LeBriefdu 13 septembre 2022
iOS 16, tvOS 16, watchOS 9 et HomePod Software 16 sont disponibles

Journée chargée pour les personnes qui souhaitent installer au plus vite les nouvelles versions des plateformes.

Les nouveautés sont nombreuses, particulièrement pour iOS 16. Rappelons qu’iPadOS 16 ne sort pas tout de suite. À l’instar de macOS Ventura, il n’arrivera que le mois prochain, le temps pour Apple de peaufiner certains apports, en particulier Stage Manager.

Attention, toutes les nouveautés ne seront pas forcément là dès le départ. Certaines, dont la bibliothèque partagée, doivent arriver « plus tard », peut-être avec la révision 16.1 d’iOS, qui pourrait n’arriver qu’en novembre, comme souligné par iGen.

Ces premières grosses révisions sont souvent attendues par une partie des utilisateurs, car elles corrigent nombre de défauts de jeunesse, qui ne manqueront pas d’apparaître dans les prochains jours.

James Webb plonge au cœur de la nébuleuse d’Orion

Le CNRS rappelle que cette nébuleuse est « la pouponnière d’étoiles la plus riche et la plus proche du Système solaire ». Les photos du jour sont « les plus détaillées et les plus nettes jamais prises de la région interne » de ce berceau d’étoiles.

La nébuleuse se trouve à 1 350 années-lumière et « il s’agirait d’un environnement similaire à celui où est né notre système il y a plus de 4,5 milliards d'années : l’étudier permet ainsi de mieux comprendre les conditions régnant à cette époque ».

« Le cœur des pouponnières d’étoiles, comme la nébuleuse d'Orion, est obscurci par de grandes quantités de poussières. Impossible de l’observer en lumière visible avec des télescopes comme Hubble. Le télescope spatial James Webb observe la lumière infrarouge du cosmos, et permet ainsi de voir à travers ces couches de poussières », explique le CNRS.

Après 12 ans chez AMD, Robert Hallock part explorer de « nouvelles opportunités »

Nous avons déjà eu l’occasion de parler de lui au cours des dernières années puisqu’il était directeur du marketing technique et la voix d'AMD concernant Ryzen.

D’après sa publication sur LinkedIn, son départ est déjà effectif. Il y remercie plusieurs de ses collègues ainsi que la société AMD elle-même pour ces 12 dernières années passées, sans préciser ce qu’il compte faire par la suite. 

La Quadrature du Net fête ses 15 ans dans un livre... papier

Quatre membres de la Quadrature du Net ont décidé de fêter les quinze ans de l'association de défense des droits et les libertés fondamentales à l’ère du numérique en revenant dans un ouvrage de « trois parties, vingt-deux chapitres et deux cent soixante pages » sur l'histoire des « cinq gus dans un Garage » et des « exégètes amateurs » qui les ont accompagné.

Ils y narrent la période de « la défense d’Internet » (2008-2014), à savoir leurs combats contre la loi Hadopi et leur « combat victorieux, contre le traité transatlantique ACTA, qui voulait lui aussi punir les échanges non marchands », qualifiée de « période heureuse de l’association » : 

« De jeunes gens enthousiastes, des geeks qui savent de quoi ils parlent, affrontent des États et des gouvernements qui ne comprennent rien au Web ni aux nouvelles technologies, alors que les jeunes militants mobilisent les masses grâce aux nouveaux réseaux. »

La période suivante (2014-2018), celle de « l’obsession antiterroriste », est « nettement plus sombre », à mesure qu'elle s'attaquait aux lanceurs d'alerte (Aaron Swartz, Julian Assange, Chelsea Manning, Edward Snowden, etc.) et aux lois répressives censées « civiliser Internet ».

Le troisième chapitre porte sur les années 2018-2022, les techniques numériques de surveillance, allant du « traçage publicitaire sur le Web jusqu’aux algorithmes administratifs qui sanctionnent arbitrairement les bénéficiaires des minima sociaux » en passant par « le vieux fantasme dystopique de la vidéosurveillance permanente » et l’utilisation de drones et de logiciels d’analyse des flux vidéo en direct.

« Ce n’est pas un livre d’histoire », précisent les quatre auteurs, qui « assument le côté partiel et partial de leurs témoignages », mais « un récit politique, une histoire commune qui ne cache pas les détours, les erreurs, les difficultés, qui montre comment les idées viennent et comment les luttes s’organisent au gré des envies, des rencontres, de l’imprévu et de la réflexion collective » : 

« Ce livre n’est pas une histoire "officielle" de La Quadrature du Net, écrite et revendiquée par l’association. Mais il donne à lire "une histoire de La Quadrature du Net", vue par des personnes qui l’ont vécue de l’intérieur. »

« Internet et Libertés – 15 ans de combat de la Quadrature du Net », co-écrit par Mathieu Labonde, Lou Malhuret, Benoît Piédallu et Axel Simon, paraît aux éditions Vuibert ce mardi 13 septembre (19,90 euros).

Pour nos 15 ans, nous avions également lancé notre premier magazine papier.

La dernière préversion de Windows 11 autorise les « live kernel dumps »

Un kernel dump est une opération visant à obtenir un instantané de la mémoire du noyau à un instant T. Les informations sont stockées dans un fichier, pouvant s’avérer précieux lors de l’analyse d’un plantage. C’est ce que Windows réalise par exemple en cas d’écran bleu (le fameux pourcentage en bas de l’écran).

La build 25197, déployée vendredi dans le canal Dev, permet désormais les « live kernel dumps ». Plus question de redémarrer la machine : on peut prendre un instantané depuis le gestionnaire des tâches, sans interruption de l’expérience utilisateur.

La fonction apparaissait en fait depuis plusieurs préversions du canal Dev, mais renvoyait systématiquement une erreur si l’on essayait de s’en servir.

Meta transfère la gouvernance de PyTorch à la Linux Foundation

C’est désormais la Linux Foundation qui se chargera de l’avenir de PyTorch. C’est ce qu’a annoncé hier Meta, l’avenir du cadriciel (framework) n’étant donc plus entièrement entre ses mains.

L’organisation retenue prévoit en effet que si les chercheurs de Meta continueront leurs travaux et définiront les grandes lignes du développement, l’ensemble du projet sera sous la supervision de la Linux Foundation.

Conséquence, un nouveau conseil d’administration sera formé pour les projets, les autres membres de la fondation pouvant y venir, tels qu’Amazon, AMD, Google, Microsoft ou encore NVIDIA.

PyTorch est pour rappel l’une des briques les plus importantes quand on aborde les réseaux de neurones et plus globalement l’intelligence artificielle. Cette bibliothèque s’utilise essentiellement avec Python, mais accepte également C++. Les calculs peuvent être réalisés par des CPU ou GPU (via CUDA). L’Autopilot de Tesla se sert par exemple de PyTorch.

Le lobby de la tech adresse une mauvaise note au futur règlement contre la pédopornographieCrédits : PhotoDNA Microsoft

La Computer & Communications Industry Association, lobby des industries de la tech, publie une nouvelle « prise de position » sur la proposition de règlement CSAM. Elle met à l’index plusieurs angles morts du texte destiné à lutter contre la pédopornographie en ligne.

Dans son analyse, l’association considère que ce règlement en gestation ne doit pas introduire de nouvelles règles « qui viendraient contredire l’interdiction de la surveillance généralisée, violeraient la vie privée et d’autres droits fondamentaux ou saper le chiffrement ». Or, « la CCIA craint que la proposition de règlement n’échoue sur ces trois points ». 

Dans sa note d’analyse, elle soulève, entre autres, des risques de conflits de normes entre le futur règlement CSAM et le Digital Services Act ou encore le RGPD. 

Ce dernier plaide pour le principe de minimisation des données traitées, quand le CSAM réclame une vérification d’âge sur de nombreux services en ligne, impliquant d’importantes collectes de données à caractère personnel. Et encore, le représentant de la tech ne sait même pas comment les services en ligne pourront les mettre en œuvre. 

Le CCIA réclame davantage de verrous pour empêcher la surveillance généralisée des échanges, notamment dans la phase de détection des contenus pédopornographiques. De même, les injonctions de détection devraient être accompagnées d’un surplus de garanties pour s’assurer de leur proportionnalité. 

Pour ces acteurs, la proposition de la Commission européenne risque d’affaiblir la solidité du chiffrement. Elle pourrait dans le même temps générer de nombreux faux positifs, en particulier dans la détection des contenus « pédo » non encore connus des bases de données existantes. « Cela pourrait entraîner de nombreuses fausses accusations à l’encontre d’utilisateurs innocents, avec de graves conséquences dans le monde réel pour ces personnes et une ingérence dans leurs droits à la vie privée et à la protection des données ».

Critiquant des règles trop uniformes, la CCIA rappelle que les prestataires de cloud n’ont pas connaissance des contenus de leurs clients, qui seuls disposent d’un contrôle effectif. « Exiger des fournisseurs de cloud qu'ils analysent, surveillent et filtrent les données de leurs clients constituerait une atteinte disproportionnée à la confidentialité et à l'intégrité ». 

Artemis I : la fuite d’hydrogène liquide est réparée, de nouveaux tests sont programmés

« Les ingénieurs ont remplacé les joints associés à la fuite d'hydrogène détectée lors de la tentative de lancement le 3 septembre », explique la NASA

Les conduites permettant de remplir les réservoirs de l’étage central et des propulseurs ont également été remplacées. Les techniciens sont désormais en train de tout rebrancher et de vérifier l’étanchéité ; un remplissage des réservoirs est prévu pour le 17 septembre. 

« Après les tests, les équipes évalueront les données ainsi que le planning pour la prochaine opportunité de lancement ». Des fenêtres de tir sont disponibles les 23 et 27 septembre.

Edge pour Android s’attaque aux vidéos publicitaires

Sur Reddit, l’utilisateur Leopeva64-2 indique avoir découvert un nouveau « flag » pour renforcer le blocage publicitaire. Une fois actif, le navigateur s’en prend plus agressivement aux vidéos publicitaires, par exemple celles apparaissant sur YouTube.

Selon la même personne, Edge s’en sort relativement bien. Pour activer le nouveau mécanisme, il faut se rendre sur edge://flags/#edge-block-video-ads. Une fois le réglage changé pour « Enabled », il faut redémarrer le navigateur.

On peut se demander pourquoi Microsoft n’a intégré ce mécanisme renforcé que dans la version Android, tout du moins pour l’instant. L’explication pourrait être simplement que l’éditeur veut s’en prendre plus frontalement à Chrome, en proposant une fonction capable de drainer des utilisateurs. 

La part de marché d’Edge est en effet si faible sur Android qu’il n’apparaît pas dans les statistiques de services comme Statcounter.

La CNIL et la DPC irlandaise enquêtent elles aussi sur Twitter

Au détour d'un (long) article (abonné) revenant sur les récentes révélations de l’ex-responsable de la sécurité de Twitter (et figure historique et respectée des hackers) Peiter Zatko, Libération nous apprend que « deux autorités de protection des données personnelles du Vieux Continent » sont citées dans les documents qu'il a transmis, en tant que lanceur d'alerte, le 6 juillet, à la Securities and Exchange Commission (SEC, le gendarme de la Bourse), la Federal Trade Commission (FTC, l’agence en charge du droit de la consommation et de la concurrence) et le département de la Justice : 

« D’après l’ex-responsable de la sécurité, aussi bien la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) française que la Data Protection Commission (DPC) irlandaise s’apprêtaient, début 2022, à demander au réseau social des éléments sur les données d’apprentissage de ses modèles d’intelligence artificielle les plus importants ; la direction de Twitter aurait eu l’intention de répondre de manière trompeuse, pour éviter de révéler que ce matériau contrevenait largement au droit d’auteur… »

Twitter aurait également « traîné à se mettre en règle avec la réglementation sur les cookies, suite à une demande de la Cnil ». 

Ces griefs ont été présentés aux autorités américaines avant qu'Elon Musk ne revienne sur son projet de rachat de Twitter, dont le procès qui l'oppose au réseau social sera jugé le 17 octobre prochain.

Google finalise le rachat de Mandiant

L’annonce avait été faite en mars de cette année, avec 5,4 milliards de dollars en cash pour croquer la société spécialisée dans la cybersécurité. 

Maintenant que le rachat est finalisé, Mandiant va rejoindre Google Cloud « pour aider les organisations à améliorer leur gestion des menaces et des incidents ». « Nous conserverons la marque Mandiant », ajoute Google.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !