Profession : YouTubeur

image dediée
Internet
Déclarations, impôts & cie.

C'est fait. Vous avez créé vos vidéos, elles ont du succès et vous y affichez des publicités. Vous commencez donc à gagner de l'argent. Mais si ces nouveaux revenus sont accueillis avec plaisir dans votre compte en banque, cela implique une action plus douloureuse : la déclaration, obligatoire à moins d'avoir le goût du risque.

Plusieurs cas de figure selon votre situation se présenteront à vous. Peu importe combien vous gagnez, que ce soit 100 euros ou 100 000 euros, il faut les déclarer dans vos revenus. Néanmoins, si vos vidéos sur internet deviennent vos ressources principales, cela signifie qu'il s'agit de votre travail. Une simple déclaration ne suffit généralement plus et il vous faut alors un véritable statut.

Devenir auto-entrepreneur

En France, de nombreux YouTubeurs ont ainsi eu la riche idée de devenir auto-entrepreneurs (AE). « C’est le statut le plus avantageux et le plus facile à gérer » nous a même indiqué Émilie Topsen, la responsable administratif et financier du Network français Wizdeo. Pour ceux ne gagnant pas plus de 32 900 euros par an, être auto-entrepreneur permet à la fois d'être en règle avec l'administration fiscale tout en cotisant et en remplissant les contributions sociales. Tout ce qui concerne l'URSSAF est par exemple simplifié, les frais administratifs sont allégés, etc. Le formulaire à remplir pour les AE pour la déclaration de revenus est précisément le 2042-C (pour la France). Quant à la déclaration pour débuter ses activités, il n'y a rien de plus simple. Il suffit de se rendre sur cette page et de remplir quelques informations en quelques minutes. Notez qu'un blogueur professionnel, un community manager, un web master ou même un rédacteur web peut en faire de même.

Auto Entrepreneurs impots

Les YouTubeurs sont vus comme des prestataires de services

Au-delà de la limite des 32 900 euros, et même avant d'atteindre une telle somme, cela signifie que les choses sérieuses commencent et il vaut mieux passer à l'étape suivante, c'est-à-dire créer une véritable entreprise, même si vous êtes le seul et unique maître à bord. Cela a ses avantages et ses inconvénients. Bien entendu, vous perdez toutes les facilités liées au statut de l'AE, mais il y a aussi des contreparties non négligeables. Il faut par exemple savoir qu'un AE ne peut pas déduire ses frais. Or un YouTubeur professionnel qui gagne plusieurs milliers voire dizaines de milliers d'euros par mois est susceptible d'avoir des charges importantes pour son travail, notamment vis-à-vis de son matériel ou encore de ses locaux. Qui plus est, un AE paie ses impôts en fonction de son chiffre d'affaires, ce qui est différent pour les sociétés.

Rajoutons qu'en ce qui concerne la retraite, le régime de l'auto-entrepreneur n'est pas forcément le plus intéressant. Le site du service public ne s'en cache pas : « les droits à la retraite (en matière de retraite de base ou de retraite complémentaire) des auto-entrepreneurs soumis au régime micro-social dépendent du montant des cotisations sociales versées. Sans chiffre d'affaires déclaré et donc sans cotisation, aucun droit à une pension vieillesse ne peut être ouvert. » Il faut ainsi atteindre un seuil minimal pour valider ses trimestres comme le montre le tableau ci-dessous réalisé par l'administration française.

Auto Entrepreneurs retraites

EIRL, EURL/SARL ou SASU

En dehors de l'Auto-Entrepreneur, pour quel statut opter précisément ? Dès lors que les montants s'envolent, il convient de réfléchir soigneusement à cette question. « Lorsque le plafond (NDLR : des 32 900 euros) est dépassé il faut effectivement créer une société, le statut dépend vraiment de chacun, de ses activités extérieurs, de ses ambitions » nous résume Wizdeo, contacté par Next INpact sur ce sujet. 

Si l'on est seul, l'EIRL, c'est-à-dire l'Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée a un sens. Elle a l'avantage d'être plutôt simple à créer et à gérer, et de ne pas demander de capital minimum. La couverture sociale est par contre plus faible qu'un salarié. L'EIRL dépend d'ailleurs du RSI (Régime Social des Indépendants) et non de l'URSSAF. Et  il n'y a pas de droits à l'assurance chômage. Il faut donc souscrire soi-même à une assurance spécifique si on le souhaite.

L'autre statut bien connu pour une personne seule est l'Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL), sachant qu'à plusieurs, on se tournera alors vers une Société À Responsabilité Limitée (SARL). L'avantage de l'EURL est de permettre de choisir son régime fiscal. L'imposition se fait soit via l'impôt sur le revenu, soit via l'impôt sur les sociétés. Sa gestion reste simplifiée (même si plus complexe que pour l'AE), les responsabilités sont toujours assez limitées (i.e. le patrimoine personnel ne peut être saisi en cas de dettes) et opter pour l'impôt sur les sociétés (IS) n'est que de 15 % jusqu'à 38 120 euros et 33,33 % au-delà. Et là encore, la protection sociale proposée par l'EURL est moins intéressante que pour un salarié. Cela reste de toute façon le défaut commun aux « patrons ».

Selon Wizdeo, les entreprises à responsabilité limitée ne sont toutefois pas forcément judicieuses pour les « purs » YouTubeurs. « S’il reste sur une activité purement YouTube d’encaissement de revenus publicitaires, il n'y a pas de nécessité d’entreprise en responsabilité limitée, il y a peu de risque de faillite et de devoir rembourser des dettes avec sa voiture ou sa maison » nous a-t-on ainsi expliqué.

Vers quel statut alors opter ? « Certains choisissent des sociétés en noms propres d’autres passent sur des SAS. » Effectivement, outre l'entrepreprise individuelle classique (en nom propre), il existe aussi la SASU, soit la Société par actions simplifiée unipersonnelle. Elle peut être créée seul ou à plusieurs, et cela permet d'être un dirigeant assimilé salarié. Excepté l'assurance chômage, les droits de sécurité sociale ou encore de retraite sont donc plus intéressants que les autres statuts décrits ci-dessus. Les responsabilités sont là encore limitées et il est possible lors des premières années de choisir son type d'imposition (revenus ou sociétés). De plus, les cotisations ne se font qu'en cas de rémunération, et les dividendes n'impliquent pas non plus de cotisations. Les charges sociales sont par contre plus importantes que pour l'EIRL et l'EURL/SARL.

Pensez enfin que l'AGESSA, qui s'occupe de la sécurité sociale des auteurs, peut être intéressante pour les YouTubeurs qui disposent de revenus modérés et qui ne souhaitent pas s'embarquer dans les complications des entreprises. L'AGESSA gère notamment les auteurs d'œuvres multimédias qui sont indépendants et donc ne sont pas salariés. Cela peut permettre de cotiser pour la sécurité sociale et de se créer une retraite sans difficulté.

D'une façon globale, il faut de toute façon se renseigner de manière approfondie sur votre futur statut à opter en fonction de vos revenus et de vos frais actuels et futurs, du nombre de collaborateurs, des ambitions, du travail à côté (s'il y a), etc. Contacter un spécialiste, tel un expert-comptable ou un avocat fiscaliste, est ainsi recommandé. Il faut de plus rappeler que certains statuts évoluent, à l'instar de celui de l'auto-entrepreneur, et qu'un statut aujourd'hui intéressant peut ne plus l'être dans un an.

« Quoi qu’il en soit, une fois qu’il passe les seuils (de l'auto-entrepreneur, ndlr), le YouTubeur devra tenir une comptabilité, donc avant de choisir le statut de sa future entreprise le mieux est de s’adresser à un comptable qui évaluera la meilleure solution et qui pourra le suivre pour toutes les déclarations obligatoires et la tenue de la comptabilité » estime d'ailleurs la responsable administratif et financier de Wizdeo.

Enfin, il est important de comprendre qu'un YouTubeur doit (normalement) faire deux grands types de déclarations : la partie sociale (à l’URSSAF ou la RSI) et la partie fiscale (impôts, etc.). Selon les statuts, ces déclarations sont simplifiées, voire fusionnées, mais ce n'est évidemment pas toujours le cas. 

Quelques liens intéressants :

Publiée le 26/09/2014 à 17:05