Messageries mobiles : laquelle choisir ?

BlackBerry Messenger, ou BBM pour les habitués, est un intéressant paradoxe : il s’agit d’une solution nouvelle et ancienne à la fois. Nouvelle parce qu’elle est sortie récemment sur Android et iOS, ancienne parce qu’elle existe en fait depuis des années, mais elle était réservée jusqu’ici aux smartphones BlackBerry. L’ouverture aux plateformes concurrentes change la donne pour le service, mais le petit BBM débarque dans un marché fortement concurrentiel qui ne l’a pas attendu pour s’améliorer.

Un maniement particulier 

BlackBerry Messenger est donc disponible depuis plusieurs semaines sur Android et iOS, ce qui en fait un nouveau concurrent dans le monde des messageries. Bien que nombre de ses fonctionnalités soient en phase avec ce qui se fait ailleurs, BlackBerry a choisi de laisser en place l’ergonomie d’origine de son application. De fait, elle n’est pas forcément simple à prendre en main les premiers temps, car elle ne répond pas aux canons des interfaces sous Android et iOS.

bbmbbmbbmbbm

Contrairement à nombre de concurrents, BBM ne se base pas sur le numéro de téléphone en tant qu’identifiant. Il faut créer un compte et obtenir ainsi une séquence de huit caractères contenant des chiffres et des lettres. Cet « ID » peut ensuite être donné à ses contacts, même si BlackBerry fournit également un QR Code que l’on pourra par exemple publier sur Facebook ou une carte de visite, pour qu’il soit scanné par d’autres. Il s’agit globalement d’un système particulier qui ne simplifie pas vraiment l’échange de contacts BBM, un point qui mériterait d’être retravaillé selon nous. Nous soulignerons ici toutefois que l’identification ne dépend pas du numéro de téléphone, ce que certains apprécieront. Pour autant, l'ID doit être rattaché à un appareil en particulier.

Les clients Android et iOS limités face à la version pour BlackBerry 

BBM est sur le papier une solution multiplateforme intéressante. L’application gère parfaitement les discussions en tête à tête ou en groupe et elle fut d’ailleurs la première à introduire les statuts de livraison et de lecture des messages. Concernant les discussions de groupe, il est possible d’activer une option permettant de bloquer l’ajout de toute nouvelle personne tant que les autres membres du groupe n’ont pas approuvé cette « candidature ». Pratique pour ne prendre personne au dépourvu.

bbmbbmbbmbbm

Puisque BBM commence surtout à être connu depuis son arrivée sur Android et iOS, ce qui lui ouvre les portes d’un nombre monumental d’appareils mobiles, nous nous sommes surtout intéressés à ce portage en particulier. Or, elle comporte bien moins de fonctionnalités que la mouture pour les smartphones BlackBerry. Exemple simple : les échanges de données entre contacts se limitent aux photos et aux notes vocales. Pas de position géographique, pas de vidéo et pas de contact, alors que la version BlackBerry 10 gère tout cela.

Pour autant, le potentiel de l’application est important, surtout pour son aspect organisationnel. BBM se différencie en effet des autres clients de messagerie par ses capacités de gestion de groupe, en mettant en place des outils tels que la création d’évènements et la gestion de listes de tâches. Là où BlackBerry marque d’ailleurs des points, c’est sur la possibilité de faire participer des personnes qui n’ont même pas Messenger. Un très bon point.

Une interface qui gagnerait à être modernisée 

Il n’est par contre malheureusement pas question d’aller au-delà des fonctionnalités de messagerie habituelles. Ainsi, les versions pour Android et iOS ne sont pas capables de passer des appels audio ou vidéo. Même si ces fonctionnalités sont en préparation, on ne peut s’empêcher de penser que BlackBerry manquait de temps pour lancer ce premier jet. Un sentiment qui s’accroit à l’utilisation de l’application, tant l’ergonomie se révèle particulière.

bbmbbmbbm

Que ce soit sous Android ou iOS, BlackBerry Messenger n’a en effet pas été adapté aux standards d’interface en place. L’ergonomie globale est étrange et les réglages sont disséminés dans plusieurs zones, classés de manière assez illogique. Par exemple, le même menu va regrouper les invitations de contact, le partage du code PIN, la création d’une catégorie de contact, l’accès aux paramètres ou encore l’aide. Depuis une conversation, ce menu (l’icône avec trois points) est toutefois plus logique et ne propose que des fonctions en rapport avec la conversation.

De fortes évolutions attendues cette année 

D’autres aspects de l’interface ne sont également pas spécialement pratiques. Par exemple, chercher les contrôles du profil pour changer son pseudo ou sa photo ne trouvera aucune réponse dans les paramètres. Il faut penser à aller appuyer sur la petite photo en haut à gauche. Autre élément qui demandera du travail : la consultation de certains aspects du compte ouvre une page web plutôt qu’un panneau de l’application, obligeant l’utilisateur à redonner une fois encore ses identifiants. BBM est en fait alourdi dans son expérience utilisateur par nombre de petites choses qui gâchent un peu l’ensemble, d’autant que l’interface apparaît rapidement comme vieillotte. En outre, si l'on peut supprimer le compte BlackBerry, on ne pourra malheureusement le faire directement depuis l'application, et il faudra se connecter à la page web de son compte.

Au final, BlackBerry Messenger a les moyens de devenir un outil très puissant mais devra bénéficier d’un certain nombre de mises à jour pour le mettre à niveau sur deux aspects en particulier : l’ergonomie générale et des fonctionnalités capables de faire réellement la différence face à la concurrence. En outre, BBM ne dispose pas d’un client pour PC ou Mac et ne permet pas d’utiliser le compte sur un autre appareil mobile. Si vous possédez par exemple un iPhone et une tablette Android, vous ne pourrez donc pas synchroniser vos messageries car chaque appareil doit avoir son propre compte, un point particulièrement regrettable.

par Vincent Hermann Publiée le 22/01/2014 à 18:18