du 07 décembre 2018
Date

Choisir une autre édition

Comme à chaque fin d'année, la plateforme de streaming met en ligne son bilan des 12 derniers mois, accompagné d'un mashup d'un peu plus de 8 min mettant en avant « les vidéos, les personnes, la musique et les moments ayant défini 2018 ». Le concept change un peu cette année, avec la parole donnée aux youtubeurs.

Des classements des vidéos les plus populaires par catégories et pays sont bien sûr toujours de la partie. Le top 3 des tendances de l'année au niveau mondial est : To Our Daughter de Kylie Jenner, Real Life Trick Shots 2 de Dude Perfect et We broke up de David Dobrik.

En France, Dragon Ball - Le son des enfers par Le Rire Jaune, L'invention du corps humain par Cyprien et Dans la tête des chats par Norman occupent les trois premières places. Du côté des bandes-annonces, Venom arrive en tête, suivi par Blackkklansman  et Hôtel Transylvanie 3.

YouTube Rewind 2018 est disponible, avec le classement des vidéos les plus populaires
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Selon Le Monde et le JDN, le lancement est prévu pour ce 11 décembre. Seule Boursorama, filiale de la Société Générale, aurait décidé de sauter le pas pour le moment.

Pour le reste il faudra compter sur les néobanques et autres services de paiements tels que Boon, Lydia, N26 ou Revolut. Ce, alors qu'Apple et Samsung ont déjà fait le travail d'évangélisation des clients et des différents maillons de la filière.

Il faudra bien entendu un appareil compatible afin de proposer sur service de paiement sans contact, notamment avec la gestion du NFC.

Copié dans le presse-papier !

Les appareils connectés compatibles Alexa vont recevoir dans les prochains jours de nombreuses fonctionnalités, mais uniquement aux États-Unis dans un premier temps. Les autres pays devront attendre de plusieurs semaines à plusieurs mois.

On commence avec les rappels spécifiques à une position géographique, du type « Alexa, rappelle-moi de lancer la machine à laver quand je rentre à la maison ». Si la notification concerne un lieu sans enceinte Echo, elle sera affichée sur le téléphone.

Les « routines » prennent également en charge la géolocalisation. Les routines sont pour rappel des suites d’instructions déclenchées par un élément ou une phrase. Si l’utilisateur le choisit, Alexa pourra par exemple déclencher une ou plusieurs actions s’il est sur le point d’arriver chez lui.

Les routines reçoivent en plus de nombreuses améliorations : personnalisation pour les enfants, inclusion de pauses dans l’exécution des commandes, gestion du mode Ne pas déranger, arrêt d’une musique, émission d’une notification vers une application Alexa partagée ou encore d’une annonce sur toutes les bornes Echo de la maison.

Alexa gère également les entreprises locales, y compris les restaurants. On peut donc l’interroger sur un domaine particulier, puis lui demander d’appeler quand un nom a été trouvé.

Enfin, Alexa prend désormais en charge les comptes email (Gmail/Outlook/Hotmail). Après avoir lié au compte dans l’application Alexa, l’assistant peut vérifier la présence de nouveaux courriers, y répondre, supprimer ou archiver des messages par des commandes vocales.

Alexa est en outre sensible aux différents de priorité des courriers dans les services supportés. L’utilisateur peut donc agir spécifiquement sur de tels emails.

Il est aussi possible d’interroger l’assistant d’Amazon sur un expéditeur en particulier. Vous pouvez demander par exemple si vous avez reçu un email de Pascal. Si ce n’est pas le cas, il sera alors possible de demander une notification quand le fameux courrier arrivera.

Ce renforcement d’Alexa va dans le sens prévu, celui d’un Assistant qui veut être au centre de toutes les routines (le mot n’a évidemment pas été choisi au hasard). Comme toujours dans ce domaine, certains y verront la lumière, d’autres une insupportable dépendance.

Notez que toutes ces nouveautés avaient été annoncées fin septembre et étaient donc attendues

Copié dans le presse-papier !

En septembre 2013, la NASA annonçait fièrement que la sonde Voyager 1 était le « premier objet fabriqué par l'homme » à s'y aventurer. Le passage de cette frontière théorique aurait eu lieu en août 2012.

Cette année au début du mois d'octobre, l'agence spatiale mesurait « une augmentation d’environ 5 % du taux de rayons cosmiques » arrivant sur Voyager 2, des données similaires à celles de Voyager 1 avant son passage de l'héliopause.

Pour la NASA, c'est désormais officiel : Voyager 2 se trouve à plus de 18 milliards de kilomètres et a « pénétré dans l'espace interstellaire ». Détail intéressant : « Voyager 2 est doté d'un instrument fonctionnel qui fournira des observations inédites sur la nature de cette porte vers l'espace interstellaire ». À l’heure actuelle, ces données mettent environ 16h40 à nous parvenir.

Cette fois encore, l'annonce de l'agence spatiale ne devrait pas faire l'unanimité. Pour rappel, certains spécialistes affirmaient en 2013 que la sonde Voyager 1 n'était pas sortie « du champ d'influence du soleil » et qu'il faudrait encore attendre 30 000 ou 40 000 ans.

Copié dans le presse-papier !

Habitué à la dernière place depuis près de 18 mois (avec un plongeon aux enfers en janvier 2018), Free remonte doucement la pente et dépasse 3 Mb/s de moyenne pour la première fois depuis… janvier 2016.

Avec 3,02 Mb/s de moyenne sur les heures de grandes écoutes (+0,12 Mb/s), le FAI se rapproche de son plus haut historique à 3,28 Mb/s en mai 2015. Si la marque au carré rouge en xDSL prend la dernière place, c'est principalement parce que le FAI signe une deuxième baisse consécutive, de 0,08 Mb/s cette fois-ci.

Il est dans tous les cas encore trop tôt pour affirmer qu'un changement durable s'est installé et que l'annonce du partenariat entre Netflix et Free sur les Freebox a un impact notable sur cet indice des performances. Il faudra surveiller l'évolution de l'observatoire de Netflix sur plusieurs mois.

Le haut du tableau reste occupé par les mêmes FAI : SFR THD (fibre et câble) est en tête avec 3,74 Mb/s (-0,06 Mb/s), suivi par Bouygues Telecom à 3,65 Mb/s (+0,2 Mb/s) et Orange à 3,48 Mb/s (+0,17 Mb/s).

Copié dans le presse-papier !

Partie de la Terre en septembre 2016, la sonde se trouve désormais à moins de 20 km de son objectif. Durant la phase d'approche, les instruments scientifiques étaient braqués sur l'astéroïde pour commencer les mesures.

Les analystes ont révélé « la présence de molécules contenant des atomes d’oxygène et d’hydrogène liés, appelées "hydroxyles" », affirme l'agence spatiale. « L’équipe soupçonne que ces hydroxyles se trouvent un peu partout sur l’astéroïde dans des minéraux argileux contenant de l’eau, signifiant qu’à un moment donné les matériaux rocheux de Bénou ont interagi avec l’eau », ajoute-t-elle.

Bénou est trop petit pour avoir de l'eau liquide en quantité, mais laisse penser qu'il s'agit d'un fragment d'un corps bien plus gros sur lequel se trouvait de l'eau. La prochaine étape est maintenant de récupérer un échantillon sur place et de le ramener sur Terre, en 2023 si tout va bien.