Windows 8 : au cœur de l'OS controversé de Microsoft

Comme de nombreuses versions avant lui, Windows 8 est fourni avec Internet Explorer. Windows 7 était livré avec la version 8, avant que la mouture 9 n'arrive en mise à jour. Cette fois-ci, l'utilisateur fera face à Internet Explorer 10. En plus des améliorations traditionnelles, le butineur se distingue par un mode hybride. Il dispose en effet de deux interfaces : l’une classique pour le Bureau, l’autre pour Modern UI.

win8 windows 8 ie10


Ce mélange des genres est particulier mais reste logique dans son fonctionnement. Ainsi, si un lien est ouvert depuis n’importe quelle application du Bureau, c’est la version classique du navigateur qui s’ouvre. Depuis une application Modern UI, c’est la version idoine qui se lancera. 

win8 windows 8 ie10


Chaque navigateur tiers peut prétendre à ce fonctionnement hybride. Chrome de Google est d’ailleurs disponible dans une version test qui permet d’essayer cette fonctionnalité. Cependant, ceci est valable uniquement pour les navigateurs habituels, donc Win32. Conséquence, Windows RT, sur les tablettes ARM, ne pourra accueillir ces navigateurs hybrides, car aucune application tierce ne peut fonctionner sur le Bureau. Les développeurs devront, pour s’adapter, créer des versions 100 % WinRT pour combattre, mouvement rendu complexe par l’absence de certaines opérations dans cet environnement, notamment la compilation JIT (Just in Time). Une situation oppressante pour les éditeurs tiers actuellement.

Pour le reste, Internet Explorer 10 s’améliore principalement dans deux domaines : les performances et les technologies du web. Il s’agit en fait des mêmes arcs de développement que pour la version 9. Côté performances, Internet Explorer 10 se révèle effectivement véloce et ses performances JavaScript sont à peu près du même acabit que pour Chrome ou Firefox. Cependant, ces derniers (avec Opera) ont un avantage de taille : des mises à jour très régulières qui leur font très vite reprendre l'avantage. 

Sur le support des technologies, cela touche plus particulièrement le HTML5. La grande majorité des améliorations dans ce domaine concerne l’API directement, mais également les CSS. On citera également :

  • Le support du Cross-Origin Resource Sharing (CORS) pour l’utilisation sécurisée de l’incontournable XMLHttpRequest entre plusieurs domaines
  • Support de l’API Writer pour blobBuilder, ce qui autorise les manipulations de gros objets binaires à travers des scripts
  • Support des tableaux typés JavaScript
  • Support de la propriété user-select dans les CSS ce qui permet de définir comment un utilisateur sélectionne un objet dans une page
  • Support des sous-titres dans les vidéos HTML5 avec timecode et positionnement. Le support s’étend sur plusieurs formats de fichiers.
  • Support de la sandbox HTML5 pour l’isolation des iFrames
  • Support des technologies : CSS3 Positioned Floats, HTML5 Drag-drop, File Reader API, Media Query Listeners et un premier essai sur les HTML5 Forms
Avec la version finale du navigateur, il faut noter que de nombreux préfixes ont été supprimés pour les développeurs. Il ne s'agit pas là d'une exception puisque le phénomène se produit aussi dans les autres navigateurs au fur et à mesure que le standard HTML5 se finalise.
 

Internet Explorer 10 a clairement pour ambition de revenir sur le devant de la scène. Avec la version 9, le butineur était enfin redevenu crédible face à une concurrence déchainée. Depuis, Chrome, Firefox et Opera ne se sont pas endormis sur leurs lauriers, les performances sont devenues un véritable argument marketing, et la reconnaissance des standards du web est un cheval de bataille continuel.

Il faut noter en outre, connexion oblige, qu’Internet Explorer peut désormais synchroniser plusieurs types d’informations. Il était temps, car Firefox et Chrome, pour ne citer qu’eux, peuvent utiliser un compte utilisateur pour sauvegarder à distance des données telles que les favoris, l’historique ou encore les identifiants des sites. Internet Explorer 10 effectue ces opérations par défaut dès qu’un compte Microsoft est renseigné. Ces paramètres se trouvent dans le centre de réglages de Windows 8.

par Vincent Hermann et Jérôme Bosch Publiée le 27/11/2012 à 14:36