LeBriefdu 6 octobre 2022
Une plainte contre l'hopital de Corbeil-Essonnes, victime d'un rançongicielCrédits : D-Keine/iStock

Une association de patients attaque le Centre hospitalier Sud francilien (CHSF) de Corbeil-Essonnes « quant à sa responsabilité dans le contexte de l’attaque cyber subie par l’établissement et la publication de données sensibles (entre autres, médicales) sur les réseaux par les pirates pour faire pression sur le paiement d’une rançon », révèle DSIH, un site d'information consacré à l’actualité et à l’analyse des systèmes d’information en santé (SIS). 

Son billet, intitulé « Quelle responsabilité juridique pour les établissements cyberattaqués ? », tempère cela dit la portée de la plainte : 

« Tout d’abord, plainte ne vaut pas culpabilité. En ces temps troublés, dans certains milieux, politiques notamment, une légère tendance à l’amalgame s’installe, mais, jusqu’à preuve du contraire, c’est au juge de déterminer qui est coupable ou pas. Et qui définit aussi ce qu’il retient comme preuve ou pas. Point à la ligne. »

La question reste en effet de savoir si « le réseau du CHSF était aussi troué qu’un gruyère », si « les moyens ont été mis en œuvre, compte tenu de la connaissance des modes d’attaque et des moyens disponibles », ou si ces moyens « n’ont pas été mis en œuvre », alors que de nombreux hopitaux ont été attaqués ces derniers temps : 

« Glisser sur une plaque de verglas quand vous êtes au volant, c’est un aléa. Mais glisser sur une plaque de verglas dans une région montagneuse en plein mois de décembre, est-ce toujours un aléa ? Subir une cyberattaque en 2019 (CHU de Rouen), c’est un aléa. Mais subir une cyberattaque en 2022 quand un hôpital par semaine se fait attaquer, est-ce toujours un aléa ? Bref l’expertise technique va être déterminante dans le cas présent, tout comme ce qui sera retenu ou non en tant qu’aléa. »

DSIH estime cela dit que le règlement de cette plainte « risque de donner le ton pour les dix prochaines années » : « c’est souvent à l’occasion d’une plainte que les choses évoluent, tous domaines confondus ».

Windows 11 2022 : Microsoft confirme un problème de performances sur les copies de gros fichiers

C’est le responsable Ned Pyle en personne qui a confirmé le souci dans les forums officiels. Il se produit bien une dégradation de performances lorsque l’on copie de gros fichiers depuis un serveur distant vers une machine équipée de Windows 11 2022.

La chute peut atteindre 40 % tout de même, de quoi largement impacter les utilisateurs concernés, notamment les personnes se servant de SMB. Le problème ne survient que sur les copies impliquant des fichiers de plusieurs Go au moins. Il n’est pas censé se produire localement, mais en fonction du scénario d’utilisation, une chute pourrait être constatée.

L’éditeur promet un correctif pour bientôt. En attendant, les personnes concernées peuvent utiliser robocopy ou xcopy avec le paramètre /J pour contourner le problème.

Le CNRS revient sur le principe d’équivalence

Il s’agit pour rappel d’un « pilier de la théorie de la relativité générale » d’Albert Einstein, qui « postule que tous les objets tombent de la même façon dans le vide ». La mission Microscope l’a validé avec une précision inédite jusqu’à présent.

Dans une interview maison, Serge Reynaud (directeur de recherche émérite au Laboratoire Kastler Brossel et membre du Science Working Group de Microscope) et Gilles Métris (directeur adjoint du laboratoire GéoAzur et co-investigateur principal de la mission Microscope) reviennent en détail sur cette mission.

Ils détaillent également les suites possibles : « on retrouve deux grandes approches. La première consiste à utiliser les enseignements de Microscope pour monter un projet similaire, mais en plus précis. La seconde serait de mener les expériences avec des atomes refroidis par laser jouant le rôle des masses à comparer ».

Un juge américain condamne un pirate informatique canadien à 20 ans de prisonCrédits : alengo/iStock

Sebastien Vachon-Desjardins, un ancien technicien informatique du gouvernement canadien de 35 ans, précise Radio Canada, avait été recruté par le gang de rançongiciel russophone NetWalker, qui a extorqué plus de 40 millions de dollars auprès de 400 victimes dans 30 pays.

« Les attaques avaient spécifiquement ciblé le secteur de la santé pendant la pandémie de COVID-19, profitant de la crise mondiale pour extorquer les victimes [...] au plus fort d'une crise sanitaire internationale », précise le département de la Justice américain, et notamment des hôpitaux et services d'urgence, ainsi que des forces de l'ordre, districts scolaires, collèges et universités.

Le FBI estime qu'il était l'un des membres les plus prolifiques du gang : il avait amassé plusieurs centaines de milliers de dollars et 719 bitcoins en seulement 10 mois, soit l’équivalent d'environ 21 849 087 dollars au moment de la saisie, en janvier 2021, et de 14 463 993 dollars à ce jour.

Il encourrait une peine de 12 à 15 ans de prison, relève le Tampa Bay Times, mais le juge William Jung a expliqué qu'il voulait dissuader les autres cybercriminels, et leur faire comprendre que la justice américaine ira les arrêter là où ils se trouvent.

« Vous êtes l'un des pires cas que j'aie jamais vus », a expliqué le juge à l'accusé, qualifié de « Jesse James du 21e siècle ». C'est le seul membre de NetWalker à avoir été arrêté. Il lui est également interdit de posséder un ordinateur personnel – y compris un smartphone ou un appareil électronique capable de se connecter à Internet souligne The Record – et de travailler dans les technologies de l'information.

Vivaldi 5.5 embarque un panneau pour les tâches

Le navigateur continue d’intégrer des fonctions, cette fois avec un panneau dédié aux tâches, avec toutes les actions classiques que l’on peut en attendre : rappels simples ou récurrents, ajout de dates d’échéance, de lieux et de notes, etc. L’intégration avec le calendrier permet d’y voir les rappels.

Vivaldi 5.5 prend également en charge le Snap de Windows 11, cette fenêtre qui apparaît quand on laisse un instant le curseur de la souris sur le bouton Agrandir d’une fenêtre. Il permet pour rappel de choisir rapidement entre six dispositions de fenêtres.

On trouve également d’autres améliorations un peu partout, comme une configuration plus rapide des comptes pour le client email et le calendrier, une meilleure détection des courriers frauduleux, ou encore des optimisations de performances pour la barre d’adresse.

Citizen Lab identifie de nouvelles victimes mexicaines du logiciel espion Pegasus

Le laboratoire de recherche universitaire Citizen Lab, qui documente depuis des années l'utilisation de logiciels espion par des services de renseignement à l'encontre de défenseurs des droits humains et de journalistes, notamment, a découvert de nouvelles victimes mexicaines de Pegasus entre 2019 et 2021.

Alors que « l'actuel président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, a assuré au public que le gouvernement n'utilisait plus le logiciel espion et qu'il n'y aurait plus d'abus » : « Parmi les victimes figurent deux journalistes qui traitent de questions liées à la corruption officielle et un éminent défenseur des droits humains. »

Citizen Lab rappelle à ce titre qu'il avait déjà publié huit rapports, en 2017, révélant que « des journalistes d'investigation et des avocats de familles de victimes de cartels, des groupes de lutte contre la corruption, des législateurs de premier plan, des enquêteurs internationaux qui examinent les disparitions forcées, et même le conjoint d'un journaliste tué par un cartel », avaient de même été ciblés par le logiciel espion de la société israélienne NSO Group.

L’impact de DART sur l’astéroïde Dimorphos a généré une « queue » de 10 000 kmCrédits : ESA

Le but de cette mission est pour rappel de dévier la trajectoire de l’astéroïde Dimorphos afin de se préparer au cas où un destructeur risquerait une collision avec la Terre.

Depuis la Terre, les observateurs scrutent avec attention Dimorphos. Il y a quelques jours, le télescope SOAR de NOIRLab a « révélé une immense traînée de débris provenant de cette collision », qui mesurerait au moins 10 000 km de long. 

DART n’est pas le seul responsable : les rayons du Soleil provoquent également de l’éjection de matière sans avoir besoin de la moindre aide extérieure. Les comètes par exemple perdent de la matière quand elles s’approchent de notre étoile.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !