du 16 mai 2018
Date

Choisir une autre édition

Windows Server 2019 a droit à son tour à une build 17666

La prochaine version de Windows 10, prévue pour cet automne, a déjà eu une préversion 17666 riche en améliorations. Au tour maintenant de Server 2019.

Les nouveautés fonctionnelles ne sont guère nombreuses : un historique des performances ainsi qu'une délimitation des allocations de volumes dans Storage Spaces Direct.

On note évidemment la foule de bugs évidemment corrigés. Microsoft demande cependant que les testeurs jettent tout particulièrement un oeil sur deux aspects : la mise à jour depuis une version précédente de Windows Server (2012 R2 ou 2016 par exemple), et la compatibilité des applications et rôles de serveur.

Le téléchargement pourra se faire sous forme d'image ISO (18 langues supportées) ou d'image VHDX (anglais uniquement). L'édition Server Core n'est disponible, elle aussi, qu'en anglais.

Server 2019 sera une version importante, puisqu'elle intégrera le canal LTSC (Long-Term Servicing Channel). Ce dernier bloque l'arrivée de nouvelles fonctionnalités, la mouture ne recevant alors plus que des correctifs de sécurité pendant deux à trois ans.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Les mises à jour mineures colmatent le plus souvent des brèches de sécurité, mais celle-ci se contente de corriger quelques soucis plus généraux de Firefox 60.

Elle résout ainsi un problème de ramasse-miettes avec certaines extensions, fait disparaître les vignettes sponsorisées dès que l'option est décochée, règle un souci de carte noire sur Google Maps sous macOS et remet en place les traductions des Préférences.

La mise à jour sera récupérée automatiquement par Firefox. Il est bien sûr possible de télécharger la dernière version depuis le site officiel.

Copié dans le presse-papier !

La semaine dernière, on apprenait que cette application visant à diffuser des jeux en streaming depuis un PC allait être proposée sur les systèmes mobiles d'Apple et Google.

Aujourd'hui, Valve diffuse une première mouture destinée à Android, sous la forme d'une bêta. Elle fonctionne aussi bien sur smartphone que pour les appareils Android TV.

La société recommande tout de même une liaison câblée ou un Wi-Fi performant à 5 GHz pour une expérience  optimale.

Copié dans le presse-papier !

Le changement est de taille et était attendu de longue date. C'est donc dans moins de quatre mois, avec la version 69 du navigateur, qu'il entrera en vigueur.

Pour rappel, un site avec accès HTTPS est actuellement distingué par un cadenas vert. Dans certains cas, une alerte s'affiche si l'accès n'est pas sécurisé. Dès le 4 septembre, le cadenas sera toujours affiché, mais de manière plus neutre et sans le terme « sécurisé ».

À l'inverse, dès qu'un utilisateur se rendra sur un site avec un accès HTTP simple, le terme « non sécurisé » apparaîtra. Si des informations sont entrées dans un formulaire, le message s'affichera alors en rouge. Cette fonctionnalité entrera en vigueur le 16 octobre avec Chrome 70.

Le mouvement n'est pas spécifique à Chrome. Avec la montée en puissance de l'accès HTTPS via des solutions comme Let's Encrypt, il devrait également se renforcer dans les autres navigateurs d'ici la fin de l'année.

Copié dans le presse-papier !

Alors qu'Iliad (Free) dévisse en bourse, après le premier recul de son histoire sur le fixe, et que SFR reprend du poil de la bête, Bouygues Telecom poursuit tranquillement son chemin (PDF).

Au premier trimestre, l'opérateur a enregistré 132 000 forfaits, et 453 000 clients mobiles en incluant le MtoM. Au total, il compte 14,8 millions de clients, dont 8 millions en 4G.

Sur l'Internet fixe, il a gagné 64 000 clients en fibre jusqu'à l'abonné (FTTH), atteindre 329 000 clients, sur 3,5 millions de lignes fixes au total. La marge de progression est importante sur la fibre, avec 4,7 millions de prises commercialisables (+700 000 sur le trimestre). Fin avril, il a refondu ses offres fixes, segmentées par technologie et fonctionnalités.

Côté revenus, la filiale affiche un chiffre d'affaires de 1,281 milliard d'euros de revenus (+6 % sur un an), avec un EBITDA à 247 millions d'euros et un résultat opérationnel à 111 millions d'euros.

Copié dans le presse-papier !

Un collège de la ville d'Hangzou, capitale de la province de Zhejiang en Chine, a installé des caméras capables de repérer les élèves s'endormant, rapporte Reuters. Le pays utilise de plus en plus ce type d'intelligence artificielle pour surveiller des lieux publics, devenant un élément du quotidien dans certaines villes.

Les caméras identifient l'expression du visage, pour déterminer si l'élève lit, écoute ou s'endort. Elles reconnaissent certaines émotions, comme la joie, le dégoût, la peur, la colère ou la confusion. Selon le collège, ce système pourrait améliorer les relations avec les professeurs. Après un mois d'essai, les élèves accepteraient de mieux en mieux cette surveillance, assure l'établissement.

Le système est conçu par Hikvision Digital Technology, l'un des principaux fournisseurs du domaine, qui développe sa propre technologie de reconnaissance faciale.