du 19 juin 2018
Date

Choisir une autre édition

ContentID, le système de reconnaissance des contenus piratés sur YouTube, fait des siennes selon TorrentFreak. La chaine MIT OpenCourseWare et celle de la fondation Blender sont deux des victimes du blocage.

Le lecteur indique que les vidéos contiennent du contenu du MIT et de Blender, donc qu'elles sont indisponibles dans le pays de l'internaute. Quand bien même celui-ci est le président de la fondation Blender lui-même. Des dizaines d'autres comptes sont concernés par ce problème, rapporte TorrentFreak.

Selon YouTube, ces blocages sont dus à la mise à jour du contrat de son programme partenaires. La plateforme promet une solution. La fondation Blender recommande de passer par sa plateforme en attendant.

YouTube bloque par erreur des vidéos de Blender et du MIT
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Un contrat entre l'Agence spatiale européenne (ESA) et Arianespace a été signé à l'occasion du salon du Bourget.

Il s'agit de la première mission « lourde » du programme Cosmic Vision 2015–2025. « Juice consacrera au moins trois ans à l'observation détaillée de la planète géante gazeuse Jupiter, de trois de ses plus grandes lunes et de ses satellites potentiellement océaniques Ganymède, Europe et Callisto ».

La fenêtre de lancement s'ouvrira mi--2022 à bord d'une fusée Ariane 5 ou 64 (voir notre article) en fonction des disponibilités. Le satellite aura une masse au décollage de six tonnes. Après 7,5 années de voyage, une assistance gravitationnelle de la Terre, Vénus et Mars, la sonde entrera en orbite autour de Jupiter.

Copié dans le presse-papier !

Les développeurs peuvent télécharger depuis hier soir les bêtas 2 de toutes les nouvelles plateformes présentées lors de la WWDC, y compris iPadOS dont les nouveautés suivent celles d’iOS 13.

On note quelques apports dans ces préversions, mais les testeurs seront surtout ravis d’apprendre que des profils spécifiques ont été mis en ligne contrairement à la première bêta, il n’est donc pas nécessaire pour un iPhone ou un iPad de télécharger le système complet et d’exécuter l’opération depuis un Mac avec Xcode 11 bêta ou Catalina.

Quelques nouveautés font leur apparition. Par exemple, Fichiers affiche désormais les partages réseaux SMB dans iOS 13 et iPadOS, suivant les promesses d’Apple de rendre l’application plus utile. Quelques nouveaux gestes avec les doigts apparaissent pour les Memojis (V de la victoire, doigts croisés…), Safari peut désactiver l’aperçu des liens et tvOS 13 a enfin son mode picture-in-picture.

Il s’agit pour l’instant de préversions réservées aux développeurs. Elles corrigent de nombreux bugs mais en contiennent encore beaucoup, avec des incompatibilités pour certaines applications, qui ne se lancent plus. Les bêtas publiques, qui devraient être plus fiables, sont attendues pour le mois prochain.

Copié dans le presse-papier !

Selon un article de Wired sur certaines découvertes de Kaspersky, certains pirates se servent d’invitations à Google Agenda pour simuler des demandes paraissant légitimes.  

Ces demandes se basent sur une capacité du service activée par défaut pour simplifier la vie des utilisateurs : toute source externe peut placer un évènement dans le calendrier de l’utilisateur.

Problème, ces évènements peuvent déclencher des notifications, dont le contenu peut être trompeur. Des utilisateurs ont ainsi observé des évènements dont ils ne savaient rien, suivis d’invitations à répondre à un questionnaire, avec lien et formulaire réclamant informations personnelles et financières.

Les notifications portent souvent des noms « attrayants », tout du moins pour qui ne se méfie pas instantanément d’une nouvelle paraissant trop belle pour être vraie. Par exemple, « Vous avez reçu une récompense » ou « Un transfert de fonds a été fait en votre nom ».

Google a été averti du problème et indique que tout est actuellement fait pour enquêter sur l’origine de ces attaques. L’éditeur rappelle qu’une fonction permet de signaler un spam sur tout évènement suspect.

Dans les options d’Agenda, on peut en outre s’assurer de garder la pleine maîtrise des invitations. Dans le premier écran par exemple, la liste déroulante « Ajouter automatiquement les invitations » peut être réglée sur « Non, n’afficher que les invitations auxquelles j’ai répondu ». Par défaut, le service affiche également les évènements refusés. Il suffit de décocher la case idoine.

Copié dans le presse-papier !

Comme prévu, la version Mac de l’application To-Do a été mise en ligne dans l’App Store de macOS, après une semaine de « précommande » qui n’en était pas. Le bouton permettait simplement de réserver le téléchargement, qui se déclenchait alors automatiquement.

To-Do est pour rappel l’application de tâches de Microsoft, bâtie pour reprendre les fonctions de Wunderlist, que la firme avait rachetée. Les données sont synchronisées entre les versions, le client existant maintenant sur presque toutes les plateformes : Windows, macOS, Android, iOS et web.

L’application prend en charge les comptes multiples, synchronise les tâches avec Outlook, permet d’attacher des notes et des pièces jointes (jusqu’à 25 Mo) aux tâches, gère les étapes et les échéances, peut colorer les tâches, supporte les partages avec les contacts et affiche une vue « Ma journée » pour résumer ce qui reste à faire.

To-Do est gratuite et pèse un peu moins de 13 Mo. Notez que Wunderlist n’a pour l’instant aucune date de départ en retraite annoncée. Microsoft a confirmé plusieurs fois que l’application n’irait nulle part tant qu’elle ne serait pas certaine d’une parité fonctionnelle entre les deux.

Copié dans le presse-papier !

Le décret de Donald Trump plaçant le Chinois sur liste noire a de lourdes conséquences pour ses clients, ses partenaires et lui-même. Le président et fondateur de Huawei estime que les pertes de son chiffre d'affaires sur l'année 2019 atteindraient 30 milliards de dollars.

Il ne s'attendait visiblement pas à ce que la volonté de « démolir » Huawei soit « aussi forte et omniprésente ». En cause, la fameuse liste noire sur laquelle se retrouve l'équipementier lui interdisant tout échange avec des sociétés américaines. Pour l'instant, il dispose d'un peu de répit avec une autorisation temporaire valable jusqu'à mi-août.

Un autre fabricant, américain cette fois-ci, en fait les frais : Broadcom. Lors de la publication de ses résultats trimestriels, il prévoit un chiffre d'affaires de 22,5 milliards de dollars pour 2019. C'est 2 milliards de dollars de moins qu'au premier trimestre, dont les résultats sont tombés le 14 mars, juste avant le décret.

Toujours dans les estimations pour l'année fiscale 2019, la marge d'exploitation est en baisse de 3 %