du 14 février 2018
Date

Choisir une autre édition

Le projet Honolulu est une nouvelle interface de gestion locale pour les nœuds Windows Server 2012, 2012R2 et 2016. Toutes les ressources des machines sont accessibles, sans dépendance à Azure ou autre solution cloud.

Dans la nouvelle préversion 17093 du système, Honolulu gagne en performances, fiabilité et la possibilité d’être installé en environnement de haute disponibilité. Les réglages sont par exemple réunis dans une roue crantée située en haut à droite, avec notamment l’accès au gestionnaire d’extensions.

Un administrateur pourra également taguer une machine, tandis que les outils s’adapteront automatiquement à ce qui est installé sur un serveur. Ceux par exemple liés aux machines virtuelles n’apparaitront pas si Hyper-V n’est pas installé. Les réglages d’hôte Hyper-V font d’ailleurs partie des ajouts.

Comme toujours avec les préversions de Windows, y compris Server, il faut être inscrit au programme Insider. Les images peuvent être récupérées au format ISO ou VHDX.

Windows Server : la préversion 17093 simplifie Honolulu
chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Selon des développeurs, Apple bloque désormais les applications utilisant la fonction en Chine. Depuis iOS 10, CallKit permet d'intégrer une application de VoIP à l'interface d'appel du système, pour rendre leur utilisation transparente à l'utilisateur.

Selon un message d'Apple, cité par un développeur, le ministère chinois de l'industrie et des technologies de l'information réclame le retrait de la fonction. Les concepteurs peuvent soit retirer CallKit de leurs applications, soit le désactiver pour la Chine, soit abandonner l'AppStore chinois.

Les suppressions d'applications en Chine ne sont pas rares. L'an dernier, 674 réseaux privés virtuels (VPN) ont disparu de l'AppStore, après cinq ans de restrictions par le gouvernement.

En novembre, le blog GreatFire tançait Apple pour sa décision, se pliant aux lois locales pour opérer dans le pays, alors que le groupe vante régulièrement ses valeurs humanistes.

« Adhérer aux lois locales n'est pas une décision portée par des valeurs. Au contraire, c'est la décision par défaut d'une entreprise sans valeurs. À l'inverse, Apple pourrait tout aussi bien justifier l'absence de censure aux États-Unis en blâmant les lois américaines protégeant la liberté d'expression » jugeait l'auteur du blog.

Copié dans le presse-papier !

Il s'agit de machines complètes avec une carte mère TB250-BTC (Pro), un processeur « Intel 3930 » (probablement un Pentium G3930), 4 Go de mémoire vive, un SSD de 90 ou 120 Go, une alimentation de 1 300 à 1 600 watts et des cartes graphiques.

L'iMiner A578X6 propose six Radeon RX570, huit pour l'iMiner A578X8D et enfin 12 RX560 pour l'iMiner A564X12P. Les performances oscillent entre 148 et 220 MH/s selon le fabricant.

Pour le moment, Biostar ne donne pas d'indication sur les tarifs et la disponibilité.

Copié dans le presse-papier !

Cette ligne de conduite, incluse depuis 2000 dans le document, a été en partie supprimée entre fin avril et début mai, selon Gizmodo. Le groupe a retiré les premières références à cette promesse, laissant les notions d'excellents produits et de respect de l'utilisateur, et une mention finale.

L'expression est souvent utilisée par les critiques de Google (et de sa maison-mère Alphabet) lorsque son éthique est mise en doute. Dernièrement, 3 100 employés ont réclamé le retrait d'un projet avec le Pentagone, centré sur l'intelligence artificielle. Une douzaine d'entre eux auraient depuis démissionné.

Copié dans le presse-papier !

Le secrétaire d'État à la Culture, Matt Hancock, promet de s'attaquer aux éléments d'Ouest sauvage d'Internet, pour faire du Royaume-Uni l'endroit le plus sûr en ligne.

Ce discours, qui rappelle l'Internet civilisé de Nicolas Sarkozy il y a une décennie, est un nouveau pas dans la volonté de contrôle du Net affichée par le gouvernement britannique, après la déclaration conjointe avec Emmanuel Macron l'an dernier.

Le gouvernement lance donc une consultation publique sur les mesures à prendre (avant la publication d'un livre blanc) qui concerneraient entre autres les grandes plateformes. Des cibles de choix, après une série de scandales sur la désinformation et la protection de la vie privée.

Matt Hancock assure équilibrer la protection des enfants en ligne avec les libertés sur le réseau.

Copié dans le presse-papier !

Dans un communiqué, la Software Freedom Conservancy « félicite le fabricant pour son premier pas vers la conformité à la licence GPL ». L'organisation en profite pour rappeler qu'elle demande à Tesla de se conformer depuis… 2013 et qu'il reste encore du travail.

Il ne s'agit en effet que d'une première salve, pas de l'intégralité des sources soumises à licence GPL pour le moment. Il est notamment question de Buildroot, « utilisé pour construire l'image du système de l'Autopilot » explique le fabricant.

La version actuelle est estampillée 2018.12, mais elle sera mise à jour pour suivre les évolutions, affirme Tesla dans un communiqué repris par Electrek.

Dans tous les cas, les sources ne contiennent évidemment pas les applications propriétaires de Tesla. Inutile donc d'espérer créer un Autopilot maison. D'autres publications suivront ajoute enfin le constructeur.