L'XO, PC à 100 dollars, présenté par Red Hat

image dediée
Matériel
OLPC : la distribution, réaction de l'Inde
PCi : Vis à vis de la commercialisation de l'OLPC, il était envisagé un temps une distribution dans les pays développés. Aura-t-on un jour l'OLPC à la FNAC, à Auchan… ?

FM : A ce jour, disons-le clairement, il n'y a pas d'autres visions là-dessus : l’OLPC est dédié aux gouvernements des pays en voie de développement afin qu'ils en achètent en masse et les donnent, non pas aux écoles, mais aux enfants. L’OLPC deviendra leur propriété, leur bien pour qu'il puisse l'exploiter.

Il n’y a aucune de velléité de dire « On va en faire un produit commercial !». Il est vrai, on l’a dit, ce même produit, dans nos pays, serait commercialisé autour de 250 dollars : mais c’était seulement pour donner un équivalent marché. On ne veut pas créer une concurrence avec ce produit sur un marché déjà existant, au modèle économique déjà bien établi.

Ce qui a été discuté éventuellement, ce sont d'autres modèles économiques, mais les discussions restent ouvertes, sans décision à ce jour. Par exemple : est-ce que les pays développés peuvent acheter un OLPC, et pour le prix d'un, ils en auraient deux dont le second irait automatiquement à l'enfant d'un pays en développement. Ou encore, est-ce que l'on pourrait le vendre dans les pays développés, afin de financer l'achat ailleurs.

Vous le voyez, la réflexion existe et ce ne sont que des discussions. En aucun cas, on ne veut concurrencer des pays où les gens peuvent se payer des portables à 400 ou 500 euros ou dollars, en période de Noël…

olpc red hat pcinpact olpc red hat pcinpact
 
PCi : L’Inde avait été très critique sur ce projet, se retirant même de la course des pays intéressés. Qu’en pensez-vous ?

FM : Il y a eu des changements de gouvernement en Inde, des changements de position... Chacun peut avoir ses opinions sur le sujet, mais je ne suis pas sûr qu'il faille avoir des critiques très sévères sur un projet dont l'objectif est de donner l'accès à la technologie pour l'éducation. J'ai une philosophie : donner un poisson à quelqu'un pour le nourrir une journée, c'est bien, lui apprendre à pêcher pour qu'il puisse se nourrir tous les jours, c'est mieux.

Certes, les enfants ont besoin d'argent, de nourriture, etc. Mais cela n’empêche pas au-delà de répondre à tous les autres besoins. Les gouvernements sont constitués de personnes qui ont des intérêts plus ou moins nationaux et qui ont leur propre idée. J'espère simplement que le pays changera d'idée à terme.

Merci Franz Meyer pour cette interview !

olpc red hat pcinpact
par Marc Rees Publiée le 31/01/2007 à 12:42