Windows 8 : au cœur de l'OS controversé de Microsoft

On touche ici à l’un des sujets sensibles de Windows 8. Comme on le verra plus tard dans la partie technique, le système est une hydre à deux têtes. L’une correspond à un environnement connu et maîtrisé, tandis que l’autre fait table rase du passé et souhaite instaurer de nouvelles règles. Ces deux environnements sont fondamentalement différents et leur cohabitation manque parfois de simplicité et de cohérence.

Comme on s’en aperçoit vite, le Bureau de Windows 8 a subi quelques modifications esthétiques. Puisque Modern UI consacre les couleurs pleines et les structures plates, Microsoft se débarrasse des effets 3D et de la transparence. Vous n’aurez ainsi pas manqué l’ensemble des captures de ce dossier : les cadres des fenêtres sont pleins et plats.

windows8 explorateur

Aero procurait un sentiment de douceur via sa transparence, mais les choix opérés ici sont plus francs. Puisque la couleur de la fenêtre se met par défaut en accord automatique avec le fond d’écran, la combinaison de couleurs ne sera parfois pas très heureuse. En outre, le bleu par défaut du thème procure un rendu assez spécial avec le rouge de la croix de fermeture. Les autres couleurs proposées dans le panneau de personnalisation sont pour la plupart assez étranges, et la perte de la transparence augmente visuellement l’impact des bordures, qui paraissent plus épaisses.

Troisièmement, les titres des fenêtres sont incapables de s’adapter à une teinte trop foncée :

  windows8

Ce problème, assez consternant, n'existait pas avant puisque Aero entourait systématiquement le titre d’un halo blanc, permettait à la transparence sur fond noir de ne pas être nuisible à la lisibilité. Jusqu’à la Release Preview, Microsoft gardait un style de fenêtre carrée mais en s’appuyant toujours sur la transparence. Il s’agissait finalement d’un bon choix comparé au mélange parfois criard des couleurs dans Windows 8.

En outre, le remplacement du menu Démarrer par le Start Screen fait apparaître au bout d’un certain temps d’utilisation de nouveaux soucis. Ainsi, plus l’utilisateur va installer d’applications, plus il aura d’icônes. Or, avec le menu Démarrer, il était simple de créer des dossiers pour classer ses raccourcis via un système hiérarchique simple. Le Start Screen ne possède aucune hiérarchie :

windows8 start screen

Le problème est inhérent à la présentation en grille : tous les éléments sont au même niveau, et aucune fonction de dossier ne permet de les regrouper. Le regroupement se fait uniquement par association au sein d’un même plan. Comme le montre la capture, le Start Screen peut rapidement s’étoffer, et le rangement joue donc une grande importance.

Le passage à Windows 8 donnera parfois en outre un sentiment de perte ou de confusion. Par exemple, puisque deux environnements cohabitent, chacun a son propre panneau de configuration. Le Bureau a celui que l’on connait tandis que la zone Metro UI a celui que nous avons vu dans le chapitre 7. Et même quand l'utilisateur aura compris cette dualité, il lui faudra aussi accepter que les manipulations pour y parvenir seront très différentes.

Autre exemple : les notifications. S’il est bon que Windows 8 dispose de sa propre infrastructure, celle-ci est limitée. Ainsi, les utilisateurs d’Outlook 2013 auront la désagréable découverte de notifications ne permettant plus d’agir (on pouvait jusqu’à présent supprimer ou marquer un courrier).

windows8 notification

Mais le pire sera sans doute la gestion des applications à l'ouverture d'un document. Ainsi, par défaut, ouvrir une photo depuis le Bureau appellera automatiquement la liseuse du Start Screen. Un comportement qui n’est pas logique, surtout quand on connait le fonctionnement d’Internet Explorer : un lien ouvert depuis le Bureau ouvre la version classique, un lien ouvert depuis une application Modern UI ouvre la version adaptée. Pourquoi alors ne pas avoir répercuté ce fonctionnement à l’ensemble des données ?

par Vincent Hermann et Jérôme Bosch Publiée le 27/11/2012 à 14:36