MEGA : le dossier

Après ce qui s'est passé l'année dernière, l'équipe derrière MEGA (Kim Dotcom, Mathias Ortmann, Bram van der Kolk, Finn Batato et Tony Lentino) a décidé de rendre les choses un peu plus carrées du côté de la légalité et de la gestion du droit d'auteur.

MEGA Dossier PCi

Ainsi est-il rapidement précisé dans la FAQ qu'« au meilleur de nos connaissances, le stockage Cloud et le cryptage sont légaux. Conformez-vous aux lois et aux règlements applicables sur la façon dont vous utilisez le stockage Cloud et sur le cryptage ainsi que sur nos conditions d'utilisation ».

MEGA veut que vous respectiez le droit d'auteur, et vous le fait savoir

Une façon de se protéger qui est omniprésente. De nombreuses actions nécessitent d'accepter les conditions générales de MEGA qui tiennent en 43 points (soit un de trop) dans lesquelles on apprendra ce qu'il ne faut surtout ne pas faire : revendre le service sans le consentement de la société, stocker ou échanger des données qui ne sont pas conformes à la loi, agresser sous quelque forme que ce soit les autres utilisateurs... 

Mais des précisions supplémentaires sont aussi rajoutées concernant le copyright. La FAQ indique ainsi que « MEGA respecte les copyrights des autres et requiert que les utilisateurs du service Cloud de MEGA soient en accord avec les lois de Copyright. Il est strictement interdit d'utiliser le service Cloud MEGA pour enfreindre les droits d'auteur. Vous ne pouvez pas charger, télécharger, stocker, partager, afficher, utiliser pour diffuser, distribuer, envoyer par mail, mettre en lien, transmettre ou autrement dit rendre disponible des fichiers, des données ou du contenu qui porte atteinte à un droit d'auteur ou d'autres droits de propriété de toute personne ou entité ».


MEGA Formulaire de contact


De nombreux formulaires sont ainsi proposés, en plus de ceux dédiés au support ou aux propositions de nouvelles fonctionnalités afin de déclarer un souci d'ordre légal ou un problème relatif aux questions de Copyright.

 

Bref, MEGA veut se donner une image bien lointaine de celle de feu Megaupload qui était largement utilisé par les adeptes de contenus illégaux rapidement récupérés. On regrettera juste de ne pas avoir droit à une petite vidéo promotionnelle dont la musique reste en tête :

Néanmoins, il faut noter que MEGA semble indiquer qu'il faudra plusieurs infractions avant la résiliation d'un compte, mais que des mesures peuvent être prises avant cela : 

« Nous nous réservons le droit de supprimer les Contenus présumés contre faisants sans préavis, à notre seule discrétion et sans engager notre responsabilité envers vous. Lorsque les circonstances le justifient, MEGA sera également en droit de résilier le compte d'un utilisateur si l'utilisateur est considéré à plusieurs reprises comme contrefacteur. Vous trouverez ci-dessous les coordonnées de notre mandataire désigné en matière d'atteinte au copyright à qui adresser les avis de violation du Copyright apparaissant sur les Services de Cloud ».


MEGA Faq


Rien ne semble non plus indiqué concernant les délais de prise en compte et de traitement des notifications. De même, le site ne semble pas opter pour un « Stay Down ». En clair un contenu notifié une première fois pourrait réapparaître avec la même empreinte numérique sur le site sans traitement particulier. Mega mettrait en oeuvre un système de « Notice & Stay Down » (je notifie, tu retires) mais non « Notice & Take Down » (je notifie, tu retires et empêches les réapparitions avec la signature numérique). Une source interne nous le confirme d'ailleurs : « nous ne pouvons identifier de signature numérique vu que nous n'avons pas accès au contenu (à cause du chiffrage ) »

Le service est à la recherche de serveurs... hors des USA

Pour ses serveurs, la société se cherche d'ailleurs des partenaires. Les critères sont les suivants :

  • Au moins 20 To d'espace disque
  • Contrôleur RAID de qualité
  • Au moins 4 Go de RAM
  • Au moins 1 Gb/s de débit montant ( 2 Gb/s préféré)
Il est néanmoins précisé, sans doute par peur de représailles de la part des autorités américaines, que :
 
« Malheureusement, nous ne pouvons travailler avec les compagnies d'hébergement basées aux États-Unis. Refuge pour les fournisseurs via le Digital Millennium Copyright Act elles ont été affaiblies par le Département de la Justice avec sa nouvelle poursuite criminelle de Megaupload. Ce n'est pas sûr pour les sites de stockage en Cloud ou toute entreprise permettant un contenu généré par l'utilisateur d'être hébergé sur les serveurs aux États-Unis ou sur les domaines comme .com/.net. Le gouvernement américain saisi fréquemment les domaines sans offrir aux fournisseurs une audience ou un procès équitable ».

MEGA Revendeur

Vos données vous appartiennent, mais votre IP est stockée

Notez que de son côté, le service se réserve le droit de supprimer certaines de vos données, notamment si elles existent en tant que doublons au sein de votre compte, en précisant que le fichier original sera bien entendu conservé. Concernant la propriété de vos données, tout semble clair (ce qui est plutôt logique, ces dernières étant chiffrées). Il est ainsi indiqué que vous possédez vos contenus, mais accordez à la société un droit de les utiliser, stocker, sauvegarder, copier, transmettre, distribuer, communiquer et de les rendre disponibles pour les besoins de l'accès au site et au service pour vous et ceux à qui vous en avez donné l'accès.

Mais comme déjà évoqué précédemment, certains regretteront sans doute que l'IP utilisateur soit systématiquement stockée, qu'aucune solution de type VPN ne soit proposée avec les comptes Premium par exemple (il faudra donc aller voir du côté de Spotflux, IPredator ou OpenVPN par exemple) et qu'il soit impossible d'être totalement anonyme, notamment au niveau du paiement puisque les Bitcoins ne sont pas acceptés.

MEGA Personal Informations

Il est ainsi précisée que les données personnelles collectées le sont pour le bon fonctionnement de l'application et des raisons de support essentiellement, mais aussi à des fins commerciales pour fournir aux utilisateurs des informations sur les promotions de MEGA et de ses services. Il est question des informations suivantes : logs de communication, informations sur le traffic de données, mais la question de la publicité est aussi évoquée. On devrait ainsi rapidement voir des espaces arriver au moins sur la version gratuite, reste à voir si un système de tracking sera alors imposé ou non. Durant nos essais, aucun n'a été détecté par Ghostery.

par David Legrand Publiée le 23/01/2013 à 09:09