du 28 mars 2018
Date

Choisir une autre édition

Xiaomi : un MIX 2s avec Snapdragon 845, un Mi Gaming Laptop avec GeForce GTX

Comme prévu, Xiaomi a dévoilé hier son Mi MIX 2s, dans la pure lignée du MIX 2. Il reprend donc son écran de 5,99" à la définition de 2 160 x 1 080 pixels, mais avec un Snapdragon 845 aux commandes au lieu d'un 835. Il passe également à deux capteurs optiques de 12 Mpixels à l'arrière, avec une stabilisation sur quatre axes.

L'un des deux est un téléobjectif permettant au fabricant d'afficher un zoom x2. Xiaomi met en avant les qualités photo de son smartphone, en s'appuyant notamment sur un test DxO. Le tarif débute à 3 299 yuans avec 6 Go de mémoire vive et 64 Go de stockage, soit 423 euros avec une simple conversion.

En plus d'un smartphone, Xiaomi annonce aussi un ordinateur portable de 15,6" (Full HD, 300 nits) : le Mi Gaming Laptop. Il s'adresse aux joueurs et intègre une GeForce GTX 1050 Ti ou GTX 1060 de NVIDIA suivant les cas. Un processeur Core i5 ou i7 de 7ème génération est aux commandes, avec SSD et disque dur et jusqu'à 16 Go de mémoire vive. De l'USB 3.0, des ports Type-C, HDMI et Ethernet ainsi qu'un clavier rétroéclairé sont de la partie.

Si son design n'est pas sans rappeler le Blade de Razer, il n'en est pas de même pour son tarif : 8 999 yuans avec une GTX 1060, soit 1 154 euros au cours actuel. Reste la question de la nuisance sonore, un élément toujours problématique sur de telles machines, même chez des marques spécialisées. Ce produit n'est d'ailleurs pas estampillé Max-Q par NVIDIA.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Toujours selon le secrétaire d’État au Numérique, Facebook a annoncé au gouvernement « que (...), eu égard aux discussions qu’ils ont eues avec nous, ils allaient transmettre les adresses IP pour les contenus de haine en ligne qui seraient demandées par la justice. Ce qui est une énorme nouvelle »

«  Jusqu’ici, quand la justice française demandait des adresses IP, Facebook ne les donnait que s’il s’agissait de dossiers relevant du terrorisme ou de la pédopornographie » affirme le secrétaire d’État au Numérique. 

En contrariété avec les propos de Cédric O, plusieurs fois dans le passé la justice a ordonné à Facebook la transmission des adresses IP, sous astreintes (voir cette décision repérée sur  Doctrine.fr). Ces échanges sont d’ailleurs mis en lumière dans le rapport de transparence de Facebook. 

Reuters assure que la procédure empruntait jusqu’alors la voie de l’entraide internationale, une voie qui pouvait prendre du temps. On comprend dès lors que dorénavant ces transmissions seront beaucoup plus spontanées…

Cette initiative intervient alors que l’Assemblée nationale examinera la semaine prochaine la proposition de loi contre la haine en ligne, qui entend imposer le retrait d’une série de contenus dans les 24 heures.

Copié dans le presse-papier !

Depuis maintenant plus d'un an, la société essaye de récupérer la coiffe de ses fusées pour la réutiliser. Il s'agit pour rappel de la partie supérieure protégeant les satellites lors du décollage. Une fois dans le vide, elle se sépare en deux et retombe sur Terre.

Pour récupérer un des deux morceaux, SpaceX utilise un bateau Ms. Tree (anciennement Mr Steven) avec un grand filet. À la manière d'un joueur de baseball qui tente d'attraper la balle avant qu'elle ne touche le sol, Ms. Tree doit se placer juste sous la moitié de la coiffe pour la prendre dans ses filets avant qu'elle ne tombe dans l'eau salée.

Maintenant que cette opération a été réalisée avec succès, SpaceX va pouvoir l'étudier pour ensuite éventuellement la réutiliser. Comme pour le premier étage, la société ne donne aucune indication sur le coût de remise en état. 

Copié dans le presse-papier !

La semaine dernière, le réseau social présentait sa cryptomonnaie Libra et son portefeuille Calibra, prévus pour 2020. « Si l’ambition du projet est vaste, il ne pourra exister qu’en respectant les règles qui valent pour tous », affirme François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France et aussi membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne, à Reuters

Il ajoute que le groupe chargé de mettre en place ce projet affiche « d’ailleurs cette volonté ». Parmi les obligations, le gouverneur rappelle que le projet devra « impérativement appliquer la réglementation anti-blanchiment ».

Il prend également les devants : si le projet veut « offrir des services bancaires, comme des dépôts, des placements financiers et des crédits, alors il devra être régulé comme une banque, avec une licence bancaire dans tous les pays où il opérera. Sinon, il serait illégal ».

Pour rappel, en France, la commission sénatoriale sur la souveraineté numérique s'est saisie du cas de Libra qui « pourrait bouleverser les conditions d’exercice de la souveraineté des États bien au-delà du domaine monétaire ». 

La commission a ajouté qu'elle « examinera les conséquences de cette évolution fondamentale ». Elle auditionnera notamment le gouverneur de la Banque de France et les représentants des plus gros services en ligne.

Copié dans le presse-papier !

Mozilla se prépare à changer la manière dont les mises à jour s’effectuent pour Firefox sous Windows.

À compter de la prochaine version (68), le navigateur va se servir de BITS (Background Intelligent Transfer Service) pour la récupération des mises à jour. Ce service de Microsoft est notamment utilisé pour Windows Update, est asynchrone et peut reprendre les transferts interrompus.

L’éditeur veut fluidifier l’installation des mises à jour en leur permettant de s’effectuer en tâche de fond. Principal avantage : la sécurité. Le mécanisme évite ainsi que Firefox ait à s’ouvrir pour télécharger la nouvelle version, sachant qu’elle ne pourra pas s’installer tant que le navigateur n’aura pas été redémarré. Un risque en cas de vulnérabilités critiques à colmater au plus vite.

Dans un premier temps, le changement n’aura pas d’effet puisque le code pour appeler BITS se trouvera dans le binaire de Firefox lui-même. Il devra donc être ouvert pour s’en servir, mais les développeurs pourront en vérifier le comportement.

Plus tard, Mozilla introduira un véritable Update Agent indépendant, capable de communiquer avec BITS en tant qu’intermédiaire, même quand le navigateur sera fermé. Le changement devrait particulièrement profiter aux utilisateurs ayant une connexion lente et/ou n’étant pas familiarisés avec les processus de mise à jour.

Il ne devrait par contre pas plaire à ceux maîtrisant parfaitement leur machine et qui regretteront peut-être qu’un nouvel agent vienne résider en mémoire. En outre, comme mentionné dans un document expliquant le mécanisme, les utilisateurs de proxy pourraient rencontrer des difficultés.

Si vous utilisez déjà la bêta de Firefox 68, une version Dev ou Nightly, vous trouverez le réglage app.update.BITS.enabled dans le about:config. En le basculant sur True et après un redémarrage, Firefox se servira de BITS pour ses mises à jour.

Copié dans le presse-papier !

Depuis mars, nous savions que l'ADLC examinerait la plateforme commune de France Télévisions, TF1 et M6. La Commission européenne expliquait alors qu'elle était « mieux placée pour étudier cette opération de concentration, au regard notamment de l'impact de cette opération sur le marché national ».

Le projet a été officiellement présenté à l'Autorité le 17 juin indique l'AFP suite à une information de la Lettre A. Si elle décide de mener une enquête rapide, elle dispose de 25 jours pour rendre son verdict. Un examen plus long est toujours possible si besoin. 

« L'Autorité devrait a priori voir ce projet d'un bon œil », ajoutent nos confrères.