Cosmos II de Cooler Master : le boîtier de tous les excès ?

image dediée
Matériel
Conclusion
Après une bonne semaine d'utilisation, et d'essais en tout genre, nous avons pu remarquer que ce Cosmos II de Cooler Master était assez complet et plutôt efficace. Pour autant, derrière chaque fonctionnalité se cachait finalement un petit défaut, ce que l'on ne peut que regretter pour un modèle proposé à 340 €. Heureusement, il ne souffre d'aucun souci réellement rédhibitoire.

Un volume INtérieur très important, et de nombreux emplacements

En voyant son gabarit très massif, nous nous attendions à un intérieur très spacieux, aucune surprise de ce côté-là : Cooler Master n'a fait aucune erreur dans l'agencement des différents emplacements, un travail remarquable que nous ne pouvons que souligner. Notre configuration, pourtant au format ATX, donne une impression d'être minuscule.

Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II

Du côté des emplacements, leur nombre est amplement suffisant. En effet, même les utilisateurs gourmands en capacité de stockage pourront installer leurs nombreux disques durs, ou SSD, sans le moindre souci via les onze baies disponibles. Les tiroirs exploitent une fixation rapide très simple à utiliser. On regrettera néanmoins que la marque n'ait pas profité de ce Cosmos II pour mettre en avant un système de fixation rapide en 2.5"'.

Certaines fonctionnalités auraient demandé un travail plus poussé

Très riche en fonctionnalités, le Cosmos II est l'un des boîtiers les plus complets que nous avons vus jusqu'à maintenant. Les Systèmes « Hot Swap », le panneau tactile (vitesse ventilateur, gestion des LED...), le cache coulissant en façade et sur le sommet, ouverture des portes, cages mobiles... On pourrait croire qu'il réalise un sans-faute de ce côté-là.

Cooler Master Cosmos II Cooler Master Cosmos II

Malheureusement, nous avons quelques regrets : le système « Hot Swap » n'est pas compatible avec les SSD alors que ces derniers se démocratisent, le côté droit de la cage centrale reste immobile et se retrouve devant le ventilateur en façade, ce qui peut gêner le flux d'air.

D'autres désagréments peuvent être notés. Par exemple, il faut dévisser une vis pour enlever le capot du sommet. Il ne faut donc pas que le boîtier soit trop proche du mur pour passer le tournevis, à moins bien sûr de ne pas serrer trop fort cette vis à main. Autre regret : les « bips » émis lorsqu'on appuie sur un bouton du panneau en façade. Bref, plusieurs petites choses qui viennent se rajouter les unes aux autres, au fur et à mesure de la découverte des fonctionnalités.

Tous ces petits reproches n'ont quasiment aucun impact sur l'utilisation quotidienne, mais on aurait préféré ne pas en avoir autant sur un boîtier haut de gamme.

Pour ce qui est du système de refroidissement, ce Cosmos II obtient de très bons résultats grâce à ses nombreux ventilateurs. De plus, la présence du régulateur afin de contrôler leur vitesse est très appréciable, car cela permet de choisir entre un refroidissement discret ou performant, selon ses besoins.

Bien que séduisant, plusieurs remarques viennent ternir le bilan

Au final, ce Cosmos II regorge de fonctionnalités qui manquent souvent d'une finition hors pair. Certes le boîtier parfait n'existe pas, mais plusieurs points auraient mérité un travail plus poussé. Malgré les remarques, il se montre complet, et d'excellente qualité. Il conviendra surtout à ceux qui disposent d'une configuration de haut vol. S'il décroche de justesse l'argent, ce modèle sera principalement INtéressant pour les utilisateurs qui souhaitent ce qui se fait de mieux en la matière, tout en sachant qu'il n'est pas exempt de petits défauts.

award
Cooler Master Cosmos II
par Julien Arrachart Publiée le 03/01/2012 à 08:19