Leopard : évolution ou révolution ?

Parlons maintenant de l’une des plus grosses nouveautés mises en avant par Apple : Time Machine.

time machine

Une mise en place très simple

Très largement médiatisée, cette fonctionnalité permet d’automatiser les sauvegardes du système vers une autre partition du disque dur, ou vers un disque dur externe. Pour mettre en place Time Machine, il suffit d’avoir une partition sur un disque formaté avec le système de fichiers Mac OS X étendu journalisé.
 
Une fois le disque sélectionné (autant le faire sur un disque externe), la sauvegarde commence. Autant être honnête, la première sauvegarde surprend. Quand on connaît le fonctionnement de Time Machine, tout s’explique, mais il est difficile de comprendre pourquoi tout cela met autant de temps au début.

time machine

Des sauvegardes potentiellement titanesques

Et puis on se rend compte que le panneau de configuration de Time Machine avertit de ce qui va se passer : tout va être sauvegardé, et non plus simplement certains types de documents : les fichiers système, les applications, les comptes, les préférences, la musique, les photos, les films et les documents vont être copiés vers le disque de sauvegarde.

Ma première réaction devant Time Machine fut « c’est simple ». Oui, effectivement c’est simple, puisqu’il suffit de brancher un disque dur externe pour que Leopard vous demande si vous souhaitez l’utiliser comme disque de sauvegarde. Ma deuxième réaction fut « c’est lourd ».

Soyons clairs : si vous possédez un système que vous utilisez depuis longtemps, que vous n’avez jamais formaté et que vous faites la mise à jour vers Leopard, vous avez sûrement un très grand nombre de fichiers. Ils vont être intégralement sauvegardés, et on tombe ici sur l’une des plus grandes limitations de Time Machine : il est impossible de choisir les types de fichiers que vous voulez sauvegarder.

Une carence incompréhensible, d’autant que la chose était possible jusqu’à un certain stade dans les versions bêta. Désormais, la solution se termine par un choix assez simple : vous sauvegardez tout, ou vous ne sauvegardez rien. J’ai opté pour la première solution. D’abord parce que je voulais savoir comment Time Machine fonctionnait et s’utilisait, ensuite parce que je n’avais pas trop le choix.

time machine

Des fonctionnalités très intéressantes

Time Machine présente tout de même quelques possibilités qui en font une fonctionnalité puissante. Bien que les sauvegardes soient automatiques et s’exécutent en tâche de fond, on peut à tout moment déclencher une sauvegarde manuelle et incrémentielle. En laissant appuyé sur la touche Contrôle et en cliquant sur l’icône de Time Machine, le système vérifie si de nouvelles données sont apparues ou ont été modifiées et les envoie sur le disque dédié à Time Machine.

time machine  

Autre point très intéressant : puisque Time Machine sauvegarde par défaut tous les fichiers, il s’occupe aussi des utilisateurs. Depuis un autre Mac ou depuis la même machine formatée, on peut ainsi restaurer complètement un utilisateur accompagné de ses documents et de ses réglages.

Exclure des répertoires pour alléger les sauvegardes

Il faut toutefois souligner une différence au niveau des données sauvegardées : on ne peut pas choisir les types de fichiers que l’on souhaite voir sauvegardés, mais on peut influer sur les emplacements des fichiers. Cela évite dans l’absolu de rapatrier sur le disque de secours des dizaines de giga-octets de données qui ne serviraient à rien et de se concentrer sur les répertoires Documents, Images et Musique par exemple.

time machine

Dans mon cas, j’ai décidé de garder uniquement le dossier Utilisateurs, car réinstaller Mac OS X et des applications n’est ni courant, ni forcément très long. La seule sauvegarde de ce répertoire entraîne tout de même la copie vers le disque dur externe de 150 000 fichiers pour un total de plus de 17,5 Go.

Selon votre utilisation de Leopard, la configuration de Time Machine sera peut-être obligatoire, car vous ne possédez pas forcément un disque dur énorme à consacrer à cette fonctionnalité. Il est préférable de cerner précisément ses besoins et ce que l’on souhaite sauvegarder, en attendant qu’Apple se décide à mettre en place un système complémentaire pour choisir les extensions de fichiers que l’on souhaite protéger.

par Vincent Hermann Publiée le 11/12/2007 à 12:17