Profession : YouTubeur

image dediée
Internet
Une audience gigantesque

Ils se nomment PewDiePie, Smosh, Ray William Johnson ou encore Nigahiga. Ils cumulent des millions voire des dizaines de millions d'abonnés, et surtout, ils dépassent tous le milliard de vues sur YouTube. Le célèbre joueur et spécialiste du « Let's Play » PewDiePie affole même les compteurs avec déjà plus de 30 millions d'abonnés et plus de 6 milliards de vues depuis peu. Des chiffres stratosphériques qui leur permettent de gagner plus que confortablement leur vie, sans compter leurs « activités annexes ».

L'une des vidéos les plus vues de PewDiePie de ces dernières semaines 

Des cas français déjà bien installés...

Mais pour vivre de ses productions via une plateforme de vidéos, pas besoin d'atteindre de tels chiffres. En France, de nombreuses personnes vivent déjà en grande partie grâce à YouTube. Ils sont connus de bien des internautes : Le Joueur du Grenier, Antoine Daniel (What The Cut), Mathieu Sommet (Salut les Geeks), Links The Sun, LangueDePub (Minute Papillon), EnjoyPhoenix, Aypierre, Siphano, Fanta & Bob, Newtiteuf, Usul, Le Fossoyeur de Films, Durendal, Benzaie, Squeezie, Natoo, Le Rire Jaune, Norman, Cyprien, etc. Vous pouvez d'ailleurs en voir certains dans une campagne de publicité pour YouTube diffusée par Google.

Certains exploitent depuis peu des plateformes comme Tipeee afin de compléter leurs revenus et/ou éviter de dépendre de la publicité. Mais outre ces quelques cas, pour vivre de leurs vidéos, deux tactiques sont mises en place par les YouTubeurs qui consacrent donc la majorité de leurs temps à leurs productions.

... mais des stratégies assez différentes

La première est de proposer des vidéos longues, de qualité, bien montées, avec un temps d'écriture préalable très important. Cela implique de proposer une vidéo toutes les deux ou trois semaines, voire une par mois seulement. De telles vidéos doivent faire au minimum plusieurs centaines de milliers voire quelques millions de vues pour être viables. Il faut donc être régulier et connaître son audience et évoluer avec elle pour la faire croitre afin qu'elle soit à chaque fois au rendez-vous.

D'autres, sans avoir beaucoup d'abonnés ni cumuler un grand nombre de vues par vidéos, ont trouvé une parade : multiplier les vidéos. C'est principalement le cas des spécialistes du « Let's Play », ces joueurs qui nous montrent leur avancée dans un jeu vidéo, peu importe lequel. Si le cas de PewDiePie est exceptionnel dès lors qu'il arrive à cumuler quantité de vidéos (près de 2 000 aujourd'hui) et de vues, d'autres de contentent de quelques milliers de vues à chaque publication, parfois un peu plus, mais ils publient à un rythme important, souvent quotidien. Aypierre, spécialiste du jeu Minecraft, dépasse par exemple les 1 000 vidéos diffusées et NewTiTeuf, spécialiste de Pokémon, dépasse les 800. Une cadence infernale facilitée par l'utilisation d'images existantes (le jeu vidéo) et par un montage soit léger, soit carrément inexistant. Le texte est pour sa part moins abouti qu'un créateur chevronné. Bref, cela demande moins de travail, d'où une facilité à publier à un tempo très élevé.

La chaîne WizGamerz, qui analyse régulièrement les performances de « vues » des plus gros YouTubeurs français, notamment spécialiste de jeux vidéo, a dans l'une de ses dernières publications réalisé un top 10 qui en dit long. Le dixième, Sup3r Konar (spécialiste GTA), a par exemple cumulé près de 800 000 vues en une toute petite semaine. Devant lui, on retrouve de nombreux YouTubeurs à plus d'un million de vues par semaine, dont le Joueur du Grenier (rare YouTubeur de jeux vidéo à ne pas miser sur la quantité), TheFantasio974 (Minecraft), Aypierre, FantaBobGames, etc. Le plus impressionnant reste toutefois le top 2 de ce classement, avec le duo Cyprien et Squeezie en seconde position avec plus de 2 millions d'abonnés et près de 3,5 millions de vues (en une seule semaine faut-il le rappeler) et en première place Squeezie seul avec plus de 11 millions de vues. Un nombre stratosphérique pour un francophone.

Le secret de Squeezie est simple et se rapproche grandement de PewDiePie : publier régulièrement des vidéos (une par jour ou tous les deux jours), plutôt courtes (entre 5 et 10 minutes), avec une thématique n'ayant parfois aucun rapport avec les jeux vidéo, des « tests » de tous les jeux possibles (pas de spécialisation), des images de présentation de la vidéo (avant de la lancer) travaillées, une propension à s'énerver et crier facilement et des titres en majuscules. Rajoutez une base d'abonnés très importante (plus de 2,3 millions) et vous obtenez des vidéos qui dépassent généralement le million de vues, et souvent, deux voire trois millions, sauf exception.

 Vous voulez atteindre 20 millions de vues « facilement » ? Publiez 100 000 vidéos

Autre cas typique et plus parlant encore, celui du compte Emma Saying. Spécialisé dans la prononciation des mots en anglais (How to Pronounce), ce compte cumule aujourd'hui plus de 100 000 vidéos. Les vidéos ne durent qu'une poignée de secondes, et la chaîne compte à peine un peu plus de 18 000 abonnés. Un principe basé sur celui de la longue traine qui est tout aussi payant puisque cette chaîne compte plus de 19 millions de vues depuis sa création, et le nombre augmente à un rythme très élevé ces derniers mois.

Une performance qui tient en son rythme effréné de publication, puisque plusieurs dizaines de vidéos sont diffusées chaque jour sur la chaîne. Des listes de lecture thématique sont ainsi créées afin de multiplier les vues et pousser les internautes à enchainer les vidéos. Celle sur les noms dans Game of Thrones cumule ainsi 1755 vidéos au moment où nous rédigeons ces lignes. Quant aux listes des joueurs de football, chacune d'entre elles génère parfois des dizaines voire centaines de vidéos.

Selon l'auteur de la chaîne, son objectif est de mettre en ligne « des vidéos pour chaque mot en anglais avec la prononciation correcte de celui-ci. Ensuite, je vais ajouter des vidéos comparant des ensembles de mots qui ont une sonorité similaire. » Toutefois, si en anglais la prononciation est plutôt bonne, dans les autres langues parfois abordées (dont le français), le résultat n'est pas toujours au rendez-vous.

Mais intéressons nous maintenant aux fameux Networks, ces intermédiaires qui font le lien entre les plateformes et les plus gros YouTubeurs, dont nos confrères d'Arrêt sur images nous parlaient l'année dernière.

Publiée le 26/09/2014 à 17:05