Windows 8 : au cœur de l'OS controversé de Microsoft

La maintenance est un aspect particulier de Windows. Loin des préoccupations du grand public, elle recouvre cependant diverses fonctionnalités qui sont devenues, au fil des versions de Windows, de plus en plus automatiques. On se souvient par exemple dans Vista de la défragmentation devenue justement automatisée, travaillant dès que le système détectait une période d’inactivité.

Dans Windows 8, la maintenance recouvre plusieurs types de nouveautés. Nous nous intéresserons en particulier à deux d’entre elles : les Storage Spaces qui assurent différents services liés à la fiabilité des données, et les fonctions de Reset et de Refresh, assez proches finalement de que l’on peut trouver sur les smartphones.

Les Storage Spaces

Il faut commencer par rappeler que Windows 8 gère nativement les très gros disques durs. On parle ici de modèles dont la capacité est d’au moins 3 To, soit 3000 Go environ. Jusqu’à présent, le partitionnement des disques durs a imposé l’utilisation du MBR, pour Master Boot Record. Les informations de ce dernier sont contenues dans 32 bits, ce qui ne permet qu’une taille maximale théorique de 2,2 To. Si diverses méthodes ont été mises en place pour dépasser ce chiffre, la gestion des très gros disques durs devait partir sur une autre base.

Dans Windows 8, le MBR est remplacé par la GPT, pour GUID Partition Table, faisant elle-même partie des spécifications UEFI. L’une des particularités du formatage de ces disques est qu’il utilise des secteurs de 4 Ko, contre 512 octets dans la plupart des cas. Habituellement, une couche d’émulation est utilisée pour faire correspondre ce système avec l’ancien pour des raisons évidentes de compatibilité. Le nouveau Windows cependant, quand un UEFI est présent, peut se passer complètement de cette émulation. La gestion logicielle de l’ensemble est assurée par une nouvelle version de NTFS, qui intervient dans un autre mécanisme important : les Storage Spaces.

Quand plusieurs disques sont détectés, l’utilisateur peut choisir de les agréger pour que Windows ne considère plus l’ensemble que comme un seul espace unique ou de plusieurs partitions de tailles arbitrairement choisies par l’utilisateur. Cette fonctionnalité se nomme Storage Spaces et s’accompagne de plusieurs ajouts intéressants pour améliorer la fiabilité de l’ensemble.

storage space


Puisque plusieurs disques sont assemblés, l’utilisateur peut choisir de mettre en place une redondance d’informations : soit par copies miroirs (RAID 1), soit par parité (RAID 5). Il s’agit ni plus ni moins d’une solution de RAID logiciel dynamique. Les Storage Spaces ne peuvent cependant se mettre en place que sur des disques durs non système : ils ne permettent pas à Windows 8 de démarrer directement dessus. Ils sont conçus pour le stockage et permettent, en cas de défaillance matérielle, de restaurer les données via le ou les disques restants.

Les Storage Spaces gèrent en outre l’allocation fine et permettent par exemple de déclarer une partition de 50 To pour une utilisation précise avec un seul disque de 2 To. Quand l’espace vient à manquer sur ce dernier, Windows avertit l’utilisateur qu’il doit ajouter d’autres disques. Ces derniers peuvent être internes ou externes, sans différenciation. Les performances joueront bien entendu un rôle important pour le second cas.

Mais quel avantage finalement ? Nous pouvons en compter principalement deux. D’une part, la facilité d’utilisation puisque les disques s’ajoutent de manière aisée. Pour reprendre notre exemple, si l’utilisateur a déclaré un espace de 50 To, il voit une partition unique et crée une arborescence de dossiers pour y placer ces données. Il ne s’occupe de la manière dont les fichiers seront répartis sur les différents disques puisque c’est le système qui s’en occupe. Cas typique : un fichier de 1,7 To ne pourrait pas être enregistré si deux disques de 1 To chacun étaient présents, alors que l’opération est possible avec un Storage Space. Même chose avec trois disques, dont un de 1 To et deux de 500 Go.

D’autre part, les Storage Spaces permettent une résilience aux pannes.  Comme indiqué plus haut, il y a deux possibilités :

  • Des copies miroir : les fichiers possèdent au moins un exemplaire supplémentaire, comme dans le cas d’un RAID1. Deux copies d’un fichier peuvent être réalisées, mais il s’agit d’une option que l’utilisateur doit activer manuellement (il y a donc trois instances d’un même fichier). La répartition des données est homogène. Quand l’un des disques durs rencontre une défaillance matérielle, le ou les disques restants permettent de reconstituer les données. Les fichiers sont en effet découpés en « pavés » de 256 Mo répartis sur les disques du Space. La réallocation des pavés est automatique.
  • La parité : les données sont accompagnées d’informations de redondance utilisées pour reconstituer les fichiers en cas de panne, comme le ferait un RAID5. La parité utilise l’espace disque de manière plus efficace que la première méthode, au prix toutefois d’opérations d’entrées/sorties plus nombreuses. L’impact sur les performances est donc plus important. La parité sera davantage adaptée à des Spaces dédiés aux données multimédias, telles que des films HD réalisés avec le caméscope familial. Ces larges fichiers disposent en effet de longues périodes de lecture et écriture séquentielles et n’ont pas souvent besoin d’être mis à jour.

Notez qu’aucune de ces deux méthodes n’est obligatoire. L’utilisateur peut très bien choisir d’utiliser les Storage Spaces pour leur seul aspect de simplification de gestion. Autre élément important : les deux méthodes peuvent être mariées avec le chiffrement BitLocker.

Reset et Refresh

Il peut arriver que Windows 8 s’encrasse avec le temps ou devienne instable pour une raison ou une raison. Il existe pour l’utilisateur deux méthodes qui permettent de rafraichir singulièrement le système : le Reset et le Refresh.

win8 windows 8 reset refresh


Lorsque l’on demande un Reset, Windows 8 redémarre et procède aux étapes suivantes :

  1. Démarrage du PC dans le Windows Recovery Environment (Windows RE)
  2. Formatage de la partition Windows
  3. Installation d’un système neuf
  4. Redémarrage de la machine

Avant de commencer l’effacement des données, Windows 8 demandera à l’utilisateur s’il souhaite réaliser un formatage normal ou sécurisé. Ce dernier se propose d’écrire aléatoirement des données dans tous les secteurs du disque (une seule passe).

Le Refresh est lui aussi une opération qui réinstalle Windows, mais avec une différence majeure : les données de l’utilisateur ne sont pas effacées. Cela concerne aussi bien ses documents et son contenu multimédia que les paramètres importants et les applications Metro récupérées sur le Store. Les étapes diffèrent légèrement :

  1. Démarrage du PC dans le Windows RE
  2. Analyse du disque dur pour récupérer les données et les mettre de côté (sur le même disque)
  3. Installation d’un système neuf
  4. Restauration des données, paramètres et applications Metro
  5. Redémarrage de la machine

Contrairement au Reset, le redémarrage ne demande rien à l’utilisateur. Ses comptes sont remis en place et il n’y a donc pas de phase d’initialisation du système.

La restauration des paramètres ne prend en charge qu’une partie d’entre eux. Microsoft estime en effet que certains peuvent être responsables du mauvais fonctionnement du système et ne sont donc pas pris en compte. Cela inclut notamment les réglages du firewall, les paramètres d’affichage ainsi que les associations des types de fichiers. Seront par contre sauvegardés :

  • Les connexions Wi-Fi
  • Les connexions 3G
  • Les paramètres BitLocker et BitLocker To Go
  • Les assignations de lettres aux partitions
  • Les personnalisations telles que les images pour l’écran d’accueil et le fond d’écran du bureau

Attention cependant : les applications classiques (dites « desktop ») ne seront pas réinstallées. Elles peuvent être à la source de la remise à zéro du système et déterminer laquelle cause réellement un problème peut se révéler impossible. Conséquence : plutôt que prendre le risque de remettre en place automatiquement un logiciel problématique, cette étape est laissée à l’utilisateur, d’autant que les technologies d’installation peuvent largement varier.

Notez toutefois que la liste complète des applications Desktop est enregistrée dans un fichier HTML placé sur le Bureau durant la réinstallation de Windows 8. L’utilisateur pourra donc consulter le document et vérifier ce qui lui manque.
 

par Vincent Hermann et Jérôme Bosch Publiée le 27/11/2012 à 14:36