Messageries mobiles : laquelle choisir ?

ChatON est une application éditée par Samsung. Elle est, à l’instar de WeChat et de Line, une plateforme de communication à fort succès en Asie. De fait, elle est assez peu connue au sein de nos frontières mais mérite tout de même que l’on s’y penche.

Malgré une interface vieillotte, ChatON cumule les bons points 

ChatON n’est pas la plus belle des applications de messagerie. Son interface est relativement vieillotte comparée à ce qui se fait chez la concurrence, et la traduction française, si elle ne comporte pas vraiment de fautes, affiche un nombre élevé d’abréviations. L’ensemble peut fournir une sensation un peu brouillonne :

chatonchatonchatonchaton

Commençons tout d’abord par la présentation sur les différentes plateformes. Comme la grande majorité des autres applications, ChatON est disponible sur iOS et Android, ainsi que sur Windows Phone et BlackBerry. Mais en plus de proposer une version spécifique pour Windows 8, tout comme Viber et Line, ChatON propose également une version web. La couverture est donc excellente, un premier bon point.

Ensuite, et c’est un point rare dans ce dossier, il est possible d’utiliser le même compte sur plusieurs appareils mobiles. Ainsi, on peut connecter le compte Samsung jusqu’à un maximum de cinq smartphones et tablettes. En conséquence, on peut très bien commencer une discussion dans la rue sur son Galaxy Note par exemple, la continuer en rentrant dans l’application Windows 8 avec un vrai clavier, puis la terminer le soir dans son canapé sur son iPad. Seuls Hangouts et Skype permettent une telle pluralité chez les concurrents. Il s’agit donc d’un deuxième bon point.

chatonchatonchaton

Même sans appels audio et vidéo, les fonctionnalités sont riches 

Du côté des conversations, on retrouve tout ce qu’on peut attendre d’une solution de messagerie. Les discussions de groupes sont de la partie, de même que les statuts de livraison et de lecture. Ces derniers fonctionnent par contre sur un modèle un peu étrange : une flèche orange indique que le message est bien parti, mais un petit « 1 » apparaît entre parenthèses tant qu’il n’a pas été lu. Les fonctions de partages sont nombreuses et comprennent les photos, les vidéos, les animessages (des dessins animés préconçus ou que l’on peut fabriquer soi-même), des contacts, des évènements du calendrier, sa position géographique ainsi que des documents. Chaque discussion dispose également d’un « coffre » permettant d’y retrouver la totalité des fichiers échangés avec une personne.

chatonchatonchaton

Pour autant, certaines fonctions souvent présentes chez les autres ne se retrouvent pas dans ChatON. C’est particulièrement le cas des appels, qui n'existent ni en audio, ni en vidéo. Cela étant, pour ceux qui ne cherchent qu’un moyen d’écrire et de partager des conversations communes, cette absence n’aura pas d’importance. On notera cependant à droite du champ de saisie une icône de talkie-walkie qui permet l’envoi rapide de messages vocaux.

La suppression de compte la plus évidente 

Lorsqu’on se balade dans les paramètres de l’application, on trouve également tout un ensemble de petites fonctionnalités pratiques. On passera rapidement sur les thèmes de conversations qui ne sont guère plaisants à l’œil. On trouve par contre une fonction de verrouillage par code qui permet de bloquer l’ouverture de l’application. Attention cependant : ChatON avertit qu’en cas de perte du mot de passe, aucune procédure de récupération ne sera possible et il faudra supprimer le compte. On a en outre un signalement automatique des anniversaires, à la manière de ce que propose Facebook. Enfin, signalons un point particulièrement agréable : il suffit d’ouvrir les paramètres de l’application pour voir directement le bouton de suppression du compte. Un excellent point et l'on regrette du coup que le mécanisme n’apparaisse pas aussi clairement chez beaucoup de concurrents, notamment WeChat.

Quant à la monétisation, elle ne se fait pas du côté de l’utilisateur. Tout comme Line, il est en effet possible d’ajouter des comptes officiels que l’on peut suivre. Dans ChatON, il s’agit des amis spéciaux, autrement dit des entreprises qui payent pour figurer dans le service. On peut alors s’y abonner, comme c’est le cas pour The Associated Press, et parcourir la « timeline » pour en observer les photos postées.

En fait, il ne manque pas grand-chose à ChatON pour être parfaite. L’application cumule les fonctionnalités pratiques, même en dépit de l’absence des appels audio et vidéo. Outre une interface qui pourrait être largement rajeunie (mais les sensibilités à ce sujet sont très diverses), son seul vrai défaut est de n’être que peu utilisé dans le monde occidental. Aussi, si vous souhaitez vous en servir, vous devrez convertir vos amis.

par Vincent Hermann Publiée le 22/01/2014 à 18:18