du 02 octobre 2017
Date

Choisir une autre édition

Ce lundi matin, Le Parisien sera diffusé avec un supplément « Éco » dans lequel on pourra lire une interview de Xavier Niel, réalisée quelques jours avant la diffusion de l'émission Cash Investigation.

Et le fondateur ne semble pas partager le point de vue de l'équipe qui a mené l'enquête, précisant que « Free n’est sûrement pas parfait avec ses salariés, mais nous ne sommes heureusement vraiment pas ce que décrit ce reportage à charge. Nos salariés sont au cœur de la réussite de Free ». Espérons qu'il aura tout de même un peu plus à dire.

Car comme à son habitude, la société ne s'est pas exprimée publiquement sur le fond de l'affaire. Elle préfère ainsi le silence aux éventuels remèdes contre les situations pointées dans le reportage.

Sans doute un prochain cas d'école à analyser dans le domaine de la communication de crise.

Xavier Niel évoque Cash Investigation dans une interview réalisée avant sa diffusion
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

La société explique que ce nouveau tour de table a été réalisé auprès du fonds d’investissement General Atlantic, des investisseurs historiques (dont Bpifrance, Eurazeo, Kernel et Accel), de médecins et entrepreneurs allemands. Elle dépasse le milliard d'euros de valorisation, devenant ainsi une licorne.

Doctolib souhaite « accélérer la transformation numérique du système de santé », en commençant par l'Allemagne et la France. La société ne cache pas son ambition d'aller plus loin. Elle veut en effet « s’implanter dans de nouveaux pays », mais sans préciser lesquels.

« Nous investissons en priorité dans l’équipe. Nous allons doubler de taille dans les trois prochaines années et allons continuer à investir pour garantir le développement personnel de nos salariés. Nous sommes aujourd’hui 750 Doctolibers », explique Stanislas Niox-Chateau, cofondateur et président de Doctolib.

Copié dans le presse-papier !

Le fabricant continue de décliner sa gamme d'ordinateurs portables hybrides. Après les Pavilion x360 11, 14 et 15, voici les versions 2019 de l'Envy x360 15 avec une une dalle 1080p de 15,6" aux bords toujours plus fins.

Contrairement aux Pavilion qui n'exploitent qu'un CPU Intel, l'Envy laisse le choix aux consommateurs entre un Ryzen 5 3500U, Ryzen 7 3700U, Core i5-8265U ou Core i7-8565U, détaille AnandTech. La partie graphique est respectivement une Vega 8/10 ou UHD Graphics d'Intel.

Les deux machines partagent une bonne partie de leurs caractéristiques techniques : 8 Go de DDR4, 256 Go de SSD M.2 PCIe (NVMe), Wi-Fi 802.11ac, deux haut parleurs et une partie audio signée Bang & Olufsen, trois ports USB 3.1 Gen 1 dont un Type-C, une sortie HDMI, un lecteur de carte, etc.

Il existe tout de même certaines différences. Le Bluetooth 5 est de la partie avec un CPU Intel, contre 4.2 avec de l'AMD. De plus, la machine Intel peut avoir en option un SSD de 512 Go avec 32 Go d'Optane. Enfin, le châssis est noir avec un processeur AMD, alors qu'il est argenté dans le cas contraire.

Le fabricant annonce une autonomie de 13h avec une batterie de 55,67 Wh, quelle que soit la configuration. Les tarifs débutent à 800 dollars pour un Ryzen 5 3500U et 870 dollars pour un Core i5-8265U.

The Verge ajoute que la version Intel de l'Envy x360 15 est la seule à intégrer Alexa pour le moment, sans que l'on sache pourquoi. Nos confrères ajoutent aussi qu'un HP Envy x360 13 est de la partie, mais avec un processeur AMD uniquement et sans plus de détails pour l'instant.

Copié dans le presse-papier !

L'éditeur de jeux vidéo s'y prend à l'avance puisque la grande messe du jeu vidéo n'aura lieu que dans un peu moins de trois mois.

Il promet « une présentation détaillée de DOOM Eternal, et beaucoup, beaucoup plus ». Un direct sera évidemment proposé. L'événement se déroulera dans la nuit du 9 au 10 juin, à 2h30.

Copié dans le presse-papier !

Les bonnes nouvelles s'enchaînent pour la société qui souhaite proposer une couverture Internet globale à Internet via une constellation de plusieurs centaines de satellites.

Après avoir envoyé ses six premiers engins en orbite fin février, elle vient de boucler une levée de fonds de 1,25 milliard de dollars, comme l'indique la société. Depuis le lancement du projet en 2015, elle a ainsi collecté pas moins de 3,4 milliards de dollars.

SoftBank répond de nouveau présent à ce tour de table, en expliquant que « OneWeb a l'avantage du premier entrant et est en passe de devenir le plus grand réseau de communications réellement mondial ». Pour rappel, d'autres sont également sur les rangs pour déployer ce genre de service, notamment SpaceX.

Les Mexicains de Grupo Salinas, Qualcomm Technologies et le gouvernement du Rwanda sont parmi les investisseurs. La mise en service du réseau est prévue pour 2021. Une vingtaine de nouveaux lancements seront effectués d'ici fin 2020 pour arriver à une constellation de 650 satellites.

Copié dans le presse-papier !

Alors que Google vient de dévoiler ses plans dans le domaine du cloud gaming, la société française spécialisée dans les services de jeux proposés en B2B vient de trouver un nouveau partenaire.

Pour rappel, 2CRSI n'est pas un inconnu dans le secteur puisque le strasbourgeois travaille également avec Shadow sur la conception de ses serveurs.

Cette levée de fond permettra au groupe de se développer en Europe et aux États-unis, alors que sa présence est plutôt au Moyen-Orient et en Asie pour le moment. 2CRSI détient désormais 12,45 % du capital, pour un investissement d'un million d'euros.