Freebox Révolution : à la découverte de Freebox OS

Après l'interface de gestion, nous avons décidé de plonger un peu plus en profondeur dans Freebox OS en regardant ce qu'il en était du côté des fonctionnalités avancées, de la gestion de la publicité et de la Seedbox (centre de téléchargement). Là encore, les changements sont importants.

Gestion des contacts, carnet d'adresses et journal d'appels

Freebox OS propose une gestion complète de vos contacts via le menu du même nom. Il est possible d’en ajouter des nouveaux manuellement, mais aussi de les importer individuellement ou par groupe afin de gagner du temps. Trois formats sont supportés : vCard (vcf), LDIF et CSV. Sachez qu'il est possible de créer des groupes afin de les organiser et de les trier si besoin.

En plus de sauvegarder la liste de vos contacts, le journal d’appels de la Freebox ira piocher dans votre carnet d'adresses des informations afin d’afficher le nom de vos correspondants au lieu de leur numéro de téléphone, ce qui est plutôt pratique.

 

Freebox OSFreebox OS

Dans sa présentation, Free précise que le carnet d’adresses est également utilisé afin de vous proposer le nom de votre correspondant lors d’un appel. D’après nos constatations, cela ne fonctionne que sur l’affichage numérique du boîtier serveur de la Freebox Révolution et pas sur un téléphone DECT relié à la box.

 

De plus, il est regrettable que le carnet d’adresses ne soit pas synchronisé avec le téléphone, cela aurait été bien pratique. Mais ce n’est pas (encore ?) le cas, et il faudra donc toujours saisir toutes les informations sur chaque téléphone de la maison.

Quid de la publicité, est-elle bloquée par défaut avec Freebox OS 2.0 ?

Lors de la mise en place du nouveau firmware, la gestion de la publicité est revenue sur le tapis. En effet, certains annonçaient qu'elle était bloquée par défaut suite à la mise à jour, alors que ce n'était pas le cas auparavant. Néanmoins, dans notre cas, nous n'avons pas eu de soucis : la publicité n'était pas bloquée sur le firmware 1.x de notre Freebox Révolution et le passage à Freebox OS 2.0 n'a absolument rien changé sur ce point précis.

 

Freebox OSFreebox OS

La publicité n'est pas bloquée et le mégaphone est gris. Le Wi-Fi est par contre activé puisque l'icône est bleue

 

D'après nos confrères de Freenews, il semblerait que, dans les menus, l'option soit parfois cochée à tort car la publicité n'est pas bloquée, une situation qui interviendrait lorsque l'utilisateur n'a jamais modifié ce paramètre auparavant. Comme toujours, n'hésitez pas à nous faire part de vos retours sur ce point. 

 

Quoi qu'il en soit, pour savoir si la publicité est bloquée ou non sur votre Freebox, le plus simple est encore de regarder dans la partie droite de la barre des tâches de l'interface de gestion : si le mégaphone est grisé alors elle n'est pas bloquée, tandis que dans le cas contraire il est bleu. Notez qu'il suffit de cliquer dessus pour changer le réglage.

Seedbox : entre téléchargement, partage et... piratage ?

Depuis son lancement, la Freebox Révolution est capable de télécharger un fichier BitTorrent simplement en lui donnant un lien direct. Mais, avec Freebox OS 2.0, le trublion va plus loin en proposant un véritable centre de contrôle de vos téléchargements (voir notre actualité détaillée sur le sujet). Il est ainsi possible de gérer les limites de débits en fonction de plages horaires, de bloquer certaines adresses IP et d'activer un chiffrement des connexions. 

 

En effet, le téléchargement des fichiers est encore plus simple, notamment via la prise en charge des flux RSS, mais pas que. Un dossier « à surveiller » fait son apparition au sein du disque dur de la Freebox et il suffit d'y déposer un fichier NZB pour que la Freebox le détecte et lance automatiquement les téléchargements correspondants, en tenant compte des paramètres que vous avez définis. De plus, Freebox OS peut réparer et extraire automatiquement les données ainsi récupérées.

Outre ces téléchargements simplifiés, Free propose désormais des fonctions de partage de dossiers et de fichiers. Cela prend la forme d'un lien avec une durée de validité variable : d'une heure au minimum à toujours. Certains regretteront par contre qu'aucun chiffrement ne soit de la partie, ne serait-ce qu'en option. Sur la forme, ce n'est donc pas sans rappeler d'autres services comme Dropbox ou Mega pour ne citer qu'eux, mais avec un hébergement local et sans aucun surcoût.

Freebox OS TéléchargementFreebox OS TéléchargementFreebox OS Téléchargement

Notez que, en toute logique, les débits seront limités par votre connexion internet : 1 Mb/s maximum en upload en ADSL2+. Le VDSL2 (voir notre dossier) qui arrivera pour tous à l'automne pourrait néanmoins changer la donne avec des taux de transferts pouvant grimper jusqu'à 100 Mb/s en download 30 Mb/s en upload... à condition d'être collé au DSLAM. Le déploiement de la fibre donnera par contre bien plus d'arguments à l'auto-hébergement.

Quoi qu'il en soit, il faudra voir quelle sera la réaction des ayants droit face à ce genre de services, ces derniers ne devraient en effet que moyennement l'apprécier comme nous l'avons déjà évoqué au sein de cette actualité

Une API est disponible, la documentation qui va avec aussi

Free précisait que, via une API, les applications tierces pourraient interagir avec Freebox OS. Comme nous l'avions déjà précisé dans cette brève, la documentation est relativement complète. Vous aurez donc accès à de nombreux services comme les téléchargements, les appels, les contacts, le stockage, le contrôle parental, etc.


Bien évidemment, il est question d'applications pour les terminaux mobiles, mais pas que. En effet, le trublion précise qu'il est également possible de développer une alternative à l'application web de Freebox OS, mais sans donner de plus amples informations. Nous devrions en savoir plus lorsque les premiers exemples concrets seront disponibles, ce qui ne devrait probablement plus tarder.

Freebox OS API


De son côté, Free n'a pas attendu pour proposer une application complète pour Android et iOS : Freebox Compagnon. Voyons ce qu'il en est dans la pratique.

par Sébastien Gavois Publiée le 09/07/2013 à 13:37