du 14 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Le projet Honolulu est une nouvelle interface de gestion locale pour les nœuds Windows Server 2012, 2012R2 et 2016. Toutes les ressources des machines sont accessibles, sans dépendance à Azure ou autre solution cloud.

Dans la nouvelle préversion 17093 du système, Honolulu gagne en performances, fiabilité et la possibilité d’être installé en environnement de haute disponibilité. Les réglages sont par exemple réunis dans une roue crantée située en haut à droite, avec notamment l’accès au gestionnaire d’extensions.

Un administrateur pourra également taguer une machine, tandis que les outils s’adapteront automatiquement à ce qui est installé sur un serveur. Ceux par exemple liés aux machines virtuelles n’apparaitront pas si Hyper-V n’est pas installé. Les réglages d’hôte Hyper-V font d’ailleurs partie des ajouts.

Comme toujours avec les préversions de Windows, y compris Server, il faut être inscrit au programme Insider. Les images peuvent être récupérées au format ISO ou VHDX.

Windows Server : la préversion 17093 simplifie Honolulu
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Dans la série « Investissons dans les crypto-monnaies, cela va faire bondir notre cours boursier », c'est au tour d'Atari de faire parler. L'action de la société est en effet passé de 0,58 euro au début de la semaine à 0,823 euro ce jeudi, soit un gain de plus de 50 %.

La raison ? Elle a pris une participation dans une plateforme dédiée aux crypto-monnaies située à Gibraltar (Infinity Networks) et prépare son Atari Token. De plus, elle s'associe à Pariplay dans le domaine des jeux d'argent afin de proposer des solutions reposant sur les crypto-monnaies.

On reste par contre sans nouvelles de l'Ataribox.

Copié dans le presse-papier !

Et une de plus dans la famille des applications Go. Ce sont pour rappel des versions allégées, le plus souvent des Progressive Web Apps prenant beaucoup moins de place et plus économes en data.

Gmail Go a donc désormais sa fiche sur le Play Store (et en français), mais il semble qu'elle soit réservée à Android Go, comme la plupart de ces apps. La version Go d'Android est réservée aux smartphones équipés d'un seul Go de mémoire au maximum. Le système s'adresse aux marchés émergents.

Dommage, car comme signalé par Android Police, Gmail Go demande moins de 10 Mo à télécharger et environ 25 Mo pour s'installer. L'édition classique en réclame respectivement 21 et 47 Mo.

Analysée par nos confrères, il semble que Gmail Go ne fasse pas d'impasse sur les fonctionnalités, a priori identiques à la version classique. Ce qui pose mathématiquement la question de l'utilité de cette dernière, et le pourquoi d'une taille doublée.

Des arguments qui devraient pousser bon nombre d'utilisateurs à pester contre le blocage logiciel empêchant les applications Go de s'installer ailleurs que sur Android Go, sauf exception (comme YouTube Go).

Copié dans le presse-papier !

Après avoir commencé à faire migrer les Galaxy S8(+) vers Android 8.0, Samsung a stoppé la procédure. Selon SamMobile, la raison est simple : les appareils mis à jour avaient tendance à rebooter.

Les équipes du constructeur cherchent donc la cause du problème et travaillent à un nouveau firmware débarrassé de ces désagréments.

Aucune date n'a été donnée pour le moment. Pour rappel, Essential avait aussi rencontré des soucis avec Android 8.0, décidant de passer ses appareils directement à la version 8.1.

Copié dans le presse-papier !

C'est aujourd'hui le 100 numéro de notre brief quotidien qui vous permet de suivre l'actualité du jour en un coup d'œil, mais aussi via nos flux RSS et réseaux sociaux. 

Il fera son retour par email d'ici peu, dans une version revue et corrigée. Nous vous réservons également quelques surprises pour les semaines à venir... 

Copié dans le presse-papier !

La firme de Cupertino a décidément la vie dure avec les messages contenant certains caractères. Cette fois, c'est la langue indienne telugu qui est à l'honneur, sur iOS, macOS et watchOS.

Le souci est assez sérieux : il suffit de recevoir un message dans n'importe quelle application de messagerie, native ou tierce, pour entraîner un crash de Springboard, le composant iOS chargé de l'écran d'accueil. En outre, l'application où le message a été reçu ne peut plus être lancée.

Apple est au courant du problème et a confirmé à iMore qu'un correctif serait très prochainement déployé sur tous les appareils en cours de support. Le souci est en partie déjà éradiqué dans les dernières bêtas pour les trois plateformes.

Nos confrères ont tout de même donné une marche à suivre si vous avez déjà reçu le message. Il suffit qu'un ami vous envoie un autre contenu un texte classique dans l'application concernée. On appuie ensuite sur la notification pour ouvrir le message, puis on sélectionne Retour en haut à gauche pour revenir à la liste des discussions. De là, on doit pouvoir accéder à la suppression de conversation pour se débarrasser de celle posant problème.