Interview d'Alix Cazenave (April)

Que deviennent les pôles de compétitivité, devenus finalement groupe de travail de System@tic ?

Pour rappel, l'APRIL a participé en 2006 aux travaux préliminaires visant à créer un pôle de compétitivité logiciel libre. L'APRIL avait notamment insisté sur la nécessité de rassembler l'ensemble des acteurs français de l'écosystème du Logiciel Libre, de prendre en compte leur diversité et de prévoir une gouvernance du pôle adaptée à cette diversité. Nous avions également proposé une charte éthique traitant entre autres de la problématique des brevets logiciels.

On peut noter avec satisfaction que la proposition de l'APRIL de charte éthique a été reprise par le groupe de travail logiciel libre de System@tic. Il est également question de faire évoluer la gouvernance du pôle, nous serons attentifs sur ce sujet. Nous sommes cependant un peu inquiets que le projet de politique industrielle qu'il y avait derrière le pôle original passe à la trappe, happé dans des pôles thématiques existants de grands groupes qui n'ont pas forcément tout compris à l'innovation ascendante. Aujourd'hui, il y a le groupe de travail logiciel libre du pôle System@tic, il n'y a aucune raison que d'autres pôles n'ouvrent également son groupe de travail logiciel libre.

En fin de compte, ce sera peut-être une bonne chose, mais cela supposera sans aucun doute que ces clusters travaillent de concert, avec un modèle de gouvernance adaptée et une charte éthique commune.

Nous allons continuer à contribuer, sans tabou, avec l'ensemble des acteurs.

Quels sont vos principales préoccupations et les futurs gros dossiers à venir ?

La mission Olivennes doit rendre ses conclusions à la mi-novembre. Cela aura une influence certaine sur le bilan de la loi DADVSI qui devrait être fait dans les prochains mois, et sur les mesures "d'ajustement" qui seront proposées alors. L'APRIL s'intéressera particulièrement à la protection juridique des DRM et l'Autorité de régulation des mesures techniques.

candidats Ensuite il y a le dossier de la vente liée qui jusqu'ici n'a connu de réelle avancée que vis-à-vis des procédures de remboursement : plusieurs personnes ont ces derniers mois gagné des procès contre des constructeurs de matériel informatiques qui refusaient de rembourser la licence Windows. Mais il revient aux pouvoirs publics de faire appliquer le code de la consommation pour faire cesser ces abus, et nous nous efforçons de leur faire comprendre le préjudice que cela représente.

Au niveau européen, nous surveillons la directive IPRED II, qui est le pendant, au pénal, de la directive IPRED que transpose le projet de loi de lutte contre la contrefaçon récemment adopté. Les brevets logiciels menacent également de revenir ; nous sommes donc extrêmement vigilants au sujet de l'EPLA (accord européen sur les litiges en matière de brevets) et de tout rattachement d'une juridiction européenne à l'Office européen des brevets, qui délivre illégalement des brevets logiciels.

Enfin, la campagne des municipales et des cantonales sera également une nouvelle campagne candidats.fr. L'objectif de candidats.fr est de faire connaître aux candidats à des mandats électifs les enjeux et menaces du Logiciel Libre. C'est l'occasion de rapprocher, au niveau national comme au niveau local, le monde du Logiciel Libre et les décideurs politiques, et d'inviter ces derniers à prendre des engagements dans le cadre des responsabilités qu'ils briguent.

Pour finir, et cette question s'adressera directement à Benoit Sibaud, comment est financée l'association et quel est son fonctionnement ?

L'APRIL s'est fixé pour mission de promouvoir le Logiciel Libre dans tous les domaines, et de défendre les droits des auteurs et des utilisateurs de logiciels libres. L'association est principalement financée par les cotisations de ses membres, complétées par des partenariats ponctuels (Conseil Régional Ile-de-France, le réseau Cyber-base géré par la Caisse des dépôts et consignations, Fondation pour le Progrès de l'Homme) et une aide de la FSF.

L'APRIL a triplé le nombre de ses adhérents depuis le début de l'année, ce qui montre l'importance accordée au Logiciel Libre et aux actions de l'association. Le fait que les nouveaux adhérents sont très majoritairement de simples utilisateurs de logiciels libres témoigne de la diffusion du Logiciel Libre dans le grand public.

En 2005, l'APRIL a recruté son premier permanent. Aujourd'hui trois personnes travaillent à temps plein, et n'oublions pas les actions menées par des bénévoles passionnés. Le rôle des permanents, outre mener à bien les actions de l'association, est d'agir avec les bénévoles et les experts pour catalyser les énergies et être un noeud de communication avec les pouvoirs publics.

L'actualité et les différents dossiers impliquent de plus en plus des moyens professionnels d'action. Forte de milliers de membres, l'APRIL obtiendra plus facilement l'audience des élus et du gouvernement et pourra financer ses permanents et embaucher les personnes qu'exigent ses actions et les dossiers longs et complexes qu'elle traite.

Merci Alix, merci Benoît !
par Marc Rees Publiée le 06/11/2007 à 16:21