelles raisons de l’aimer »

Apple subit actuellement les attaques de Google et Meta sur la messagerie, Mark Zuckerberg ayant frappé récemment avec son arme favorite : WhatsApp. Le fondateur et PDG de Meta donne des leçons de respect de la vie privée.

Côté Google, le combat est clair depuis le passage à RCS : son application Messages fait mieux que celle d’Apple. L’entreprise n’hésite plus à lancer des piques à la Pomme sur ses fameuses bulles vertes, qui indiquent quand l’utilisateur est en simple mode SMS. Et Google le répète : si tout le monde avait le RCS, tout serait infiniment plus simple.

Pour preuve, une liste de dix nouvelles raisons d’apprécier Messages :

  • On peut répondre individuellement à des messages dans une conversation de groupe
  • On peut envoyer des réactions emoji aux SMS reçus d’iPhone
  • Les messages vocaux peuvent avoir une retranscription
  • Les rappels jugés importants sont affichés dans l’application
  • On peut regarder des vidéos YouTube depuis une conversation
  • Messages peut suggérer de mettre en favori un message lui semblant important, comme une adresse, un code de porte, un numéro de téléphone, etc.
  • L’application peut suggérer des réponses
  • Dans certains pays, il est possible de passer par Messages pour contacter une entreprise trouvée dans Search ou Maps
  • Messages est présente sur l’ensemble des systèmes Google
  • À partir de cet automne, le RCS permettra à Messages de continuer à échanger lors de vols commerciaux

Bien sûr, chacun sera plus ou moins sensible à ces arguments. Ce que ne dit pas Google en revanche, c’est que le RCS n’est pas apprécié de tous. On trouve facilement des témoignages de personnes ayant reçu de nombreuses publicités après l’avoir activé. Ce fut très notablement le cas en Inde au printemps dernier, comme le pointaient alors Android Police et 9to5mac.

De nombreux opérateurs passent en effet par Jibe pour la diffusion des messages, dont la plateforme a été rachetée par… Google en 2015. La première offre avait été lancée l'année suivante en partenariat avec Sprint.

La firme est cependant au courant du problème. À Android Authority, en mai dernier, elle reconnaissait que des entreprises abusaient du dispositif. La fonction avait en conséquence été coupée dans le pays, le temps « d’améliorer l’expérience utilisateur ».

Fuites de données : l'Australie propose des amendes plus pénalisantes que celles du RGPD

L'Australie, qui a récemment été confronté à plusieurs fuites de données particulièrement graves, envisage d' « augmenter considérablement les sanctions en cas d'atteintes répétées ou graves à la vie privée ».

La peine actuelle de 2,22 millions de dollars australiens (soit 1,42 million d'euros) pourrait en effet passer à 50 millions de dollars (32 millions d'euros, soit plus que le montant maximum de 20 millions prévu par le RGPD), ou « trois fois la valeur de tout avantage obtenu grâce à l'utilisation abusive d'informations », ou « 30 % du chiffre d'affaires ajusté d'une entreprise au cours de la période pertinente » (contre 4 % du chiffre d'affaires mondial annuel d'une entreprise dans le RGPD).

« Une conduite délibérée ou irréfléchie, le type de données – par exemple, relatives à la santé – ou des antécédents d'ingérence grave dans la vie privée, ou le mépris pour la sécurité des données seraient également pris en compte », précise The Guardian.

macOS Ventura, iPadOS 16, iOS 16.1 et tvOS 16.1 disponibles, Apple augmente les tarifs de ses services

La nouvelle version majeure du système pour iPad est disponible depuis hier soir. Comme nous l’avions indiqué lors de la présentation des nouveautés à la WWDC, elle reprend à son compte la plupart des apports d’iOS.

Elle ajoute des améliorations spécifiques, comme l’application Météo, de nombreux ajouts dans Fichiers pour le rapprocher du Finder de macOS, ou encore Stage Manager, la plus grosse amélioration, mais réservée aux iPad Pro sortis en 2018 ou plus récemment.

Stage Manager ajoute pour rappel une zone sur la gauche de l’écran où l’on peut créer des groupes de fenêtres, car oui iPadOS 16 (16.1 techniquement) permet aux applications de s’afficher au format fenêtre. On peut alors basculer d’un groupe à l’autre, par exemple quand on change d’activité ou de thématique. Pour rappel, la connexion aux écrans externes, qui prend tout son sens avec cette fonction, arrivera plus tard.

iOS 16.1 est également disponible et apporte la bibliothèque partagée iCloud (dossier commun pour des photos jusqu’à six participants), les Activités en direct (widgets mettant à jour dynamiquement leur contenu comme pour un suivi de match ou une livraison), le retour du pourcentage de la batterie en haut à droite en option, la compatibilité avec Matter ou encore de nouveaux gestes pour la Dynamic Island de l’iPhone 14 Pro.

tvOS 16.1 est une mise à jour plus discrète, mais qui contient finalement plus de nouveautés que tvOS 16. L’interface de Siri a changé, les résultats s’affichant dans un espace à droite en laissant la vue sur le contenu en cours. Siri gagne au passage un mode mains libres, pour lancer des recherches sans avoir besoin de toucher à la télécommande. 

C’est aussi le top départ pour la nouvelle version de macOS, alias Ventura. On y retrouve une bonne partie des améliorations présentes dans iOS et iPadOS, comme la bibliothèque partagée et Stage Manager. Il y en a d’autres également, comme le mode Continuité avec l’appareil photo qui permet d’utiliser un iPhone comme webcam, ou encore un remaniement des Paramètres, largement calqués sur iPadOS, mais qui diviseront.

Comme beaucoup d’autres produits actuellement, les abonnements aux services Apple voient leurs tarifs augmenter. Les formules individuelle et familiale d’Apple Music gagnent toutes deux 1 euro, soit respectivement 10,99 et 16,99 euros. Apple est ainsi la première à dépasser cette barrière symbolique des 10 euros pour un abonnement standard de musique. 

TV+ passe, lui, de 4,99 à 6,99 euros. Quant à Apple One, qui réunit l’ensemble, il augmente mathématiquement : +3 euros pour Individuel (16,95), +3 euros pour Famille (22,95) et +3 euros pour Premium (31,95).

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !