Intel Core de quatrième génération : tout savoir d'Haswell

Nouvelle année, nouvelle série de processeurs chez Intel. Si Ivy Bridge était surtout l'occasion pour la société d'introduire sa finesse de gravure en 22 nm, les processeurs Core de quatrième génération (Haswell) apportent un lot important de nouveautés au niveau des fonctionnalités et de l'architecture. Et dans un univers informatique qui tend de plus en plus vers la mobilité, c'est surtout l'optimisation au niveau de la consommation et de la concentration des différents éléments qui étaient recherchés. Mais le reste n'a-t-il pas été oublié au passage ?

Commençons tout d'abord par la gamme, que vous retrouverez détaillée au sein de notre tableau récapitulatif. Celle-ci arbore de nouveaux logos qui font la part belle à la mise à plat que l'on retrouve chez de nombreux constructeurs actuellement :

Haswell LogosHaswell LogosHaswell Logos

Mais la première chose que l'on constate lorsque l'on analyse les choses dans le détail, c'est que les deux tendances que l'on critiquait (le nombre de références et le découpage tarifaire) ne sont pas près de s'arrêter.

Une gamme avec un air de déjà vu, mais quelques nouveautés

En effet, en plus des références que l'on était habitués à voir, de nouvelles ont fait leur apparition. Elles se découpent en quatre gammes pour les processeurs destinés aux PC de bureau :

  • Classique : TDP de 84 W
  • K : Déverrouillés pour l'overclocking
  • R : BGA avec Iris Pro 5200
  • S : TDP réduit de 65 W
  • T : TDP réduit de 35 W ou 45 W 

Côté tarif, la fameuse « taxe des huit coeurs » est toujours de mise : les Core i7 sont tous annoncés à plus de 300 $. Il faudra donc compter au moins 300 € (ou un peu moins dans la pratique) pour se les payer. Le modèle le plus accessible est pour le moment le Core i5 4430 qui n'était pas présent dans les documents donnés à la presse. Il est pour le moment référencé à moins de 180 € par les revendeurs. Entre les deux, on retrouvera le Core i5 4670 et ses dérivés à 213 $ ou 242 $ pour le modèle K.

Haswell DesktopHaswell DesktopHaswell Desktop

On appréciera par contre une certaine unification au niveau des fonctionnalités. Celles-ci sont toutes intégrées à deux différences près :

  • L'Hyper Threading est réservé aux Core i7
  • Les modèles K ne disposent pas des fonctionnalités « Pro » : vPro, TXT, VT-d / SIPP

C'est aussi fini de disposer de plusieurs puces graphiques au sein des différents processeurs pour PC de bureau. C'est l'HD Graphics 4600 qui est systématiquement intégrée, mais comme nous le verrons un peu plus loin, c'est loin d'être le plus véloce. Là aussi, on note néanmoins deux points à noter :

  • La fréquence maximale varie de +/- 50 à 100 MHz selon les gammes
  • Le Core i7 4770R dispose d'une Iris Pro 5200 à 1300 MHz

En effet, celui-ci est le seul à exploiter un socket BGA, puisqu'il est destiné aux machines de type tout-en-un. Sa puce graphique est accompagnée de 128 Mo d'eDRAM qui est présente au sein du packaging du processeur. Un point que nous étudierons plus en détail.

Entrée de gamme : plus de gammes Celeron et Pentium au profit de Bay Trail ?

Reste la question de l'entrée de gamme. Comme toujours, les plans du géant de Santa Clara pour les puces à moins de 150 € seront dévoilés dans un second temps. Pour le moment, AMD n'aura donc aucun nouveau concurrent direct face à ses APU Trinity et Richland (séries 5000 et 6000) ainsi que ses processeurs FX. On devrait néanmoins avoir droit à de nouveaux Core i3 d'ici la fin de l'été ou la rentrée.

Du côté des Pentium et des Celeron, une petite révolution est en cours de préparation. En effet, depuis maintenant près d'un an Intel évoque publiquement ses puces Bay Trail. Présentées au départ comme des Atom disposant d'une nouvelle architecture entièrement revue, et d'une puce graphique maison bien plus véloce, celles-ci affichent un TDP très bas tout en disposant de fonctionnalités désormais cruciales sur l'entrée de gamme et la mobilité. Intel a donc décidé de mixer ses deux gammes, tout du moins sur l'offre pour PC de bureau.

Celeron N

Celeron N2000 (Bay Trail-M) : les remplaçants de l'architecture Core pour l'entrée de gamme mobile ? 

Les déclinaisons Bay Trail-D Bay Trail-M devraient donc être présentées comme des Celeron ou des Pentium au final, évitant le besoin de segmenter l'offre « Core » sous la barre des 100 €. Est-ce que ce sera bien le cas ? Intel semble le confirmer, mais seul l'avenir nous le dira.

Un nouveau socket LGA1150 et l'arrivée d'un modèle BGA pour PC de bureau

Intel avait été largement critiqué lors du passage au socket LGA1156, celui-ci n'ayant eu au final qu'une durée de vie réduite. Il était né avec Lynnfield et il est mort un peu plus d'un an plus tard avec l'arrivée de Sandy Bridge. On passait alors au socket LGA1155 qui a duré deux générations et qui est remplacé une nouvelle fois par le LGA1150. Il faut dire que les nouveautés sont nombreuses, notamment du côté de l'intégration du régulateur de tension par exemple.

La bonne nouvelle est par contre que seul le brochage change. Le système de fixation du CPU est toujours le même et les systèmes de refroidissement n'ont pas à être modifiés, les ouvertures leur étant destinées restant exactement à la même place.

Socket LGA1150

Le socket LGA1150

Dans le même temps, le BGA et les modèles tout intégré pour des formats spécifiques et l'entrée de gamme devraient gagner du terrain, et Intel devrait continuer à proposer une offre haut de gamme sur un socket spécifique (actuellement le LGA2011 pour les Sandy Bridge-E).

Espérons que la durée de vie sera cette fois encore prévue pour deux générations et que Broadwell ne nécessitera pas de nouvelles cartes mères, ce que l'on devrait commencer à nous confirmer (ou non) dès l'IDF de San Francisco qui se tiendra en septembre.

Valse des sockets : le FM2+ arrive chez AMD

Du côté de la concurrence, est-ce d'ailleurs mieux ? Nous l'avons déjà évoqué mais AMD gère les choses de manière totalement différente. Le Texan propose en effet plus de sockets, mais assure en général la rétrocompatibilité au minimum, permettant une mise à jour en deux temps.

AMD roadmap mai 2013

Pour le grand public, AMD propose trois gammes, et deux types de sockets. Le FM2+ arrive.

En plus du BGA déjà utilisé avec les APU d'entrée de gamme, on a ainsi le FMx qui est utilisé pour les APU. La première génération Llano exploitait le FM1 qui a été remplacé avec l'arrivée de Trinity par le FM2 avec lequel il était totalement incompatible. Pour Richland, rien n'a changé puisque les puces sont quasiment identiques, la gestion de l'énergie et les fréquences étant la principale modification de cette génération (voir notre dossier). Pour Kaveri que l'on attend pour la fin de l'année, il faudra par contre passer au FM2+. Là aussi une incompatibilité sera de mise, mais il faut espérer qu'il sera possible d'utiliser des APU FM2 sur les nouvelles cartes mères.

Du côté des FX, l'arrivée de l'AM3+ en remplacement de l'AM3 n'avait pas vraiment apporté d'incompatibilité : les nouveaux processeurs fonctionnaient aussi sur les cartes mères AM3 si celles-ci étaient à jour. Aucune nouvelle génération n'étant prévue cette année, aucun changement n'est nécessaire au sein de la plateforme, même si de nouveaux modèles finissent par arriver.

Du côté des chipsets, rien de bien excitant pour le consommateur

Et qu'en est-il des chipsets ? Comme souvent, il s'agit ici surtout d'un ajustement. 14 ports USB sont désormais supportés au total, avec un maximum de six en USB 3.0. Chacun d'entre eux peuvent être désactivés, une fonctionnalité qui devrait être proposée dans la majorité des BIOS/UEFI. De plus, la gestion par l'xHCI est désormais généralisée. Un problème de compatibilité semble avoir été relevé avec quelques clefs USB 3.0 dans certains cas. Un point que nous avions détaillé de manière complète au sein de cette actualité.

Haswell chipset

Le nombre de ports S-ATA reste de six, mais désormais ils sont tous à la norme S-ATA 6 Gb/s avec gestion des RAID 0, 1, 5 et 10. La puce garde huit lignes PCIe qui restent à la norme 2.0. Elle voit par contre disparaître le support du PCI sur l'ensemble des modèles (il n'était plus que sur les versions B et Q précédemment), ainsi que la gestion des sorties vidéo qui est désormais intégrée au CPU (DDI, Digital Display Interface).

Notez enfin que des améliorations ont aussi été apportées à la gestion des cartes mémoires avec l'arrivée du SFDP (Serial Flash Discoverable Parameters) et l'augmentation du débit de la SPI (Serial Peripheral Interface) qui est utilisée pour les connecter est doublé.

Intel Chipset série 8 Lynx Point Intel Chipset série 8 Lynx Point

Les chipsets H87 et Z87

 

Intel Chipset série 8 Lynx Point Intel Chipset série 8 Lynx Point Intel Chipset série 8 Lynx Point

Les chipsets B85, Q85 et Q87

Le tout tient dans un package 22x23 mm et la finesse de gravure passe au 32 nm ce qui devrait permettre d'économiser quelques watts. Bien entendu, des alternatives au Z87, moins chères, sont aussi prévues. Ce sera le cas du H87 qui ne proposera pas le support des CrossFire et autre SLi, ni l'overclocking. Les gammes B et Q destinées au monde professionnel sont aussi toujours de la partie.

par David Legrand Publiée le 03/06/2013 à 19:42