PS4 et Xbox One : LE dossier comparatif

Au sein de la Xbox One, ce n'est pas un, mais trois systèmes d'exploitation qui sont mis en place par Microsoft, en complément d'une couche de virtualisation. En effet, en plus de l'OS principal qui sera utilisé pour démarrer la machine, on retrouvera le cœur de Windows tel qu'on le connaît sur nos PC. Il permettra de lancer les différentes applications (Skype, Internet Explorer, la TV et son guide, Netflix...) et de gérer les commandes vocales ou non.

Trois systèmes d'exploitation en un et un petit air de Modern UI

Il sera possible de passer facilement d'une activité à une autre, une fonctionnalité connue pour le moment sous le doux petit nom de « Snap mode ». Le troisième système sera celui qui prendra en charge les jeux. Dans tous les cas, on a droit à un look très « Modern UI » qui est identique aux autres solutions actuelles de Microsoft, notamment en raison de l'omniprésence des fameuses tuiles. Tout l'écosystème de la société sera d'ailleurs mis à contribution.

Xbox One Interface Large  Xbox One Interface Large

Outre Skype et Internet Explorer (qui nécessitent un abonnement Xbox Live Gold), on retrouvera une boutique d'applications, et des univers dédiés à la musique, aux films et à la TV comme c'est déjà le cas avec Windows 8. Mais les développeurs pourront aussi bénéficier d'Azure pour l'enregistrement de données dans le « Cloud », le tout en relation avec Xbox Live qui a aussi subi une petite cure de jouvence 11 ans après son lancement. Au passage, le service est désormais soutenu par pas moins de 300 000 serveurs.

Il sera possible de passer d'une activité à l'autre à l'aide de commandes vocales telles que « Xbox bascule sur Forza Motorsport 5 », ou d'intégrer une bande sur le côté droit avec une seconde application en demandant par exemple « Xbox ancrer Skype ». Dans ce cas précis, on se retrouve avec un jeu occupant environ 85 % de l'écran, et une fine bande dédiée à Skype sur la droite. Il est également possible de faire cela avec la télévision, Internet Explorer, et bien d'autres applications. 

Xbox One : la véritable Freebox 7 ?

Mais au final, ce qui est le plus ressorti de la présentation de l'E3, c'est que la Xbox One est bien plus qu'une console de jeu. Nous évoquions précédemment la proximité avec des boîtiers comme ce que l'on connaît en France avec les Bbox, Freebox et autres Livebox, et c'est tout à fait cela. La conversion vers ce qui se veut être un véritable centre multimédia devrait connaître une nouvelle étape lors du passage de la Xbox 360 à la XBox One. Outre le combat qu'elle va livrer face à la PS4 pour ce qui est de séduire les joueurs, elle fera aussi face à la Google TV et à la sans doute Apple TV.

Xbox Reveal EA Sports

C'est très certainement ce qui explique que les partenariats avec CBS, la Warner Bros, la NFL ou ESPN aient été si longuement évoqués pendant la conférence d'annonce, tout comme la présentation du guide TV ou de la fonctionnalité permettant de regarder les chaînes en direct. Une application YouTube est aussi présente.

Il sera intéressant de voir ce qu'il en sera d'ici quelques mois en France. On note déjà la présence d'applications Pluzz (France Télévision), Canal+ / CanalSat et pour la TV d'Orange. Pour l'heure les box de nos FAI ne sont pas pleinement intégrées avec la console, puisqu'elles ne répondront pas aux commandes vocales émises à leur attention via Kinect. Toutefois Microsoft a bon espoir de pouvoir intégrer ce type de fonctionnalités pendant le cycle de vie de la bête.

Kinect 2.0 : l'épineuse question de la vie privée et le volte-face de Microsoft

La question de la vie privée est très présente avec l'évolution des technologies. Une problématique un peu identique avait d'ailleurs été soulevée avec la nouvelle fonctionnalité de contrôle vocal de Google Search dévoilée lors de la Google I/O. Mais dans le cas de la Xbox One et de Kinect 2.0, les choses vont un peu plus loin. En effet, il sera possible d'allumer la console même lorsque celle-ci sera en veille juste en disant « Xbox On ». La firme ajoute que lorsque la console est éteinte, Kinect cherchera seulement à détecter ces deux mots-là.

Cela signifie que le capteur audio écoute constamment ce qu'il se passe dans la pièce, ce qui a provoqué la grogne des utilisateurs. Si certains avaient déjà peur de leur webcam, ici, cela ne devrait pas s'arranger. Et ce n'est pas les informations récemment publiées concernant Skype ou l'affaire Prism qui vont les rassurer. Afin de calmer les esprits, Microsoft a récemment fait machine arrière : Kinect n'est plus obligatoire pour profiter de sa console. Certains jeux pourront par contre vous demander de remettre en marche la reconnaissance vocale. 

Quoi qu'il en soit, si vous décidez de laisser Kinect 2.0 branché, Microsoft précise que le niveau d'activité pourra être paramétré lors du premier démarrage de la console. Plusieurs réglages concernant le respect de la vie privée seront de la partie et l'utilisateur sera notifié lors de l'utilisation de ses données. Microsoft ajoute que « quand votre Xbox One est allumée et que vous discutez dans votre salon, votre conversation n'est ni enregistrée, ni envoyée sur des serveurs distants ». Par contre, concernant vos conversations en jeu et sur Skype le discours n'est plus le même. « Ne vous attendez à aucun degré de confidentialité concernant votre utilisation des fonctions de communication en direct, comme le chat vocal, la vidéo et les communications dans les sessions de jeux en ligne, offertes par l'intermédiaire des services », peut-on ainsi lire dans les conditions d'utilisation de la console, comme nous vous le rapportions ici. Toutefois, Microsoft assure que «nous ne pouvons pas surveiller l'ensemble des services et tel n'est pas notre but  ». À vous de voir si cela suffit à vous rassurer.

Concernant les données personnelles telles que le rythme cardiaque ou les expressions faciales, Microsoft assure que ces dernières ne peuvent quitter votre console sans votre autorisation explicite, reste à voir ce qu'il en sera dans la pratique. Notons enfin que Microsoft a confirmé lors de la Gamescom que la Xbox One ne sera en aucun cas vendue sans son capteur Kinect.

Xbox One Kinect Large

La connexion permanente sacrifiée pour calmer la vindicte populaire

Si la possibilité d'une connexion permanente peut faire peur quand on l’associe à un capteur Kinect, elle est nécessaire pour un nombre croissant de fonctionnalités. Si lors de la conférence en mai dernier, elle était annoncée comme impérative, au final Microsoft a fait volte-face rapidement sous la pression des utilisateurs, une nouvelle fois.

En effet, la société de Redmond a annoncé la levée de cette obligation et tout devrait se dérouler comme avec la Xbox 360. Il sera possible de joueur hors ligne aux titres que l'on possède sur support physique, à condition d'insérer le disque dans le lecteur de la console. Il reste également possible de regarder la TV ou de lire un Blu-ray sans aucune contrainte, de quoi passer le temps en cas de panne du Xbox Live ?

Toutefois, une interrogation subsiste, celle du cas des titres fonctionnant grâce au « Cloud » de Microsoft. Par définition ces derniers nécessiteront une connexion à internet, on espère seulement que cela sera indiqué très distinctement sur les boîtes de jeux afin de limiter la confusion.

La revente et le prêt de jeux sur disques est possible, comme avant

Sony s'était amusé de la complexité de la politique de Microsoft concernant les prêts et la revente de jeux sur la Xbox One, par le biais d'une vidéo vantant la simplicité de la PlayStation 4. Mais les joueurs n'ont pas eu besoin de cette dernière pour protester contre le mécanisme de revente des jeux proposé par la Xbox One. 

Du coup, Microsoft est revenu en arrière là encore, et a annoncé que finalement, sa politique en la matière sera en tous points identique à celle mise en place pour la Xbox 360. En clair, les jeux ne seront plus liés à un compte Xbox Live, et les versions en boîte des titres pourront être revendues, louées, prêtées ou données de la même façon qu'aujourd'hui. Cependant ce retour en arrière représente également un certain manque à gagner pour les joueurs, qui auraient pu avec le système initialement proposé, revendre, prêter ou donner leurs jeux dématérialisés, à la condition de se satisfaire à la nécessité d'une vérification régulière. 

Le bouquet Xbox Live Gold reste requis pour de nombreuses fonctions

Comme avec la Xbox 360, l'adhésion au Xbox Live Gold sera nécessaire pour profiter de nombreuses fonctionnalités. Ce sera évidemment le cas pour accéder aux modes multijoueurs en ligne de l'ensemble des titres sur la console, y compris pour les jeux free-to-play.

L'accès au web via Internet Explorer sera également soumis à l'abonnement, tout comme l'utilisation de Skype ou la possibilité de regarder les matchs de la NFL sur votre télévision. L'enregistrement de vos séquences de jeux sera également possible à condition là aussi de souscrire au bouquet. Le tarif reste le même que pour la Xbox 360, comptez donc environ 60 euros pour un an, via les canaux officiels.

Xbox Live Skype

  

Notez que si Microsoft met fin au « Familly Pack » du Xbox Live Gold le 27 août 2013, c'est pour mieux le remplacer. En effet, la fonctionnalité Home Gold, exclusive pour l'heure à la Xbox One, permettra de partager le statut « Gold » d'un compte avec l'ensemble des utilisateurs d'une même console. Ces derniers pourront donc tous disposer des fonctionnalités en ligne et disposer des jeux dématérialisés téléchargés sur la console, tout en gardant un profil distinct des autres membres de leur famille. Le tout se fait sans surcoût, ce qui représente une amélioration notable par rapport au « Familly Pack » vendu 99 euros sur Xbox 360, mais pour quatre utilisateurs seulement.

Microsoft et ses relations avec les studios indépendants

L'un des principaux points faibles de la Xbox One a été corrigé lors de la Gamescom. Comme prévu Microsoft y a déroulé son plan en faveur des studios indépendants. Parmi les initiatives prises par la firme de Redmond, on notera la possibilité d'utiliser la Xbox One comme un kit de debug, ce qui devrait fortement limiter les coûts au sein des structures les plus fragiles. Les kits de développement seront quant à eux distribués gratuitement aux indépendants.

Ces derniers n'auront d'ailleurs plus besoin de s'adosser à un éditeur pour publier leurs jeux sur la plateforme Xbox Live, leur évitant ainsi d'ajouter un intermédiaire dans la chaîne, leur ponctionnant une partie de leurs revenus. Microsoft s'adjugera tout de même environ 30 % du montant des ventes effectuées sur sa plateforme, un taux tout à fait standard dans l'industrie vidéoludique, que ce soit le cas d'Apple, Google ou encore Valve par exemple.

Les petits studios pourront désormais eux aussi profiter de l'ensemble des capacités des consoles de Microsoft. Pour l'heure il leur était impossible d'utiliser Kinect, le système de trophées ou le Gamerscore. Avec la démocratisation du capteur Kinect 2.0, fourni avec chaque Xbox One, la nouvelle est logique, comment Microsoft aurait pu mettre en avant cet outil, si une partie des développeurs n'y avaient pas accès ?

Line up & partenariats : le SuperBowl c’est cool, mais les jeux dans tout ça ?

On ne peut pas vraiment dire que les jeux étaient à l’honneur pendant la conférence Xbox Reveal, puisque, mis à part l’annonce de la disponibilité de Call of Duty : Ghosts, de Quantum Break, développé par les créateurs de Max Payne et de l’inévitable Forza 5, il n’y avait pas grand-chose à se mettre sous la dent. On apprendra tout de même qu’une quinzaine de titres exclusifs seront disponibles la première année, dont huit nouvelles licences.

Xbox Reveal Forza Cod Ghosts

Sachez aussi qu’un partenariat a été signé entre Electronic Arts et Microsoft, qui assure l’exclusivité de certains contenus des jeux EA Sports sur Xbox One. Ubisoft a également annoncé en marge de la conférence que Watch_Dogs et Assassin’s Creed 4 : Black Flag seront disponibles sur la Xbox One, ainsi que quatre autres titres, qui n’ont pas encore été détaillés.

Si les grands éditeurs sont à la fête sur la Xbox One, on ne peut pas en dire autant des studios indépendants. Il aura fallu attendre un énième changement de politique de la part de Microsoft, survenu fin juillet pour que les petites structures puissent publier leurs jeux sur le Xbox Live sans avoir besoin de l'appui d'un éditeur tiers. De plus, il est intéressant de noter que la version commerciale de la console pourra également servir de kit de développement. Nous devrions en apprendre davantage à ce sujet lors de la Gamescom.

Microsoft a par contre clairement annoncé la couleur : il n'y a pas de rétrocompatibilité avec les jeux de la Xbox 360. Pour rappel, il n'y a pas non plus de rétrocompatiblité matérielle sur la PlayStation 4, mais cela devrait être possible via Gakaï. Reste maintenant à voir quand, comment et à quel prix cette fonctionnalité sera proposée.

C’est surtout la partie télévision de la console qui a dominé la plupart de la conférence en mai dernier. Microsoft a multiplié les annonces concernant le contenu audiovisuel proposé par sa console. La NFL (National Football League) proposera en exclusivité des informations détaillées à voir pendant les matchs, comme les statistiques des joueurs.

Xbox Reveal

Ceci est le président du Jury du Festival de Cannes 2013

Il a été également question d’une série basée sur la franchise Halo, dans laquelle Steven Spielberg est largement impliqué. Produite par 343 Industries, Halo Universe, ne sera visible que sur la Xbox One.

Pendant l'E3, une grosse dizaine des titres ont été annoncés. Cela va de Metal Gear Solid V, jusqu'à Minecraft, en passant par quelques titres très prometteurs comme The Witcher 3 ou Dead Rising 3. Ce dernier sera d'ailleurs disponible exclusivement sur la Xbox One. D'autres exclusivités sont au programme dont Killer Instinct, qui fait son grand retour après bientôt 20 ans d'absence ou encore Ryse : Son Of Rome et son CryEngine qui nous emmèneront en plein coeur de batailles sanglantes à l'époque de l'Empire Romain. Les personnes allergiques au QTE devront par contre s'en tenir éloignés au risque de perdre leur calme.

La Gamescom de Cologne fut l'occasion pour Microsoft de dégainer quelques cartouches supplémentaires avec l'annonce de Fable Legends, et de Fighter Within, tous deux en exclusivité sur Xbox One. Au final sur la petite cinquantaine de titres annoncés depuis le début des hostilités vingt seront disponibles le jour du lancement, courant novembre, dont voici la liste :

  • Assassin's Creed IV Black Flag 
  • Battlefield 4 
  • Call of Duty : Ghosts 
  • Crimson Dragon 
  • Dead Rising 3 
  • FIFA 14 
  • Fighter Within 
  • Forza Motorsport 5 
  • Just Dance 2014 
  • Killer Instinct 
  • LEGO Marvel Super Heroes 
  • Lococycle 
  • Madden NFL 25 
  • NBA 2K14 
  • NBA LIVE 14 
  • Need for Speed: Rivals
  • Powerstar Golf 
  • Ryse: Son of Rome 
  • Skylanders: Swap Force  
  • Zoo Tycoon 
  • Zumba Fitness: World Party

Notez que dans le cas de Below, dont la date de sortie n'a pas encore été annoncée il y a bien une exclusivité, mais celle-ci ne sera que temporaire, l'équipe ayant depuis précisé que le titre pourra ensuite arriver sur d'autres consoles. 

Vous retrouverez ci-dessous les bandes-annonces des différents jeux annoncés lors de la Gamescom puis pendant l'E3 :

  

par PCi Labs Publiée le 21/11/2013 à 17:00