du 14 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Le projet Honolulu est une nouvelle interface de gestion locale pour les nœuds Windows Server 2012, 2012R2 et 2016. Toutes les ressources des machines sont accessibles, sans dépendance à Azure ou autre solution cloud.

Dans la nouvelle préversion 17093 du système, Honolulu gagne en performances, fiabilité et la possibilité d’être installé en environnement de haute disponibilité. Les réglages sont par exemple réunis dans une roue crantée située en haut à droite, avec notamment l’accès au gestionnaire d’extensions.

Un administrateur pourra également taguer une machine, tandis que les outils s’adapteront automatiquement à ce qui est installé sur un serveur. Ceux par exemple liés aux machines virtuelles n’apparaitront pas si Hyper-V n’est pas installé. Les réglages d’hôte Hyper-V font d’ailleurs partie des ajouts.

Comme toujours avec les préversions de Windows, y compris Server, il faut être inscrit au programme Insider. Les images peuvent être récupérées au format ISO ou VHDX.

Windows Server : la préversion 17093 simplifie Honolulu
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Spotify est disponible dans Waze (et vice-versa) depuis presque deux ans. En octobre dernier, Waze passait la seconde et dévoilait son lecteur audio intégré, compatible avec huit services de streaming. Deezer sur Android brillait par contre par son absence, alors qu'il était disponible sur iOS.

Cette inégalité est désormais corrigée : « Afin d’associer Deezer à Waze sur Android, il suffit aux utilisateurs de cliquer sur l'icône représentant une note de musique rose et de choisir Deezer », explique le service de streaming.

La société précise enfin que « Deezer sur Waze est accessible pour tous les utilisateurs (avec les conditions habituelles pour les utilisateurs gratuits), dans tous les pays dans lesquels Waze et Deezer sont disponibles ».

Copié dans le presse-papier !

Le site Computer Sweden a lâché hier une petite bombe : 2,7 millions d’appels aux urgences médicales du pays – le 1177 Vårdguiden – étaient librement accessibles sur un serveur non protégé.

Aussi improbable que l’évènement puisse paraître, nos confrères ont pu entendre toute une sélection de ces appels, qui contiennent évidemment des informations très sensibles, sous forme de fichiers WAV.

En tout, 170 000 heures d’enregistrements étaient stockées sur un serveur ouvert auquel on pouvait se connecter sans la moindre identification. Le stockage était en clair (sans chiffrement), laissant exposées ces données critiques au premier venu. Il suffisait d’un navigateur web.

Maladies, états psychiques, détails anatomiques, historiques médicaux et personnels, alimentation et autres font partie des informations sensibles abordées. Outre le problème de la voix, déjà identifiante, une partie des fichiers comporte le numéro de téléphone de l’appelant.

Les questions les plus importantes n’ont toujours aucune réponse. On ne sait donc pas depuis combien de temps ces données étaient ainsi accessibles, qui est responsable de cette décision (ou de ce manque de décision) et, surtout, si des personnes malintentionnées ont pu les trouver.

Plusieurs signes pointeraient vers un problème avec le sous-traitant thaïlandais Medicall. Interrogé sur la brèche, son PDG Davide Nyblom nie cependant toute erreur de son côté.

L’enquête devra déterminer les responsabilités de chacun. L’ampleur de la brèche et l’absence totale de protection témoignent d’un rare degré d’incompétence. Et qui que soient les auteurs, ils devront faire face au RGPD.

Copié dans le presse-papier !

Firefox 66, actuellement en bêta, propose une série d’améliorations pour les extensions, dont de meilleures performances.

C’est particulièrement vrai pour celles devant régulièrement apporter de petites modifications dans de larges structures, comme le font les bloqueurs de publicités. Solution de Mozilla : se débarrasser des fichiers JSON au profit du standard IndexedDB.

Les développeurs n’ont rien à faire, Firefox basculant automatiquement de l’un vers l’autre dès qu’une extension fait appel à l’API storage.local(). Selon Mozilla, la hausse des performances est nette, permettant dans la foulée une baisse de la consommation en RAM.

Ce changement s’accompagne d’autres petites améliorations et corrections de bugs, comme une réduction supplémentaire de la mémoire consommée au changement d’objets depuis le stockage, des demandes de permissions plus cohérentes ou encore la suppression de l’alerte quand une extension a défini la propriété background.persistent sur true.

Firefox 66 n’arrivera que dans un mois, mais on peut comme d’habitude récupérer la bêta depuis le site dédié, avec l’habituel avertissement : des problèmes peuvent survenir, même si les préversions de Firefox sont souvent stables.

Copié dans le presse-papier !

Le réseau social emboite donc le pas à Amazon et Google. L'annonce a été faite par Yann LeCun, responsable de l'IA chez Facebook, au Financial Times, et reprise par Reuters. But de l'opération : « créer un assistant numérique doté de suffisamment de “bon sens” pour converser avec une personne sur n’importe quel sujet ».

L'intelligence artificielle est déjà utilisée pour contrôler les publications, mais le réseau social veut renforcer son utilisation, par exemple pour surveiller de la vidéo en temps réel. En plus de ses partenaires, Facebook planche donc sur ses propres ASIC (application-specific integrated circuit).

« Facebook est connu pour construire son propre matériel quand il le faut, par exemple ses propres ASIC. Nous ne nous épargnerons aucun effort dans ce sens », explique Yann LeCun.

Copié dans le presse-papier !

Après plus de trois ans sans nouvelles, Twitter provoquait la surprise le mois dernier en proposant une version 3.10 à son application Tweetdeck pour macOS. On y trouvait surtout le support du mode sombre de Mojave et des « améliorations internes ».

Twitter n’aura cependant pas pu éviter de casser des œufs. La nouvelle mouture 3.11 vient en effet corriger deux problèmes majeurs, l’un pouvant bloquer la connexion à Twitter via Teams, l’autre provoquant des plantages réguliers chez les utilisateurs.

L’éditeur ne donne aucun détail sur ce dernier point, mais précise quand même que la consommation de mémoire vive de cette nouvelle version a été « significativement réduite ».

Des changements sans doute liés au remplacement de la vieille web view au profit de WKWebView. Il y a cependant une conséquence pour les vieux Mac, puisque Tweetdeck exige désormais Yosemite (macOS 10.10) au minimum pour fonctionner.