LeBriefdu 12 mai 2022
Sur Linux, le module kernel du pilote NVIDIA est désormais open source !

Voilà une nouvelle que plus personne n’attendait après de nombreuses années à l’espérer : NVIDIA a annoncé hier soir que la partie noyau de son pilote était désormais open source, sous une double licence GPL et MIT.

Le code source est disponible sur GitHub, avec la version 515.43 du pilote. Comme indiqué par NVIDIA, il n’attend plus que les modifications et pull requests des développeurs (plusieurs dizaines ont déjà été faites). Pour chaque version publiée, le constructeur publiera des moutures entièrement compilées et packagées.

NVIDIA se garde sous la main la partie espace utilisateur – la deuxième moitié du pilote – en sources fermées, mais c’est bien la plus importante des deux qui vient d’être libérée.

NVIDIA indique qu’il s’agit du résultat d’un travail de longue haleine, réalisé en partenariat avec Canonical, Red Hat et SUSE pour tout ce qui touche au packaging, au déploiement et à la manière dont le changement allait influer sur le support. Tous trois s’en félicitent bien sûr.

C’est probablement le support d’ailleurs qui en sera le plus vite affecté. Car la version open source sera envoyée sur les premières distributions dans les jours qui viennent, notamment Ubuntu 22.04. Les systèmes pourront intégrer beaucoup plus finement les fonctions et en surveiller l’utilisation. La découverte et la résolution de problèmes devraient être largement facilitées.

Pour les équipes derrière les distributions, l’ouverture du code signifie également l’exploitation de toutes les capacités offertes par les GPU des architectures Turing et Ampere, seules celles-ci étant supportées pour l’instant. Les systèmes pourront donc travailler leur support du G-Sync ou des écrans multiples sans avoir à passer par du code fermé.

La maintenance devrait en être nettement simplifiée. On a pu voir par exemple l’arrivée de Pop!_OS 22.04 avec une image ISO spécifique pour les possesseurs de cartes NVIDIA, ou encore la possibilité pour Fedora 36 d’ouvrir des sessions Wayland avec le pilote propriétaire. L’arrivée du module noyau open source devrait mettre fin à ces travaux spécifiques.

Le Royaume-Uni engage une réforme de la législation sur les données personnelles

Outre-Manche, dans le « discours du trône », le gouvernement a présenté les grandes lignes de sa réforme de la législation sur les données à caractère personnel. Un projet de loi, post-Brexit, qui devrait « réduire les charges sur les entreprises, stimuler l’économie, aider les scientifiques à innover et améliorer la vie des personnes au Royaume-Uni ». 

Au menu également, une réforme de l’Information Commissioner’s Office, équivalent de notre CNIL, pour lui permettre de prendre des mesures plus fortes à l’encontre des organisations ne respectant pas les règles en vigueur. Le projet de loi devrait faciliter l’accès aux données de santé.

Seuls sont esquissés les thèmes de cette réforme à venir, mais les pistes choisies pourraient remettre en cause la décision d’adéquation vis-à-vis du Royaume-Uni. Décision par laquelle la Commission européenne a estimé que ce pays offrait un niveau de protection équivalent à celui garanti par la législation de l’UE, permettant des transferts de données sans cadre spécifique.

Consommation électrique des lignes fixes : l’Arcep explique le grand écart des chiffres

Dans notre article sur l’enquête de l’Arcep chez les opérateurs pour en analyser la consommation énergétique et les émissions de gaz à effet de serre, nous avions souligné une drôle d’information.

Ce rapport indiquait qu’un abonnement fixe xDSL entrainait une consommation d’un peu plus de 35 kWh et de 10 kWh pour la fibre pour l’année 2020. Mais, dans un précédent rapport de 2019, les chiffres étaient respectivement de 16 et 5 kWh. Comment expliquer un tel écart en si peu de temps ?

Par la méthodologie, nous a répondu l’Arcep. Le changement est consécutif à l’augmentation des pouvoirs de l’Autorité, qui avait dès lors toute légitimité pour réclamer des informations plus complètes et précises.

Il ne s’agit donc pas d’une explosion de la consommation électrique, mais d’une estimation beaucoup plus proche de la réalité. Dans les deux cas, la conclusion était que le passage à la fibre entrainait une diminution significative de la consommation.

Notre article de mardi a été mis à jour en conséquence (nous l’avons signalé hier dans les commentaires).

Google tire tous azimuts : Pixel 6a à 459 euros, Pixel 7, Watch et Tablet

Hier, lors de la conférence d’ouverture de la Google I/O, le géant du Net a annoncé son nouveau smartphone de milieu de gamme : le Pixel 6a.

Il est équipé du processeur Google Tensor (comme les Pixel 6 et 6 Pro) avec puce Titan M2, de 6 Go de LPDDR5, de 128 Go de stockage, d’un écran OLED de 6,1" (1 080 x 2 400 pixels), de deux caméras à l’arrière (grand angle de 12,2 Mpx et ultra grand angle de 12 Mpx), etc.

Il prend en charge le Wi-Fi 6E, le Bluetooth 5.2 et la 5G. Toutes les caractéristiques techniques se trouvent par ici et un comparatif maison des trois Pixel 6 par là. Le smartphone sera disponible en précommande du 21 au 27 juillet 2022, au prix de 459 euros. 

Google annonce aussi l’arrivée des écouteurs sans fil Pixels Buds Pro, qui seront également en précommande le 21 juillet et disponibles le 28 juillet, à 219 euros. 

Le fabricant met en avant sa technologie de suppression active du bruit (ANC) qui « repose sur des hauts-parleurs et une puce audio sur mesure. Cette puce audio personnalisée à 6 cœurs exécute des algorithmes développés par Google, tous mis au point par notre équipe d'ingénieurs du son ».

Comme prévu, Google a également présenté sa première montre connectée Pixel Watch, avec son Wear OS. Une courte vidéo permet de découvrir le design tout en rondeur avec une couronne tactile. Le lancement est prévu pour l’automne et il faudra encore attendre pour avoir davantage de détails. 

La Google I/O était aussi l’occasion d’annoncer (teaser serait plus exact) rapidement l’arrivée des futurs Pixel 7, qui « embarquent la prochaine version de Google Tensor » et qui seront disponibles à l’automne. Le design général reste le même, mais le verre laisse sa place à l'aluminium… et c’est tout ce que nous savons pour le moment.

Il était aussi question d’une tablette Android, avec Google Tensor, mais il faudra pour celle-ci attendre…2023. Bref, Google veut être présent sur l’ensemble du marché, allant des écouteurs aux tablettes en passant par les smartphones. 

Bien d’autres annonces ont été faites durant la Google I/O (qui n’est pas terminée), nous aurons l’occasion d’y revenir dans une actualité dédiée.

Airbnb annonce « la plus grande mise à jour de la plateforme » avec des séjours en deux temps et AirCover

La première fonctionnalité permet de couper en deux un voyage pour les séjours longs. La plateforme vante la possibilité pour ses clients de découvrir de nouveaux lieux, mais aussi d’avoir accès « à environ 40 % d’annonces en plus pour une recherche de longs séjours »… et ainsi de multiplier les chances de réservations. 

De son côté, AirCover est présenté comme rien de moins que « la protection la plus complète en matière de voyage. AirCover est toujours incluse et toujours gratuite ». Plusieurs fonctionnalités sont mises en avant : garantie protection des réservations, garantie à l’arrivée, garantie de l’exactitude de l’annonce, assistance sécurité 24h/24. En cas de problème, d’annulation de l’hôte ou de discordance entre l’annonce et la réalité, Airbnb s’engage à trouver une solution… ou à vous rembourser. 

Un exemple : « Si vous ne parvenez pas à accéder à votre logement et que l’hôte ne peut pas résoudre le problème, nous trouverons un logement comparable pour la durée de votre séjour initial, ou nous vous rembourserons ». 

Dernière fonctionnalité : les catégories. Elles sont au nombre de 56 et permettent de classer « les logements en fonction de leur style, leur emplacement ou leur proximité avec une activité à réaliser pendant votre voyage ».

Le déploiement de ces fonctionnalités est en cours et devrait être terminé cette semaine.

Le routeur RT6600ax de Synology est enfin disponible, pour 320 euros

Il y a quasiment un an, Synology annonçait l’arrivée d’un routeur Wi-Fi 6, mais ce n’est qu’en décembre 2021 que le RT6600ax a été officiellement présenté, avec SRM 1.3. Nous ne reviendrons donc pas sur ses caractéristiques techniques, que nous avons déjà détaillées.

Une précision tout de même. Le fabricant met en avant la compatibilité avec le spectre 5,9 GHz et donc de nouveaux canaux : 169, 173, 177 et 181. Leur fréquence oscille entre 5 850 et 5 925 MHz.

En France, cette bande n’est pas disponible pour le Wi-Fi, qui s’arrête à 5 725 MHz… alors que le Wi-Fi 6E sur les 6 GHz prend le relai à partir de de 5 945 MHz. Bref, rien ne change niveau fréquences pour la France. 

Le nouveau RT6600ax est désormais disponible pour 320 euros chez Top Achat

La Steam Deck a maintenant des profils de performances pour les jeux

La console portable de Valve a reçu, dans sa dernière mise à jour, plusieurs nouveautés intéressantes, dont la possibilité de créer des profils de performances spécifiques à chaque jeu.

Plus précisément, il est surtout possible de les sauvegarder. En effet, la Steam Deck laissait les utilisateurs configurer ce type de profil, mais uniquement pour la session en cours du jeu lancé. Au lancement suivant, il fallait recommencer.

Le nouveau système laisse le choix, y compris de revenir à la configuration par défaut, qui est de s’appuyer sur les paramètres du système. Ces derniers permettent pour rappel de créer un profil général de performances pour l’ensemble des jeux.

La nouvelle mise à jour corrige également plusieurs problèmes et améliore certaines capacités. Par exemple, la définition de l’image est mise à l’échelle en 1280 x 800 quand la console est reliée à un écran externe. La fiabilité de la bascule En ligne/Hors ligne a été renforcée, de même que les performances quand on passe en ligne depuis un jeu.

Enfin, plusieurs correctifs sont disponibles pour le clavier, notamment une interaction entre CapsLock et Maj, ainsi que des symboles AltGr qui n’apparaissent plus que quand AltGr est appuyée.

La seconde bêta d’Android 13 est disponible, 12 fabricants permettent de sauter le pas

Google ne se foule pas trop pour cette seconde mouture, comme le confirme d’ailleurs le billet de blog des plus succinct, même si un peu plus de détails sont donnés par ici.

« Nous avons ajouté de nouvelles autorisations pour l'envoi de notifications, un sélecteur de photos respectueux de la confidentialité et des autorisations améliorées lors du couplage avec des appareils à proximité pour l'accès aux fichiers multimédias », des nouveautés déjà annoncées auparavant. 

Google met en avant une liste de partenaires proposant la bêta d’Android 13 sur certains de leurs terminaux : ASUS, HMD (Nokia phones), Lenovo, OnePlus, Oppo, Realme, Sharp, Tecno, Vivo, Xiaomi et ZTE.

Cette seconde bêta se rapproche de la « Platform Stability » prévue pour juin, qui sera synonyme de finalisation des API. 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !