LeBriefdu 8 mars 2018
Android P : la Preview disponible, uniquement pour les Pixel

Comme prévu, Google a publié la première préversion d’Android P à destination des développeurs. Elle n’est pour le moment pas présente dans le programme Android Beta et doit donc être installée manuellement. De plus, elle n’est compatible qu’avec les Pixel et Pixel 2 (et leurs versions XL), qui ne sont officiellement pas vendus en France par Google.

Les nouveautés sont évidemment nombreuses. On note par exemple la compatibilité avec l’encoche en haut de l’écran (le notch), le positionnement intérieur via le Wi-Fi RTT (802.11mc), de nouvelles API pour les appareils à deux caméras (pour améliorer le zoom, l’effet bokeh et la vision stéréo) ou encore le support des images HEIF (comme sous iOS 11) et le mode HDR pour les vidéos VP9.

Android P améliore également des fonctionnalités existantes. Par exemple, les notifications veulent mettre plus en avant des éléments importants comme le nom de l’expéditeur, la présence d’une image jointe ou encore la suggestion de réponses « intelligentes ». Signalons aussi des améliorations pour le remplissage automatique, qui devrait être plus efficace et précis, via de nouvelles API.

Côté sécurité, du neuf également. La fenêtre d’identification par empreinte digitale est ainsi rationalisée. Google veut proposer une expérience commune pour tous les appareils équipés de cette capacité, via l’API FingerprintDialog. On note aussi une bascule vers TLS pour les Network Security Configuration, qui refuseront toute connexion en clair.

Micro, appareil photo et capteurs seront en outre bloqués pour les applications non actives (idle), tandis que les sauvegardes d’Android seront prochainement chiffrées, avec mot de passe côté client. Cette fonctionnalité est en plein développement selon Google et n’arrivera que dans une future Preview.

Android P se penche aussi sur les performances, notamment du côté d’ART (Android Runtime), avec de nouvelles optimisations. Même chose pour le langage Kotlin, dont le travail de support porte ses premiers fruits, notamment sur le compilateur, plus performant. Doze, App Standby et Background Limits sont également améliorés pour prolonger l’autonomie (à voir évidemment en pratique).

Selon Google, Android P prolongera la volonté de l’éditeur de moderniser les fondations du système et les applications qui y fonctionnent. D’ici novembre 2018, les mises à jour devront donc être compilées avec Oreo pour cible, l’obligation du 64 bits se profilant pour 2019. Par ailleurs, toute application n’ayant pas été créée pour Android 4.2 au minimum génèrera un avertissement. Google encourage donc tous les développeurs à basculer aussi rapidement que possible vers le niveau 26 des API Google Play.

On rappellera bien sûr qu’en tant que première préversion, le système peut se révéler instable, provoquant de nombreux bugs parfois incongrus

C'est chaud chez Shadow

La société Blade a alerté ses clients qu'un départ d'incendie a eu lieu dans son premier datacenter situé à Marcoussis, ce qui peut impacter les premiers clients, ceux ayant signé avant le lancement de la nouvelle offre.

Ce problème « a touché la salle des batteries (située loin de la nôtre). Les pompiers sont sur place, ce qui fait que nous n'avions pas encore accès à notre local où l'alimentation est toujours coupée » précise l'équipe, qui ne pouvait pas encore donner un délai pour un retour à la normale à l'heure où nous écrivons ces lignes.

« Nos équipes sont sur place et attendent d'avoir l'autorisation d'entrer dans le bâtiment pour relancer les machines. Il s'agit d'un datacenter Tier3, avec un système de redondance électrique et réseau » détaille Blade.

« Pour une raison que nous ignorons encore, la bascule ne s'est pas faite. L'incident d'aujourd'hui est extrêmement rare, il s'agit du premier depuis que le datacenter a ouvert ses portes » conclue-t-elle, invitant ses clients à suivre l'avancement des choses sur Discord.

Google : un Doodle et une icône pour la journée internationale des droits des femmes

Elle tombe aujourd'hui, le 8 mars, mais il ne faut pas l'identifier comme étant « la journée de la femme » rappelle le HCe (Haut Conseil à l'Egalité entre les femmes et les hommes) sur Twitter.

Google a mis en place un Doodle interactif pour l'occasion, accompagné d'une vidéo afin de promouvoir l'égalité des sexes. Le but est de « commémorer des femmes dont les histoires ne sont pas souvent entendues ». Douze artistes du monde entier partagent ainsi une histoire personnelle.

Le moteur de recherche ajoute que, à partir de cette semaine, les entreprises peuvent s'identifier comme étant détenues, dirigées ou fondées par des femmes. Pour cela, elles devront se rendre dans Google My Business dashboard et activer l'option correspondante. Une icône apparaîtra lors d'une recherche sur la fiche de l'entreprise ou sur Maps.

Canal+ remet le signal de TF1 à l'ensemble de ses clients satellite

Suite au combat qui oppose les deux groupes (voir notre analyse), le CSA a commencé à mener des auditions dans la journée d'hier. Les premiers résultats sont là.

Ainsi, le signal des chaînes de TF1 a été rétabli sur l'ensemble des offres satellite (TNT Sat et décodeurs Canal+) à 23h hier comme annoncé par le Conseil. Dommage pour ceux qui viennent de se faire poser une antenne TNT dans l'urgence. Les contreparties acceptées par chacun ne sont pas encore connues, mais la filiale de Vivendi a déjà fait savoir ce qu'elle avait retenu de tout ça.

Selon elle, le Ministère de la Culture « a précisé que les programmes des chaînes gratuites devaient être gratuits pour les clients servis par satellite », ce qui indiquerait que TF1 ne peut pas demander de rémunération pour ce mode de diffusion.

Il faut dire que la chaîne avait joué sur la corde du service public opéré par Canal+ dans le cas de l'offre TNT Sat qui permet à certains de recevoir la TNT par satellite, tout comme Fransat. Elle pouvait donc difficilement maintenir une demande de revenus après ça.

On ne sait toujours pas par contre dans quelle mesure cette remarque s'applique également aux abonnés de Canal+ par satellite via son offre classique.

Dans le communiqué du Ministère de la Culture, on peut lire que « les chaînes gratuites de la TNT ont l’obligation de mettre leur signal gratuitement à disposition d’un distributeur par satellite », mais également que « la coupure par Canal+ du signal des chaînes du groupe TF1 pour les personnes qui disposent uniquement d’une offre TNT Sat proposée par Canal+ [...] est totalement contraire au principe de couverture intégrale de la population ».

Bref, il faudra sans doute encore attendre quelques jours pour prendre la mesure de ce qui a été décidé, en espérant que d'ici là, c'est sur la question de fond qu'une solution sera trouvée.

Car si plus de 3 millions de téléspectateurs sur les 5,5 millions gérés par Canal+ reçoivent à nouveau les chaînes de TF1, ce n'est pas le cas des 2 millions restant. Et derrière, ce sont les abonnés de Free et Orange qui pourraient bientôt être concernés.

Ces derniers jours, TF1 a perdu en moyenne 3 millions de téléspectateurs sur l'ensemble de la journée. Les choses devraient désormais s'améliorer… ou empirer très rapidement si rien n'est fait.

La station spatiale Tiangong-1 devrait revenir sur Terre entre le 29 mars et le 9 avril

Ce n'est pas un secret : Tiangong-1 est hors de contrôle depuis maintenant au moins 18 mois. Lancée en 2011 en orbite, elle est en train de descendre doucement et finira par retomber sur Terre après une désintégration partielle dans l'atmosphère.

La question de la date (et donc du lieu) font l'objet de prédictions de la part des scientifiques. Selon l'ESA, la fenêtre se resserre entre les 29 mars et 9 avril environ, mais « c'est très variable » ajoute l'agence spatiale.

Pour rappel, il faudra probablement attendre les dernières heures pour connaître le point de chute précis sur Terre, dont la surface est recouverte à 70 % d'eau.

Google Arts & Culture à Paris : de l'intelligence artificielle pour la culture

Le géant du Net explique avoir développé des « expériences inédites ». Il est notamment question d'Art Palette : choisissez une palette de couleur ou une photo et les algorithmes de Google rechercheront parmi les œuvres d'art du monde entier.  

Vient ensuite LIFE Tags. Cette fois-ci l'IA parcourt et analyse toutes les photos figurant dans les archives du magazine LIFE et applique des tags aux images. Vous pouvez ainsi trouver facilement des photos sur un thème précis.

Le géant du Net précise enfin avoir travaillé avec le MoMA pour identifier automatiquement les œuvres présentes sur pas moins de 27 000 photos d'expositions.

 Chrome 65 inaugure le blocage des redirections sauvages

La fonctionnalité était prévue pour la version 64 mais a finalement été un peu repoussée. Elle vient combattre une pratique nuisible, consistant le plus souvent à insérer un script de redirection dans un espace publicitaire. Le symptôme est très connu : vous arrivez sur un site et, pour une raison que vous ignorez, vous êtes illico envoyé sur une page vous annonçant que vous avez gagné un prix ou que votre machine est infectée.

Désormais, toutes les redirections initiées depuis une iFrame tierce afficheront une barre d'information expliquant à l'utilisateur ce qui s'est passé. La redirection sera cassée et l'utilisateur devrait donc rester sur la page qu'il était venu visiter. En théorie, car dans ce test, Chrome 65 n'est parvenu à bloquer que deux redirections sur trois.

Le navigateur introduit plusieurs autres modifications, certaines visuelles. Le panneau des extensions a par exemple été complètement remanié, passant à la moulinette Material Design.

Chrome 65 introduit en outre des nouvelles API importantes, CSS Paint et Server Timing. La première permet de générer une image de manière programmée dès qu'une propriété CSS en demande une. La seconde peut récupérer le temps de réponse du serveur, via les en-têtes HTTP, dans une optique de mesure des performances.

La nouvelle mouture corrige enfin pas moins de 45 failles, dont 9 de sévérité « haute ».

Luke Cage commence à dévoiler sa saison 2, avec des gentils et des méchants

Alors que Jessica Jones revient sur les écrans de Netflix aujourd'hui, un autre personnage commence à refaire parler de lui : Luke Cage. La seconde saison de la série autour du super héros de Harlem sera diffusée le 22 juin prochain.

Il y est présenté comme indestructible et assez sûr de lui. Dans sa présentation, la plateforme de SVOD précise que « cette nouvelle visibilité ne fait qu'accroître son besoin de protéger la communauté et de comprendre qui il peut ou non sauver » une problématique récurrente dans l'univers des super héros.

Luke Cage devra bien entendu faire face à un nouvel ennemi « redoutable », de quoi le « confronter à l'étroite frontière qui sépare les héros des méchants », tout un programme.

461 millions de dollars à nouveau levés par Magic Leap

Elle n'a toujours rien livré, juste une promesse et des rendus 3D d'un kit autour de lunettes de réalité augmentée, mais la société continue de convaincre les investisseurs.

De quoi atteindre les 2,3 milliards de dollars selon nos confrères de TechCrunch. Espérons que cela permettra bientôt de voir des produits concrets, des promesses ayant été faites pour cette année.

Processeurs Ryzen 2 d'AMD : la grosse fuite

Le site El Chapuzas Informatico indique être tombé sur la présentation des futurs processeurs de la marque, qui doivent être lancés dans le courant du mois.

Il serait ainsi question de quatre modèles : les R5 2600(X) et R7 2700(X) avec 6 et 8 cœurs, respectivement, et des fréquences de base entre 3,4 et 3,7 GHz. Le Turbo pourrait par contre atteindre 4,35 GHz, ce qui est plutôt une bonne nouvelle.

Le TDP est revu à la hausse, jusqu'à 105 watts pour le Ryzen 7 2700X, qui sera livré avec un Wraith Prism plutôt qu'un Spire (avec ou sans LED) pour les autres modèles. Le cache est de 19 ou 20 Mo selon les cas et la mémoire supportée de la DDR4 à 2933 MHz.

De quoi permettre à AMD de revenir sur le devant de la scène dans les jeux selon le constructeur, le tout étant facilité par l'intégration de son nouveau mécanisme de gestion des fréquences déjà vu dans les APU Raven Ridge. Côté tarif, il serait question de 199, 249, 299 et 369 dollars. De quoi frapper fort face à l'offre d'Intel.

Concernant les chipsets de la série 400, introduits pour l'occasion, il seront au nombre de deux : B450 et X470, le premier étant lancé plus tardivement dans l'année. Ils apportent quelques améliorations de design, une consommation plus faible, le support du RAID NVMe bootable, etc. Bref, rien de bien vital, mais ce sera toujours ça de pris pour un nouvel achat.

AMD devrait également annoncer qu'ils seront nécessaires pour bénéficier d'un turbo amélioré via XFR 2 et Precision Boost Overdrive. Un point à surveiller au lancement, pour voir si tout cela est bien justifié.

Le lancement des Ryzen 2 devrait intervenir d'ici la fin du mois. D'ici là, nous aurons sans doute l'occasion d'avoir confirmation (ou non) de ces différentes informations.

Facebook ajoute la vidéoconférence à Messenger Lite

Lancée en octobre 2016, cette application est principalement destinée à ceux disposant d'un smartphone d'ancienne génération, d'une connexion limitée ou qui ne veulent tout simplement pas installer la version classique, dont le poids peut s'approcher des 200 Mo.

Désormais, Messenger Lite pour Android permet de passer des appels vidéo avec un de vos contacts (pas de vidéoconférence de groupe). Malgré cet ajout, le réseau social affirme que son application Lite reste sous la barre des 10 Mo.

Twitter s'attaque aux arnaques sur les crypto-monnaies

Le scénario est classique : Elon Musk tweete sa joie d'un lancement de fusée réussi, puis quelques minutes plus tard, apparaît un second message, en réponse au premier, présentant un don de crypto-monnaies pour ceux qui lui en fourniraient.

L'astuce ? Le second message émane d'un faux compte, imitant le mieux possible le vrai. En répondant ainsi à un tweet de célébrité, l'usurpateur s'assure une visibilité importante, en misant sur la crédulité des lecteurs. L'arnaque a pris de l'ampleur ces dernières semaines, amenant Twitter à agir.

Le réseau social annonce la mise en place de mesures directes contre ces faux comptes, dont la nature n'est pas encore précisée.

Des horloges accumulent du retard en Europe... à cause du réseau électriqueCrédits : Marjan_Apostolovic/iStock

La situation est assez cocasse et touche notamment celles des fours et des radio-reveil, mais pas des ordinateurs ou des smartphones, qui se basent sur des serveurs NTP.

Pour se maintenir à l'heure, les horloges branchées sur secteur utilisent la fréquence du courant électrique fixé à 50 Hz. Or, « la moyenne calculée depuis la mi-janvier est de 49,996 Hz » explique l'Entso-E, l’association qui réunit les fournisseurs d’électricité de 25 pays. L'accumulation du retard peut ainsi atteindre 6 minutes sur deux mois.

La cause est tout aussi surprenante : « cette anomalie, une première dans notre système européen, n’a pas pour origine la vague de froid récente ou une panne soudaine » affirme Claire Camus de l'Entso-E au Parisien, mais à des « désaccords politiques opposant les autorités serbes et kosovares ».

Toujours selon nos confrères, « le Kosovo, mais aussi la Serbie, ont lancé une véritable guerre diplomatique pour faire pression et rejoindre, de façon plus officielle, le club des pays formant ce "réseau européen des gestionnaires de réseaux de transport d’électricité" ».

La fréquence actuelle du réseau électrique est disponible sur le site de Swissgrid. Actuellement, elle est de 50,0xx Hz en moyenne, avec un écart de temps d'un peu plus de 345 secondes, soit 5 minutes et 45 secondes. « Ramener le système à la normale pourrait prendre quelques semaines » indique enfin l'Entso-E.

Iliad souhaite revendre le centre d'appel Mobipel visé par le reportage de Cash Investigation

C'est en tout ce qu'indique un document transmis par Iliad aux syndicats et consulté par l'AFP. Le potentiel acheteur serait le groupe Comdata, déjà présent à Gennevilliers (Hauts-de-Seine) via filiale b2s.

« Le projet n'entraînerait pas de changement d'employeur pour les salariés de Mobipel, mais un simple changement d'actionnaire » indique le document. Pour rappel, ce centre d'appel avait été largement critiqué par Cash Investigation dans son émission du 27 septembre.

La vente pourrait avoir lieu en juin, mais un accord entre Iliad et Comdata permettrait aux salariés de continuer à gérer la relation client de Free. Iliad n'a pas souhaité commenter ces informations.

Par contre, les syndicats CFDT, SUD et CGT ne sont pas spécialement enthousiastes. Ils regrettent qu'Iliad essaye de « se débarrasser d'une société (dont) le contexte social et économique est en péril par la gestion catastrophique de la direction ».

L'API Vulkan passe en version 1.1, avec la prise en charge de plusieurs GPU

Le Khronos Group vient de l'officialiser, en même temps que le passage de SPIR-V en version 1.3. Vulkan 1.1 est l'occasion d'ajouter des fonctionnalités demandées par les développeurs affirme le consortium. Il est notamment question de la prise en charge de plusieurs GPU, de rendus simultanés de plusieurs vues d'images, etc. Tous les détails se trouvent par ici.

De leur côté, AMD, Intel et NVIDIA annoncent tous les trois des pilotes compatibles avec Vulkan 1.1

Le FBI réclame une copie en clair des communications en ligneCrédits : South_agency/iStock

Promis, le bureau fédéral ne veut pas de porte dérobée. L'expression est bien devenue un tabou. C'est ce qu'a assuré son directeur, Christopher Wray, lors d'une conférence sur la cybersécurité à Boston.

Pourtant, ce qu'il demande s'en approche bien. Comme en France, le débat coince sur la nécessité de protéger les communications et la synchronisation en ligne du contenu de smartphones, et les blocages que le chiffrement pourrait causer dans les enquêtes.

« Ce que nous demandons est la capacité d'accéder à l'appareil une fois que nous avons un mandat d'un juge indépendant, qui déclare que nous avons une cause probable » a déclaré le responsable. Comment ? Il prend l'exemple de la plateforme de discussion Symphony du monde bancaire, qui chiffre les communications, mais en conserve une copie en clair pour les autorités pendant sept ans, ainsi que des copies des clés de chiffrement chez des tiers de confiance.

Autrement dit, le FBI vante un chiffrement sans vraie confidentialité, où un utilisateur n'a aucune garantie que ses communications restent bien entre lui et son correspondant, comme le permet le chiffrement de bout en bout de Signal, WhatsApp ou Wire. Ces services restent une épine dans le pied pour les forces de l'ordre, car leur attrait repose en bonne partie sur leur incapacité technique à consulter le contenu des messages.

En janvier, nous révélions que les autorités françaises avaient abandonné l'idée de déclarer de force chaque service de messagerie comme opérateur, ouvrant des obligations d'interception. Le gouvernement préfèrerait passer par le futur Code européen des télécoms, qui intégrera de fait cette obligation. En attendant, les messageries étrangères ne fournissent jamais le contenu des conversations sans commission rogatoire internationale, même si certaines livrent les métadonnées sans grand formalisme, à l'image de Facebook ou Skype.

Snap licencierait une centaine de personnes

C'est l'information révélée par Cheddar, citant une source souhaitant rester anonyme. Les coupes dans les effectifs ne concerneraient que le département d'ingénierie de Snap, mais l'entreprise s'est pour le moment refusée à tout commentaire.

Toujours selon nos confrères, cette troisième vague de licenciements arriverait après la mise en place d'un « système d'évaluation des performances des employés vers la fin de l'année dernière ». Le PDG, Evan Spiegel, prévenait alors ses gestionnaires qu'ils seraient tenus de « prendre des "décisions difficiles" sur l'évaluation de leurs équipes pour l'année civile 2018 ».

Pour rappel, la société a lancé il y a quelques semaines une nouvelle interface, qui n'est pas du goût de nombreux utilisateurs, et pourrait ressortir de nouvelles lunettes Spectacles, malgré le flop des premières versions.

E-sport : un championnat organisé par Webedia et financé à 100 % par les pouvoirs publics ?

C'est en tout cas ce qui ressort d'un rapport sur la politique en faveur du (e-)sport en Île-de-France consulté par Libération.

Le coût du championnat prévu pour le 31 mars est estimé à 340 000 euros. Le conseil régional présidé par Valérie Pécresse devrait mettre 200 000 euros sur la table, tandis que « diverses villes franciliennes organisatrices devraient, quant à elles, verser 140 000 euros », affirment nos confrères. On arrive donc bien à un total de 340 000 et, « in fine, une prise en charge par les pouvoirs publics à… 100 % ».

Libération ajoute que « le dossier présenté par Webedia, à l’appui de sa demande de subvention, est particulièrement vague. Il ne précise pas si le tournoi sera gratuit, combien de joueurs y participeront, s’il y aura des sponsors privés, si les gagnants toucheront une récompense… Rien ».

Contacté par nos confrères, Patrick Karam (vice-président chargé de la jeunesse, des sports et de la vie associative à la région) n'a pas donnée de suite à leurs questions. Même chose chez Webedia qui renvoie la balle dans le camp de la région Île-de-France.

 Bataille autour d'une probable arnaque aux crypto-monnaiesCrédits : bodnarchuk/iStock

Le mois dernier, The Next Web révélait les pratiques de Skycoin, une société derrière une crypto-monnaie du même nom. Pour le magazine, elle présente tous les traits d'une arnaque, dont une importante réserve de monnaie non-distribuable (75 % du total, sûrement un record), et réclame un bitcoin pour obtenir un matériel de minage.

À environ 10 000 dollars pièce (en plus de 600 dollars de départ), le coût d'un mineur semble aussi être un record. L'entreprise le justifie par une forte demande, qui les amènerait à choisir les plus « motivés ». Le code de l'algorithme de minage a été publié, mais sans la partie prévenant le réseau de la fraude, « pour des raisons de clarté ». Un autre algorithme, séparé, doit vérifier régulièrement quels nœuds du réseau sont en accord avec la version de la chaine de blocs que traite chaque mineur.

Pour The Next Web, Skycoin et son réseau Skywire ont toutes les caractéristiques d'une arnaque, d'autant plus que rien n'existerait encore. Ces éléments ont été pour partie obtenus de Bradford Stephens, présenté comme directeur exécutif et contacté via le service presse de Skycoin.

Pourtant, ce matin, le magazine publie un nouvel e-mail, cette fois reçu de « Synth », qui dit être le fondateur de l'entreprise. Bradford Stephens serait un arnaqueur se faisant passer pour un employé, dans le but d'obtenir des devises de gens crédules. The Next Web bat en brèche cette défense, prouvant que Stephens travaille bien pour Skycoin. Conclusion du magazine : le projet est bien une arnaque. Ce à quoi la société n'a pas encore répondu.

 Pierre Louette (ex-Orange) prend la tête de Les Échos-Le Parisien (LVMH)

Cette semaine, Orange annonçait le renouvellement de son comité exécutif. Le changement le plus remarqué a été le départ de Pierre Louette, son secrétaire général, un temps président de la Fédération française des télécoms.

Comme pressenti en janvier, il devient président directeur général du groupe Les Échos-Le Parisien, le pendant médiatique de LVMH. Son expérience dans les médias n'est pas nouvelle, il fut patron de l'Agence France Presse (AFP) pendant sept ans, avant de rejoindre l'opérateur historique en 2010. Il remplace Francis Morel chez LVMH.

Crypto-monnaies : le gendarme boursier américain réclame aux plateformes de s'enregistrer

Dans un communiqué, la SEC lance une nouvelle alerte sur les crypto-monnaies, cette fois sur les plateformes d'échange « potentiellement illégales ». L'autorité réclame leur enregistrement auprès de ses services, dans le but de sécuriser les échanges de ces devises.

D'autres services, comme les portefeuilles de crypto-monnaies en ligne, sont aussi censés s'enregistrer sous d'autres titres, par exemple courtier ou agent de transfert.

La SEC est très vigilante sur les crypto-monnaies. Fin janvier, elle s'interrogeait ouvertement sur la sécurité des fonds en monnaies numériques, après avoir attaqué les organisateurs d'une levée de fonds (ICO) frauduleuse.

Afutt : hausse des plaintes en 2017, SFR toujours largement en têteCrédits : stockyimages/iStock/ThinkStock

L'Association française des utilisateurs de télécommunications a mis en ligne son bilan pour l'année dernière. Après une forte augmentation (+50 %) en 2016 du nombre de plaintes, la tendance est encore à la hausse en 2017 avec 3,2 % pour s'établir à 5 183.

Le secteur mobile gagne un peu de terrain et se trouve désormais à égalité avec le fixe. La facturation, principalement sur mobile, est la première cause d'insatisfaction, suivi par la résiliation de contrat, les interruptions de services et la vente forcée ou dissimulée.

Dans le détail, les plaintes sur le fixe sont en hausse de 16 % chez Bouygues Telecom, de 11 % chez Orange, alors qu'elles sont en baisse de 3,5 % chez SFR et de 25 % chez Free. Sur le mobile, Bouygues Telecom explose avec 63 % d'augmentation, SFR grimpe de 20,7 % et Free Mobile de 1,8 %. Enfin, Orange diminue de 1,8 %.

Le groupe SFR est toujours champion avec 55,2 % des plaintes (- 0,6 point) ; « c’est la troisième année que ce groupe arrive très nettement en tête » note l'Afutt. Bouygues Telecom est en seconde position avec 14,8 %(+ 3,9 points), suivi par Orange avec 13,7 % (stable). Free est quatrième à 9,4 % (-2,1 points).

Quoi qu'il en soit, une constante demeure en 2017 selon l'association : « ce sont les litiges de facturation qui dominent avec les complications qui peuvent s’ensuivre (exemple : refus de paiement, mise en recouvrement, résiliation, perte de numéro) ».

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !