du 24 avril 2018
Date

Choisir une autre édition

La plateforme de streaming vient de mettre en ligne son premier bilan sur l'application des règles de la communauté. Il couvre la période d'octobre à décembre 2017.

Au total, 8 284 039 vidéos ont été supprimées, dont près de 6,7 millions identifiés automatiquement par des ordinateurs. Sur ces 6,7 millions, 75,9 % ont été supprimées avant d'avoir la moindre vue.

YouTube en profite d'ailleurs pour expliquer que, grâce à l'apprentissage automatique, « plus de la moitié des vidéos retirées pour extrémisme violent avaient moins de 10 vues ».

Enfin, le géant du Net annonce la mise en place d'un tableau de bord de l'historique des signalements. Il est disponible pour chaque utilisateur afin de suivre chaque retour qu'il a pu faire à YouTube.

YouTube publie son premier rapport sur les signalements et suppressions de vidéos
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Dans le compte-rendu des auditions de la Commission Copie privée du 5 septembre, un des représentants des consommateurs a su montrer du cœur à l’ouvrage. Alors qu’était ausculté le montant de la future redevance sur les smartphones, la Fédération française des Télécoms avait fait une contre-proposition au barème plus onéreux des ayants droit.

La FFT aurait préféré un abattement de 2 euros dès la deuxième tranche, avec un plafond fixé à 10 euros (contre 14 euros).

Patrice Bouillon, représentant de l’INDECOSA-CGT, au collège des consommateurs, a cependant trouvé « que la proposition des ayants droit est intéressante et que le niveau de la RCP n’est pas si élevé lorsqu’on le ramène au prix d’un smartphone ou d’une tablette ». Et celui-ci d’ajouter quelques instants plus tard « qu’il convient de trouver un équilibre afin que les acteurs de la création soient rémunérés de façon équitable ».

Dévoilés dans nos colonnes, les trois barèmes (smartphone, tablettes et PC tablettes, disques durs externes) furent adoptés ce jour-là. Ont voté pour, tout le collège des ayants droit, le président de la Commission copie privée, les industriels de l’AFNUM – qui avaient obtenu une ristourne sur les disques durs – et depuis le collège des consommateurs, le représentant de l’INDECOSA-CGT.

Copié dans le presse-papier !

L'institut Gartner s'est livré à quelques prédictions sur les changements qui pourraient être observés dans le domaine du numérique dans les cinq prochaines années.

L'intelligence artificielle y figure en bonne place, Gartner estimant par exemple que les services d'urgence médicale aux États-Unis pourraient économiser 20 millions de déplacements en plaçant les malades chroniques sous des soins gérés par une IA.

Côté blockchain, l'institut estime que d'ici 2021 que 75 % des blockchains publiques seront « empoisonnées » avec des données personnelles, ce qui les mettrait en violation des lois sur la vie privée. Les analystes insistent : ces éventuels problèmes doivent être pris en compte dès la création du système afin de permettre l'effacement de ces données sans compromettre l'intégrité de la chaîne.

Le RGPD et ePrivacy sont également au centre des préoccupations de Gartner qui estime que d'ici cinq ans, ces lois sur la vie privée vont remettre en question le modèle publicitaire sur Internet. A contrario, en 2021, les scandales liés à des brèches de sécurité sur les réseaux sociaux ne devraient plus avoir le moindre impact durable sur la présence de leurs utilisateurs, principalement en raison du manque de concurrence dans le secteur.

Copié dans le presse-papier !

L'annonce a été faite sur le blog consacré à la console sous Android TV de la société. Elle y détaille les commandes accessibles.

Une fois les appareils liés, on peut utiliser l'enceinte connectée pour allumer ou éteindre la SHIELD TV, lancer une application, régler le volume, etc. Pour rappel, la console intègre déjà elle-même Google Assistant depuis plusieurs mois.

NVIDIA précise que cette fonctionnalité n'est pas accessible dans tous les pays. La société ne nous a pas encore confirmé ce qu'il en était pour la France.

Copié dans le presse-papier !

Le géant de l'imagerie vient d'annoncer ce modèle de 27 x 25,2 x 16,6 mm et a décidé de surfer sur la vague du « Edge computing » en s'associant à Intel pour utiliser l'un de ses VPU.

Firefly proposera de l'inférence locale, sans avoir besoin de faire appel à des serveurs. Elle vise ainsi des marchés comme les drones, le médical, l'analyse de panneau solaire, les solutions d'eye tracking et autres appareils portables.

Son capteur (monochrome) SONY IMX296 (CMOS, 1/2,9") dispose d'une définition de 1 456 x 1 088 pixels et peut grimper à 60 ips (Global shutter). La caméra pèse seulement 20 grammes et exploite une connectique de type USB 3.1 (Gen 1). L'alimentation nécessaire est de seulement 1,5 watt (5 V).

La disponibilité est attendue pour 2019, sans plus de détails pour le moment.

Copié dans le presse-papier !

Après avoir présenté la première fournée de Galaxy Book au MWC de l'année dernière, le fabricant revient avec une seconde version, mais uniquement avec un écran de 12 pouces (dalle sAMOLED de 2 160 x 1 440 pixels) pour le moment.

Alors que les Galaxy Book exploitent des puces Intel Kaby Lake, le Galaxy Book2 passe chez Qualcomm avec un Snapdragon 850 lancé début juin. Un modem 4G Snapadragon X20 est donc inclus (jusqu'à 1,2 Gb/s en téléchargement et 150 Mb/s en upload).

4 Go de mémoire vive et 128 Go de stockage sont de la partie, avec deux caméras (8 et 5 Mpixels), deux ports USB Type-C, du Wi-Fi 802.11ac (MIMO), un lecteur d'empreintes digitales et une panoplie de capteurs.

La machine est livrée avec Windows 10 S et le fabricant annonce une autonomie de 20h. C'est donc bien plus que le Galaxy Book de 12", qui est donné pour 11h. Mais il faudra attendre les premiers tests indépendants (sur l'autonomie et les performances) avant d'en tirer des conclusions.

Le Galaxy Book2 sera en vente à partir du 2 novembre pour 1 000 dollars. Un stylet S Pen et un clavier sont proposés en option.